Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Exposition Marcellin Desboutin. À la pointe du portrait, musée Anne de Beaujeu - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Expos, Fêtes > Marcellin Desboutin : à la pointe du (...)

Patrimoine : Expos, Fêtes

Richesses du patrimoine de France : manifestations historiques, patrimoniales, gastronomiques. Expositions et fêtes : Histoire, patrimoine et gastronomie


Marcellin Desboutin :
à la pointe du portrait
(Source : Musée Anne de Beaujeu)
Publié / Mis à jour le samedi 24 août 2019, par LA RÉDACTION

 
 
 
Cette rétrospective se propose de mieux cerner le parcours atypique d’un artiste bourbonnais, vivant en grand seigneur à Florence puis, ruiné, contraint de travailler à 50 ans passés. Étroitement mêlé au jeune courant impressionniste, il reste néanmoins à l’écart de ses recherches et conserve un style qui lui est propre dans une technique de gravure, la pointe sèche, dont il devient le maître incontesté.

Aujourd’hui, Marcellin Desboutin est avant tout connu par les portraits que firent de lui Edgar Degas et Édouard Manet. Homme de grande culture, admirateur de Rembrandt, ouvert aux courants artistiques modernes, peintre-poète autant que peintre-graveur, il apparaît comme un artiste de contrastes, insaisissable et singulier.

L’artiste
Issu d’une famille de la bourgeoisie bourbonnaise, Marcellin Desboutin (1823-1902) fait des études de droit avant de recevoir l’enseignement d’Antoine Étex et de Thomas Couture qu’il délaisse au profit de l’étude solitaire des œuvres de Rembrandt, Frans Hals, Pierre Paul Rubens...

Il s’installe en 1854 à Florence, dans une magnifique villa dite de l’Ombrellino. Il y vit en seigneur, collectionne et fait le commerce d’œuvres d’art, reçoit avec faste célébrités et artistes. Il dessine, peint, copie, grave, écrit des poèmes, des pièces de théâtre... La légende rapporte qu’un de ses passe-temps favoris était de faire le portrait à la pointe sèche de son hôte qui repartait ravi de ce magnifique souvenir !

Marcellin Desboutin. Autoportrait (1896)
Marcellin Desboutin. Autoportrait (1896).
© Crédit photo : Musée Anne-de-Beaujeu Beaujeu / Jérôme Mondière

Mais en 1871, Desboutin, ruiné malgré la vente de son palais florentin, est dans l’obligation de quitter le soleil de l’Italie et cette vie insouciante et généreuse. Il s’installe avec sa jeune épouse et ses enfants dans une cour des Batignolles puis sous un toit de Montmartre. Il accepte cette situation et, à cinquante ans, se met à l’ouvrage avec acharnement.

Sa forte personnalité et la qualité de ses gravures ne tardent pas à le faire remarquer de ses pairs. Il appartient au cercle des artistes impressionnistes. Il est l’ami d’Émile Zola, Camille Pissarro, Stéphane Mallarmé, Pierre Puvis de Chavannes, Henri Fantin-Latour... Quelques années après son arrivée à Paris, à force de travail, Desboutin réussit à se faire un nom notamment grâce à son talent de graveur. Ses plus illustres contemporains des arts et des lettres, des amis la plupart du temps, passent par sa pointe : Gustave Courbet, Alexandre Dumas, Eugène Labiche, Berthe Morisot, Auguste Renoir, Paul Verlaine... Il exécute également des portraits de commande comme celui du Pape Pie IX et quantité d’études peintes de membres de son entourage, avec un intérêt plein d’affection pour ses propres enfants.

S’il participe en 1876 à la deuxième exposition du groupe impressionniste, il reste cependant à l’écart de leurs recherches, et en 1880, abandonne le succès parisien pour s’installer à Nice où il entreprend de reproduire à la pointe sèche les « Fragonard de Grasse », cinq planches dont chacune lui demande une année de travail. Cet ultime projet est largement salué par ses contemporains. Reconnu, admiré, il travaille sans relâche jusqu’à sa mort en 1902. Il laisse 1 500 à 2 000 peintures et d’innombrables dessins et gravures...

Une collection de référence et des prêts exceptionnels
Natif de Cérilly dans l’Allier, l’artiste a de son vivant offert un autoportrait au musée. Les conservateurs successifs ont tenu à enrichir ce fonds qui atteint aujourd’hui 103 œuvres (peintures, estampes, dessins et photographies). Le temps de l’exposition, cet ensemble est enrichi d’une centaine d’œuvres prêtées par de grands musées et des collectionneurs privés. L’exposition présente également des portraits de Desboutin réalisés par ses amis comme ceux d’Edgar Degas ou de Gaston La Touche.

Femme à l'éventail. Peinture de Marcellin Desboutin (1892)
Femme à l’éventail. Peinture de Marcellin Desboutin (1892).
© Crédit photo : Musée Anne-de-Beaujeu / Jérôme Mondière

En 1889, Émile Zola dira de l’artiste : « J’ai connu Marcellin Desboutin chez Manet, il y a longtemps déjà, une quinzaine d’années. C’était une inoubliable figure, l’évocation d’une de ces puissantes et intelligentes têtes de la Renaissance, où il y avait de l’artiste et du capitaine d’aventure. Et l’âge a eu beau venir, l’homme n’a pas vieilli. Il a gardé à soixante-sept ans, ce masque tourmenté d’éternelle vigueur.
Mais ce qui me toucha d’avantage, ce fut que chez Desboutin, sous cette allure d’ancien chef de bande, il y avait un travailleur acharné, un artisan convaincu et d’une absolue bonne foi. »

Dans la lignée des précédentes manifestations du musée, cette exposition comporte un parcours enfant (dessin animé, écran tactile, manipulations...). Un ouvrage (en coédition avec les éditions Faton) et un programme culturel varié (visites commentées, cycle de conférences, ciné-conférence, visites musicales et concerts, ateliers de gravure...) permettent aux curieux et aux amateurs de prolonger leur rencontre avec Marcellin Desboutin.

Renseignements pratiques
Exposition Marcellin Desboutin. À la pointe du portrait
Musée Anne-de-Beaujeu — Place du Colonel Laussedat — 03000 MOULINS
Jusqu’au 15 septembre 2019
Tél. : 04 70 20 48 47
Site internet : https://musees.allier.fr/410-presentation.htm
Page Facebook : https://www.facebook.com/mab.allier/


Pour consulter la vidéo
CLIQUEZ sur la vignette

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

Visiteurs actuellement sur le site

 

 République des imbéciles (La) : perversité de la loi du nombre et moyens d'instaurer une véritable démocratie
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
BON À SAVOIR
 Abondance de bien ne nuit pas
 
 Loin des yeux, loin du coeur
 
MANIFESTATIONS
 L'histoire de Jeanne d'Arc en mode Playmobil
 
 Mode et bande dessinée
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 OFFRE N°1 | Recevez en 48h les 37 volumes papier disponibles édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 OFFRE N°2 | Téléchargez au format numérique l'intégralité des 44 volumes de La France pittoresque parus en 14 années : 1100 articles, 2000 illustrations. L'Histoire enfin captivante !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Grande rétrospective « Léonard de Vinci » au musée du Louvre
 
 Tolkien, voyage en Terre du Milieu
 
 Créer pour Louis XIV : les manufactures de la Couronne sous Colbert et Le Brun
 
 Félix Fénéon. Les temps nouveaux, de Seurat à Matisse
 
 
Et puis aussi...
 
 Bêtes d’affiches : le monde animal domine la publicité
 
 Spectacle de Noël : le Musée Vivant du Cheval à Chantilly revisite La Belle et la Bête
 
 Mode (La) au Moyen Age : exposition à la Tour Jean sans Peur (11 mai 2016 - 15 janvier 2017)
 
 François Ier, pouvoir et image : exposition à la Bibliothèque nationale de France du 24 mars au 21 juin 2015
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 193 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services