Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 mai DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Épave d’une grande rareté près des îles Sanguinaires (Ajaccio) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire fait l’Actu > Épave d’une grande rareté près des (...)

L’Histoire fait l’Actu

Quand Histoire et Patrimoine font la une, s’invitent dans notre quotidien et deviennent un sujet d’actualité. Le passé au cœur de l’actu.


Épave d’une grande rareté
près des îles Sanguinaires (Ajaccio)
(Source : France 3 Corse ViaStella)
Publié / Mis à jour le samedi 26 mai 2018, par LA RÉDACTION

 
 
 
Une épave du XVIe siècle, située au large des Sanguinaires à Ajaccio, passionne des archéologues depuis trois ans. Sa particularité : elle n’a pas été fabriquée en Méditerranée. Ce navire aurait transporté des matériaux pour construire les tours génoises.

Une équipe de scientifiques et d’archéologues met le cap sur l’histoire. Ils s’intéressent à une épave très particulière. Ce jour-là, direction les îles Sanguinaires, malgré les forts courants, une palanquée se prépare.

À 19 mètres de fond, se trouvent les vestiges d’un bateau de la fin du XVIe siècle. Ses deux encres sont encore visibles et il a une particularité : il n’a pas été construit en Méditerranée, mais certainement au Pays Basque. « On sait par les sources écrites qu’à partir du XIIIe siècle en Méditerranée, on a des navires ibériques basques qui viennent naviguer en Méditerranée et qui sont sollicités notamment par des marchands génois.

Mais c’est surtout une épave de tradition atlantique en Méditerranée, ça, c’est très rare. Parce que sur le littoral français, méditerranéen on en compte une [...] et aujourd’hui, probablement, une deuxième en Corse. Sinon c’est sur le littoral espagnol. Donc elles se comptent sur les doigts d’une main seulement ces épaves atlantiques en Méditerranée », explique Marine Sadania, codirection scientifique de la fouille — DRASSM.

Ciment
Des commerçants génois, leur provenance est attestée par la céramique pisane. Cette année encore, les archéologues en ont prélevé quelques fragments. Lors des précédentes fouilles, ils en avaient découvert en abondance et d’une grande finesse. « On retrouve le même type de céramique que les années précédentes, à savoir qu’il s’agit de céramique sgraffito azteca. Ce type de céramique se rencontre sur les sites terrestres en Corse de la même époque. On en a trouvé à Bonifacio, on en a trouvé à Île Rousse. C’est vraiment la céramique du XVIe siècle », indique Hervé Alfonsi, responsable scientifique de la fouille - ARASM/FFESSM.

Les archéologues ont surtout découvert une importante cargaison de pierres. Leur hypothèse : elles étaient destinées à fabriquer une sorte de ciment. À la fin du XVIe siècle, les tours génoises à proximité étaient justement en construction. « Pourquoi aller chercher ça si loin ? C’est une roche que l’on trouve sur les côtes italiennes, dans la région de Gênes. Tout simplement parce qu’en Corse, il y a très peu de roches sédimentaires et pour faire du ciment, il faut des roches sédimentaires. Donc on en ramenait d’Italie à l’époque, on la broyait, on la calcinait et ça permettait de faire des ciments de chaux », précise François Gendron, archéologue.

Tissus
Une telle cargaison explique enfin la spécificité atlantique du navire. « Ça devait faire, à peu près, une longueur entre 18 et 20 mètres. Mais pour l’instant, on est encore dans le champ des hypothèses. C’était certainement un bateau de charge, construit avec des pièces très épaisses », note Andrea Poretto, archéologue.

Les plongeurs sont parvenus à prélever un échantillon de tissus. Il servait à étanchéifier la coque. Son analyse permettra d’en apprendre bien davantage sur le bateau. Le bois du navire sera lui aussi étudié. « Le but, c’est dans un premier temps de dater l’année d’abattage des arbres dans lesquelles les pièces architecturales ont été délignées. Et dans un deuxième temps, éventuellement, essayer de préciser la provenance géographique des arbres qui ont été utilisés », insiste Frédéric Guibal, dendrochronologue.

Cette année, la fouille a largement été financée par la collectivité territoriale. Avec un tel intérêt scientifique, les archéologues espèrent qu’elle sera reconduite l’an prochain.

France 3 Corse ViaStella
Accédez à l’article source


Pour consulter la vidéo
CLIQUEZ sur la vignette


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 C’est le pont aux Anes
 
 Donner un soufflet à Ronsard
 
MANIFESTATIONS
 La Joconde nue : le mystère enfin dévoilé
 
 Peau (La) et ses secrets au Musée de l'Homme à Paris
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Un bombardier découvert au large de Saint-Malo par des plongeurs amateurs
 
 Azincourt 1415 : le centre historique de la bataille fait peau neuve
 
 Trésor (Un) du patrimoine dans le grenier d'un château normand
 
 Dent de mammouth découverte dans une grotte de Saône-et-Loire
 
 
Et puis aussi...
 
 Épaves (Des milliers d’) dorment au large des côtes françaises
 
 Nécropole antique découverte en plein centre de Bordeaux
 
 L'histoire de France vue par les jeunes : une succession de guerres
 
 Les Barbapapa fêtent leurs 45 ans
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 278 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services