Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 4 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

10 janvier 1707 : mort du comte Philibert de Grammont

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Janvier > 10 janvier > 10 janvier 1707 : mort du comte (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 10 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
10 janvier 1707 : mort du comte Philibert de Grammont
Publié / Mis à jour le jeudi 19 novembre 2009, par LA RÉDACTION
 

Ce personnage, plus célèbre par les choses qu’il a dites que par celles qu’il a faites, et beaucoup plus encore par la manière dont Hamilton a raconté ces choses, fut dans son temps l’idole, le gracioso des cours de France et d’Angleterre. On l’a comparé au maréchal de Richelieu ; tous les deux en effet offrent quelques traits de ressemblance par l’éclat de leur bravoure et de leur galanterie, ainsi que par la longueur d’une carrière que tant de raisons semblaient devoir abréger. Du reste, il y a entre le héros de Saint- Evremond et celui de Voltaire la même différence qu’entre les deux panégyristes. Richelieu fut peut-être plus pervers, mais il fut sans contredit plus universel et plus brillant : il étendit le rôle de don Juan à la politique et à la guerre ; soit mérite, soit hasard, comme diplomate et comme général, il obtint de grands succès.

Au contraire Grammont, qui servit en qualité de volontaire sous Turenne et sous Condé, n’eut jamais de commandements ni de missions. Les seules victoires qui signalèrent ses campagnes, il les remporta au jeu, les dés ou les cartes à la main, et grâce à des manœuvres infiniment plus adroites qu’honorables. Ce genre de mérite n’est plus de nos jours ; aussi l’ouvrage d’Hamilton a-t-il beaucoup perdu, sinon de ses grâces, du moins de son intérêt.

L’histoire du valet Termes, voleur de l’habit du chevalier, celle de l’aumônier Poussatin, le premier prêtre du monde pour la danse basque, et quelques autres amusent encore par l’ingénieuse et comique facilité du style : mais on y trouve bientôt du vide ; on s’ennuie d’un héros dont les hauts faits ne peuvent pas même fournir la matière de deux petits volumes, et l’on se fatigue de voir le narrateur obligé de recourir sans cesse à des anecdotes étrangères pour remplir le cadre de sa narration. Les faits dont se compose la vie du comte de Grammont peuvent être comparés à la chanson fameuse intitulée Chef-d’œuvre d’un inconnu ; les mémoires écrits par Hamilton en rappellent le commentaire.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !