Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Punica fides. Citation latine

Vous êtes ici : Accueil > Citations / locutions latines > Punica fides
Citations / locutions latines
Citations et locutions latines utilisées en français, traduites, commentées, expliquées ; phrases françaises d’auteurs célèbres utilisant l’expression.
Punica fides
Publié / Mis à jour le lundi 4 juillet 2016, par LA RÉDACTION
 
 
 
Foi punique

C’est-à-dire foi équivoque, mauvaise foi, perfidie ; telle était, chez les Romains, la réputation des Carthaginois. Mais les Romains étaient à la fois juges et partie, et et la perfide Carthage ressemble beaucoup à la perfide Albion. Peut-être, le mot de foi romaine avait-il chez les Carthaginois le même sens que celui de foi punique chez leurs ennemis. Mais les Carthaginois n’ont pas eu le bonheur d’avoir un Tite-Live. « Ce ne fut que la victoire, dit Montesquieu, qui décida s’il fallait dire la foi romaine ou la foi punique. » Ah ! si mes confrères savaient peindre, s’écrie le lion de la fable en voyant le tableau qui représente un des siens terrassé par un homme !

« Une pareille religion devait exercer la plus funeste influence sur le caractère général d’une nation, dévouée avec acharnement au sanguinaire Moloch et à l’impudique Astarté, et se faisant gloire de rester étrangère aux arts libéraux, aux lettres, aux sciences, et de ne connaître d’autre industrie que le commerce. Aussi la punica fides était-elle généralement passée en proverbe. » (Dictionnaire de la Conversation)

« L’esprit mercantile ne pouvait que développer une disposition naturelle à la perfidie, et puisqu’on trompait les dieux eux-mêmes, par la substitution de victimes étrangères aux enfants qu’on promettait d’immoler, comment n’eût-on pas trompé les hommes ? On sait l’adage punica fides. » (P. DE GOLBÉRY)

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !