Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Dissolution illégale de l'Assemblée nationale : la loi de 1872 stipule à qui reviendraient les pleins pouvoirs - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Dissolution illégale de l'Assemblée (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Dissolution illégale de l’Assemblée
nationale : la loi de 1872 stipule
à qui reviendraient les pleins pouvoirs
(D’après « Le Bulletin municipal. Organe des conseillers municipaux » du 27 mai 1877
et « Crise(s) et droit » (sous la direction de Jacques Larrieu) paru en 2012)
Publié / Mis à jour le jeudi 25 avril 2019, par LA RÉDACTION

 
 
 
Cependant que le pouvoir exécutif redoutait, au lendemain de la Commune de Paris (1871), une solidarité des assemblées départementales de nature à contester l’autorité gouvernementale, une loi est votée le 15 février 1872 prévoyant de confier l’ordre public aux conseils généraux en cas de dissolution illégale de l’Assemblée nationale, ces conseils assumant ainsi en toute légitimité le pouvoir au nom de la nation

L’Assemblée de 1871 avait cru devoir prévoir le cas de dissolution illégale et organiser un système destiné à maintenir dans cette éventualité un gouvernement régulier. Tel est le but de la loi du 15 février 1872 résultant d’une proposition déposée le 25 juillet 1871 par le vicomte de Tréveneuc.

Selon l’article premier de cette loi, « si l’Assemblée nationale ou celles qui lui succéderont viennent à être dissoutes ou empêchées de se réunir, les conseils généraux s’assemblent immédiatement, de plein droit, et sans qu’il soit besoin de convocation spéciale, au chef lieu de chaque département ». L’article 4 dispose : « Cette Assemblée est chargée de prendre, pour toute la France, les mesures urgentes que nécessite le maintien de l’ordre et spécialement celles qui ont pour objet de rendre à l’Assemblée nationale la plénitude de son indépendance et l’exercice de ses droits. Elle pourvoit provisoirement à l’administration générale du pays ».

Les auteurs de cette loi avaient été surtout frappés des événements qui s’étaient produits à Paris, à la suite du siège ; ils avaient vu et l’ordre légal renversé, et la Commune qui, après avoir fait accepter son pouvoir dictatorial à la capitale, menaçait de l’imposer au reste du pays.

Ruinepublique Soeur de l'An-pire ! Caricature de 1871 figurant la Commune de Paris dominant une France à terre à laquelle elle s'apprête à jeter une pierre
Ruinepublique Soeur de l’An-pire ! Caricature de 1871 figurant la Commune de Paris
dominant une France à terre à laquelle elle s’apprête à jeter une pierre

La loi Tréveneuc visait donc surtout la Commune de Paris, période insurrectionnelle ayant débuté le 18 mars 1871, s’étant achevée par la « Semaine sanglante » du 21 au 28 mai suivant, et ayant vu Adolphe Thiers, chef du gouvernement provisoire de la République, s’enfuyant à Versailles avec tous les corps constitués. Mais les membres de l’Assemblée nationale avaient compris que les mouvements populaires n’étaient pas les seuls dangers à craindre ou à éviter ; en même temps qu’au 18 mars 1871, ils songeaient au Deux-Décembre — le 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte, alors président de la République depuis trois ans, conserve le pouvoir à quelques mois de la fin de son mandat, cependant que la Constitution lui interdit de se représenter — ; à côté de l’émeute victorieuse, ils plaçaient le coup d’État triomphant.

La rapporteur Henri Fournier explique que l’Assemblée, en votant la loi du 15 février 1872, a voulu rendre le principe représentatif impérissable en faisant en sorte que, si jamais la représentation était vaincue au centre, elle pût immédiatement renaître sur un autre point du territoire et se soustraire ainsi à une usurpation opérée par surprise ou par la force.

Pour parvenir à ce résultat il fallait, ainsi que l’explique encore Fournier, créer une seconde ligne de défense ; et c’est aux conseils généraux, élus au suffrage universel, que fut réservé le périlleux honneur d’abriter de leur autorité la représentation nationale dans les jours de danger.

Caricature illustrant les rumeurs précoces d'un coup d'État manigancé par le parti de l'Ordre ou le prince-président : Adolphe Thiers et Louis-Napoléon Bonaparte se préparent à assassiner la République après avoir vainement tenté de la séduire
Caricature illustrant les rumeurs précoces d’un coup d’État manigancé
par le parti de l’Ordre ou le prince-président : Adolphe Thiers et Louis-Napoléon Bonaparte
se préparent à assassiner la République après avoir vainement tenté de la séduire

Prévoyant que chaque conseil général envoie deux délégués dans le lieu où seront les membres du gouvernement, les députés et les sénateurs qui auront pu se soustraire à la violence, cette loi vise à rendre difficile à exécuter un coup d’État, l’usurpateur se trouvant, après avoir mis la main sur la représentation nationale, dans la nécessité de faire arrêter successivement, dans tous les départements, tous les conseillers généraux.

En 1877, l’avocat à la Cour d’appel de Paris et rédacteur en chef du Bulletin municipal, organe hebdomadaire des conseillers municipaux, exprime dans le numéro du 27 mai sa satisfaction vis-à-vis de cette loi, mais également ses appréhensions : « Il existe en France, écrit-il, un parti qui affecte de mépriser la légalité et chez lequel le coup de balai est devenu un principe politique supérieur et indiscutable. Les entreprises audacieuses de ce parti seraient entravées par la loi du 15 février 1872, si elles venaient à se produire, à la condition toutefois que les électeurs aient au préalable fait choix de conseillers généraux honnêtes, actifs et courageux ; à la condition qu’ils n’aient pas remis le dépôt sacré de la loi entre les mains des hommes sans scrupule et sans pudeur qui ont intérêt à le violer et qui se font gloire d’appartenir au parti qui compte dans les fastes de son histoire la journée de Brumaire [coup d’État du 18 Brumaire (9 novembre 1799) marquant la fin du Directoire et le début du Consulat par la prise de pouvoir de Bonaparte] et la nuit de Décembre. »


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Avoir perdu ses gants
 
 Il a chié dans ma malle jusqu'au cadenas
 
MANIFESTATIONS
 Huit chefs-d’œuvre du Louvre transformés en parfums
 
 Merveilleux-scientifique : mariant science et mystère
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Mythe du legs d'une princesse russe enterrée au Père-Lachaise
 
 Louis XI préfère un âne à ses astrologues
 
 Condamnation pour circulation à vélocipède sur la voie publique
 
 Bonaparte romancier, auteur de Clisson et Eugénie
 
 
Et puis aussi...
 
 Eclosion du « poulet Marengo » le 14 juin 1800
 
 Roi Arthur : sa bruyante chasse dans la forêt de Fontainebleau ?
 
 Pléonasmes (Les) les plus en vogue dans la presse
 
 Circulation à Paris : un casse-tête de longue date et à jamais insoluble ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 331 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services