Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 17 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Lieux d'histoire : Lodève (Hérault), ville de Louis VIII - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Lieux d’Histoire > Lodève (Hérault), ville de Louis (...)

Lieux d’Histoire

Origine, histoire de nos villes, villages, bourgs, régions, châteaux, chapelles, moulins, abbayes, églises. Richesses historiques de France


Lodève (Hérault), ville de Louis VIII
(D’après « Le Magasin pittoresque » paru en 1906)
Publié / Mis à jour le vendredi 14 février 2014, par LA RÉDACTION

 
 
 
Les amateurs de pittoresque et les chercheurs de souvenirs auraient de quoi se satisfaire si, profitant d’une villégiature, ils allaient visiter l’ancienne cité des Volques, Lodève, plus tard, la ville de Louis, sise dans une vallée des Cévennes, au confluent de la Lergue et de la Soulondre. Posée au cœur de ce vallon comme un bouquet au fond d’une corbeille, elle est entièrement visible de tous les points, car de partout des monts l’enclavent et, de leurs cimes, permettent au regard d’en embrasser l’ensemble.

La hauteur la mieux située pour en analyser les détails est le Rocher des Fourches, mont sourcilleux menaçant la route de Montpellier. Au premier plan, la hauteur de Montbrun et la ville ; au second, les pentes du Grésac où s’étagent des vignes, que peuplent des mas, avec leur laurier en sentinelle dans un angle et la porte ombragée de la treille légendaire. L’arrière-plan et les lointains sont formés par la chaîne imposante de l’Escandorgue, contrée jadis volcanique, qui découpe ses crêtes élevées sur un ciel chaud et presque toujours bleu.

Vue de Lodève au XIXe siècle
Vue de Lodève au XIXe siècle

De temps très ancien, on fabriquait à Lodève le drap de troupes, fabrication bien réduite depuis la fin du XIXe siècle. Avant que Louis VIII s’intéressât à elle au point de lui donner son nom, que Henri IV et Sully l’avantageassent et que Colbert y fît construire des usines et la désignât fournisseuse de l’État, Lodève était une pépinière de tisserands et de fileurs. Chaque famille possédait son métier à tisser. Plus tard, ces métiers épars se réunirent. Plus tard encore, le monopole s’imposant et des capitalistes le désirant, les groupes se fondirent dans neuf ou dix usines qui absorbèrent tout le travail du pays. Ces usines, à la force hydraulique d’abord, ensuite à la vapeur, prospérèrent et furent le bien-être de la contrée de nombreuses années.

On ne peut guère fixer une date à la fondation de Lodève, mais on s’en fait une idée en apprenant qu’elle était en guerre avec les Romains, plus de cinq cents ans avant Jésus-Christ. La nuit des temps plane sur son origine. Placée au confluent de deux rivières, sur une colline en dos d’âne, première assise du Grésac, et à l’entrée du profond défilé des Fourches, elle était une des portes des Cévennes, et l’on conçoit que sa position stratégique ait fait choisir de bonne heure son emplacement par les premiers habitants du pays, sans doute l’avant-garde des Celtes venus d’Asie.

La légende attribue le nom de Lodèva à L’os d’Eve, trouvé là, paraît-il. Mais n’est-ce pas le comble du songe de supposer qu’un os, fémur ou tibia, humérus ou clavicule de la mère des humains, soit venu du paradis terrestre s’échouer sur les berges de la Largue ou de la Soulondres ? Peut-être les Celtes l’y apportèrent-ils, eux qui avaient passé à travers le paradis perdu ? Mystère !

A gauche du Rocher des Fourches se dresse la colline de Montbrun, où s’élevait le château féodal de ce nom. Le premier qui l’habita quand il ne se composait encore que d’une grosse tour, fut Harvaldus, comte de Lodève, en l’an 800 ; le second, Adon Ier, son fils et le troisième, Heldin, lequel, toute sa vie, semble avoir eu l’Évêque de Lodève pour bête noire. Il subsiste encore une légende locale à ce sujet ; mais elle est manifestement le résultat d’une erreur historique avant d’être une erreur des sens, puisqu’on y dit que le seigneur Heldin tirait le canon contre le clocher de l’Évêque, et cela au Xe siècle, alors que la découverte de la poudre ne devait avoir lieu que 400 ans plus tard.

Après Heldin, le comté de Lodève devint vicomté sous la suzeraineté de Guillaume Taillefer, seigneur de Toulouse. Ce privilège passa après aux comtes de Rodez, lesquels le vendirent avec tous les droits et prérogatives sur le Lodévois, pour 60 000 sols melgoriens, à Raymond de Madières, 42e évêque de Lodève en 1188. Et ce fut en 1225, sous le pontificat de Pierre IV, évêque, que le roi Louis VIII reconnut aux prélats de la cité le titre de comtes de Lodève et de Montbrun et leur accorda, en même temps, le droit de battre monnaie. Ce droit, ils le perdirent plus tard ; mais ils conservèrent le titre jusqu’à la Révolution, sous François-Henri de Fumel, le 109e évêque, de regrettée mémoire.

Sur la colline de Montbrun, il ne reste du passé qu’une longue muraille dentelée et une citerne vide à ciel ouvert. De la vigne chétive et des câpriers poussent sur un sol pauvre et éternellement lavé par les orages. C’est le refuge des couleuvres frileuses et des lézards gris qui y poursuivent les mouches. On y cherche en vain l’ombre de la douce Archimberta, la femme de Heldin et la mère de Nobilia ; le souvenir de Hugues II devenu évêque de Rodez ; de Ermengarde sa sœur qui prit le voile à Nonnenque et y mourut victime de son dévouement ; tant d’autres qui ennoblirent cette forteresse disparue et ce mont si vivant, aujourd’hui solitaire.

Pont sur la Soulondre et Tour de Saint-Fulcran
Pont sur la Soulondre et Tour de Saint-Fulcran

De là, on plane sur la ville, sur toute la vallée lodévoise au sol vert, aux vignes touffues, aux olivettes en quinconces, aux routes bordées de platanes géants, sur les pentes boisées d’arbousiers et d’yeuses, vallon chaud, plafonné d’un ciel italien et éclairé d’un soleil d’or. En descendant de Montbrun, on rencontre un pont de pierre. Il est étroit, avec deux refuges triangulaires. Ce pont est tout jaune et comme enfumé ; des œillets poussent entre les pierres et une végétation robuste de pariétaires le voile, comme voulant cacher sa vétusté. Il y a deux arches. En amont et en face de sa pile unique, se dresse une tour carrée et pleine ; c’est le brise-lames, le bouclier du pont.

Il semble plus âgé que la cité, ce pont. A quelle époque a-t-il été construit ? Au XIIe siècle peut-être, alors que Raymond de Madières, évêque de Lodève, acheta à Hugues II, comte de Rodez, la propriété de Montbrun et fit tracer le chemin à marcher qui longe le torrent de Bélbézès pour desservir le manoir ? Mais est-ce bien sûr ? Il était le seul pont reliant Montbrun à la ville, ce qui laisse supposer qu’il est de beaucoup antérieur à Mgr de Madières et qu’il a dû servir aux premiers seigneurs de Montbrun, lesquels, sans lui, se fussent trouvés isolés sur leur roc. A première vue, on a l’impression que tout le Moyen Age a passé sur lui. On le nomme le pont vieux.

Après l’avoir franchi, on arrive sur les boulevards, place des anciennes fortifications, aujourd’hui le tour de ville. En remontant le boulevard du côté de la Soulondre, on rencontre un enclos dans lequel il y a une tour. C’est l’enclos du collège. La tour a une origine lointaine ; elle porte à son faîte les pierres en saillie qui soutenaient les mâchicoulis. C’était une tour d’angle de la citadelle ; elle est aussi robuste qu’à ses premiers jours. Sous le toit, pend une cloche que le concierge met en branle aux heures de travail et de récréation.

Il existe trois tours comme celle-là à Lodève, la seconde sur le boulevard du Quai, la troisième à l’angle du boulevard Montalangue. Cette dernière a souffert des morsures du temps. Elles datent du XIIe siècle. Par la montée dite de Saint-Fulcran, on arrive sur la place de la cathédrale. Il y là les jardins des abbayes de Saint-Sauveur et Saint-Benoît, la première acquise par saint Fulcran, 30e évêque de Lodève, la seconde construite par lui dans les années 973 et 974. Ce prélat, qui était de haute noblesse et possédait une fortune princière, fit des dons considérables non seulement dans son diocèse, mais dans ceux de Montpellier et de Maguelonne, ce dernier, berceau de sa famille.

En arrivant sur le parvis, on voit, en face, les bâtiments de l’antique évêché, quoique son aspect, aujourd’hui, n’éveille rien d’antique. La porte monumentale se projette, et deux retraits en quart de cercle supportent des vases et des corbeilles de pierre où sont sculptés des flammes, des fruits et des fleurs. Certains font remonter l’origine de cette porte à Louis VIII. Elle est plutôt de Louis XIII par son style Renaissance. Le palais de l’évêché est au fond de la cour. L’aile de droite est le presbytère, le jardin de l’Evêché se trouve derrière. Ce jardin qui a vu plus de cent prélats, depuis saint Flour jusqu’à Fumel, est aujourd’hui un parc public, comme le palais est devenu l’Hôtel de Ville, comme son grand salon est devenu la salle du tribunal civil ; les autres pièces, la salle du conseil municipal, de la Justice de Paix, de la bibliothèque, etc.

Cathédrale Saint-Fulcran à Lodève
Cathédrale Saint-Fulcran à Lodève

La cathédrale ressemble à une aïeule donnant la main à un enfant. C’est non seulement le monument le plus ancien, mais le plus remarquable de Lodève. D’un style gothique, avec des parties de flamboyant. Partout l’ogive aux fines nervures ; nulle part le plein-cintre. Sa voûte, où court un parapet et que terminent deux tourelles à ciel ouvert, a 26 mètres de haut sur 107 mètres de long. Son clocher, tour carrée et robuste, a 52 mètres l’élévation. Il y a mille ans que tout cela est debout.

C’est l’évêque Fulcran qui fit élever cet imposant édifice. Ce prélat a laissé un si lumineux souvenir que son nom est entouré d’une vénération universelle. Fulcran fut le patron de Lodève. La plus grande fête, comme la plus grande foire, ont nom de Saint-Fulcran ; des rues, des avenues, des places, sont connues sous ce nom-là, et Lodève elle-même s’appelle : ville de Fulcran. Cet évêque descendait en ligne directe des comtes de Maguelonne par son père, et des comtes de Substantion, vieille villa Romaine, par Eustorgia, sa mère. Deux grands noms unis à deux immenses fortunes.

Fulcran vit le jour à Malaviella, propriété de sa mère, ou plutôt à Mérifous, qui en était une dépendance. Né en 909, Fulcran monta à 40 ans sur le trône épiscopal, où il passa 57 années. La première pierre de la cathédrale fut posée en 969 ; la construction dura cinq ans. L’évêque y consacra une partie de sa fortune.

En montant 280 marches, on arrive au dernier étage de la tour, où se trouvent les cloches. Devant la première ouverture, on s’arrête et on ferme les yeux. A cette hauteur, le vide prend le front, trouble le regard, et le vertige apeure. L’impression dissipée, on regarde. Toute la ville ondule et dévale jusqu’au confluent. Toute la vallée se déploie, majestueuse et belle, avec sa ceinture de collines et de monts rocheux, ardus, sauvages, aux bases pavées de prairies, étagées de vignes et bouquetées de bois.


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Ce qui vient de la flûte s'en retourne au tambour
 
 Aux grands maux les grands remèdes
 
MANIFESTATIONS
 Huit chefs-d’œuvre du Louvre transformés en parfums
 
 Dentelles (Les) de la cour d'Henri IV renaissent au Puy-en-Velay
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Cathédrale Notre-Dame de Paris
 
 Jardin des Plantes (Le) à Paris : lieu de tout temps à la mode
 
 Cabaret Ramponneau : ancêtre du XVIIIe siècle des guinguettes à succès
 
 Île (L') des Faisans française six mois par an
 
 
Et puis aussi...
 
 Port-Vendres (Pyrénées-Orientales)
 
 D'Annecy à Chambéry : fantaisies étymologiques
 
 Saint-Quentin (Canal souterrain de) et source de l'Escaut
 
 Menton (Alpes-Maritimes)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 78 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services