Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Molière se jouant d'un Tartuffe

Vous êtes ici : Accueil > Calembours, Jeux de mots > Molière se jouant d'un Tartuffe
Calembours, Jeux de mots
Calembours, jeux de mots, quolibets, bons mots, plaisanteries et railleries de personnages illustres
Molière se jouant d’un Tartuffe
Publié / Mis à jour le vendredi 20 novembre 2020, par LA RÉDACTION
 

On prête à Molière, sans certitude parfois, plusieurs bons mots, et entre autres celui qui lui aurait échappé lorsque le parlement de Paris défendit qu’on jouât Le Tartuffe, pièce représentée pour la première fois le 5 février 1669 sur la scène du Palais-Royal.

On était assemblé pour la seconde représentation, lorsque la défense arriva. Le dramaturge s’en serait vengé par une équivoque, annonçant ainsi cette nouvelle au public : « Messieurs, nous crûmes avoir l’honneur de vous donner Le Tartuffe, mais M. le premier président ne veut pas qu’on le joue. »

Le mot le, ici, est nécessairement relatif à Tartuffe, le mais précédent et la liaison naturelle des idées ne souffrant aucunement qu’on en fasse le rapport au premier président. Molière était donc inattaquable, quoiqu’il pût songer que le public se méprendrait et rendrait justice au « tartuffe » qui défendait de jouer sa pièce.

Molière
Molière

Le parlement n’est pas le premier président, et l’interdiction relevait plus sûrement d’une mesure provisoire de haute police, et non point une censure formelle et motivée de l’ouvrage. En effet, le premier président du parlement de Paris, à cette époque, était Guillaume de Lamoignon, dont on ne peut croire qu’il désapprouvait en connaissance de cause la pièce, puisque c’est le même magistrat qui donnera en 1674 à Boileau le sujet de son Lutrin et prendra sous sa protection un poème où se trouvent ces deux vers :

Tant de fiel entre-t-il dans l’âme des dévots !
Abîme tout plutôt : c’est l’esprit de l’église.

Une autre fois, Molière étant avec sa troupe dans une petite ville, chef-lieu d’un évêché, un nouveau prélat qui devait arriver lui enjoignit de partir. L’illustre auteur obéit, mais annonça comme à l’ordinaire le spectacle du lendemain : « Messieurs, dit-il, vous aurez demain le Tartuffe. »

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !