Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

Dans les armoires de l'impératrice Joséphine au château de Malmaison - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Expos, Fêtes > Dans les armoires de l'impératrice (...)

Patrimoine : Expos, Fêtes

Richesses du patrimoine de France : manifestations historiques, patrimoniales, gastronomiques. Expositions et fêtes : Histoire, patrimoine et gastronomie


Dans les armoires de l’impératrice
Joséphine au château de Malmaison
(Source : France Télévisions)
Publié / Mis à jour le mardi 20 décembre 2016, par LA RÉDACTION

 
 
 
50 costumes et accessoires du Premier Empire, rarement présentés du fait de leur extrême fragilité, constituent cette collection de pièces textiles ayant appartenu à l’impératrice Joséphine — et à sa fille Hortense — dans le lieu même où elles vécurent. Ouvrir la garde-robe de l’Impératrice, c’est montrer ses folies en matière de mode et son goût pour les innovations du couturier Hippolyte Leroy.

Au-delà des éclats superficiels, le visiteur découvre son élégance en suivant le fil, parfois discontinu, des souvenirs d’une vie d’impératrice. L’exposition débute dans la salle des atours, lieu authentique où étaient rangés les vêtements de Joséphine. Il propose, ensuite, une mise en scène de robes et manteaux de cour. Ses robes de jour assorties de leurs accessoires (châles, chaussures...) sont enfin présentées ainsi que des robes provenant de familles aisées, reflets de celles que Joséphine et Hortense auraient pu revêtir.

Dans la salle des atours, les placards de l’Impératrice sont toujours en place. En les ouvrant on imagine sur les étagères les robes, dentelles, soieries, chapeaux, gants, bas et chemises soigneusement emballés et mis à l’abri derrière des rideaux. Dans la pièce était présente une grande table en chêne, sans doute destinée à déployer les vêtements ou à les replier. L’inventaire après décès de l’Impératrice en 1814 livre des listes impressionnantes de robes et d’accessoires à la disposition de la souveraine pour laquelle tous les jours la garde des atours et les femmes de chambre emplissaient de grandes corbeilles à lui descendre dans son appartement pour son choix journalier. Joséphine ne montait dans cette pièce qu’une fois par an lors de la réforme de sa garde-robe qui permettait, selon une tradition royale déjà présente au XVIIIe siècle, de redistribuer à son entourage les pièces dont elle n’avait plus l’usage.

Manteau de cour attribué à l'Impératrice
Manteau de cour attribué à l’Impératrice.
© Rmn-Grand Palais (musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau)

Parmi les 230 robes, 100 châles, 450 chemises, 369 paires de bas, 876 mouchoirs rangés dans ces placards en 1814, le château conserve encore aujourd’hui des éléments somptueux et évocateurs. D’autres ont totalement disparus, comme les 44 chapeaux, les 32 cartons contenant des garnitures de robes, coiffures et bouquets. Des fourrures garnissaient ses vêtements (manteaux, redingotes, pèlerines, bottes, manchons) comme l’hermine, la zibeline, le chinchilla mais aussi le renard jaune ou blanc, la vigogne, la martre, autant de noms évocateurs d’une garde-robe princière. Conservés par la famille impériale d’une génération à l’autre, mais aussi par les descendants de ceux qui entouraient l’impératrice, ou recueillis par des passionnés de l’Empire, c’est grâce à ces collectionneurs que l’on peut exposer ces textiles précieux.

Si Louis-Hippolyte Leroy est très probablement le principal marchand de mode de l’Impératrice comme en témoignent les fabuleuses sommes qui lui étaient allouées chaque année, il ne faut pas oublier les autres fournisseurs dont le rôle n’était pas négligeable. En effet l’Impératrice se devait de soutenir le commerce du luxe en s’adressant à de multiples commerçants qui la sollicitaient en permanence pour lui présenter leurs dernières nouveautés. Cela ne l’empêcha pas de rester fidèle à Madame Germon chez qui elle et sa fille Hortense s’habillaient déjà sous le Consulat mais aussi à Madame Raimbaud, associée à Leroy au moment du Sacre, ainsi qu’à Mesdames Despaux et Guérin, marchandes de mode. Elle achetait également de nombreux articles chez des marchands de nouveautés mais aussi aux marchands de soieries dont Le Normand, déjà fournisseur de Marie-Antoinette, et elle faisait l’acquisition de dentelles fort coûteuses.

Renseignements pratiques :
Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau
15 avenue du Château de la Malmaison — 92500 Rueil-Malmaison
Du 6 décembre 2016 au 6 mars 2017
Site Internet : http://musees-nationaux-malmaison.fr/chateau-malmaison/
Page Facebook : https://www.facebook.com/chateau.malmaison/

Corinne Jeammet
Responsable de la rubrique Mode de Culturebox
France Télévisions

Accédez à l’article source




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 C'est la mouche du coche
 
 Être tiré à quatre épingles
 
MANIFESTATIONS
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Le Verre, un Moyen Âge inventif
 
 Richard Cœur de Lion est célébré à l'Abbaye de Fontevraud
 
 Giverny : Henri Manguin ou la volupté de la couleur d'un peintre méconnu
 
 Trésor de tapisseries exposées au Château d'Angers
 
 
Et puis aussi...
 
 Vie d'Henri IV : mise en lumière sur les façades du château de Pau
 
 François Ier, pouvoir et image : exposition à la Bibliothèque nationale de France du 24 mars au 21 juin 2015
 
 Lyon redevient la capitale mondiale de la rose le temps d'un festival
 
 16e Traversée de Paris en voitures anciennes
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 138 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services