Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 17 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Jurements et jurons traqués et sévèrement punis par la loi - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Jurements et jurons : traqués et (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Jurements et jurons : traqués
et sévèrement punis par la loi
(D’après « Dictionnaire encyclopédique de la France » (tome 9), paru en 1843)
Publié / Mis à jour le lundi 14 mai 2018, par LA RÉDACTION

 
 
 
Déjà bien enracinée au Moyen Age, l’habitude de proférer des jurons considérés comme sacrilèges, notamment mentionnée au sein d’une bulle de la fin du XIIe siècle du pape Innocent III, fit l’objet, de la part du roi saint Louis qui s’abstint de jurer, de dispositions juridiques drastiques prévoyant châtiments corporels et humiliation publique, les plus récalcitrants écopant plus tard du carcan ou de la mutilation de la langue...

Le pape Innocent III (1198-1216) s’élevait avec force, au XIIe siècle, contre les jurements : « Nous sommes instruit, dit-il dans une de ses bulles, que c’est une coutume presque générale parmi les habitants de ce pays, que de proférer fréquemment, soit dans la colère, soit par légèreté, des jurements criminels et horribles. Non seulement ils ne craignent pas de jurer par les pieds, par les mains de la Divinité, mais encore leur bouche sacrilège va chercher jusqu’aux membres les plus secrets du Christ et des saints, et ils proclament dans leurs jurements des choses qu’il ne nous est pas permis d’écrire. »

On jurait alors par-dieu, par la mort-dieu, par le corps-dieu, par la tête-dieu, par le sang-dieu, par le ventre-dieu. On jurait encore, suivant le glossaire de du Cange (au mot Juramentum), par la gorge de Dieu, par sa langue, par sa dent, par sa chair, par sa figure, par le poitron (poitrine) du Dieu sanglant, par la forcelle-dieu, par le faire-dieu, etc.

Tous ces jurons, et ceux dont parle Innocent III, furent, au XIIIe siècle, sévèrement prohibés par saint Louis. Ce prince, comme tous ses prédécesseurs, avait d’abord adopté un juron, celui de par les saints de céans ; puis, s’étant corrigé de l’habitude de jurer, il voulut que chacun l’imitât, et, dans une de ses ordonnances, il infligea aux jureurs et aux blasphémateurs des amendes excessives et des châtiments corporels très rigoureux, comme la prison au pain et à l’eau, le fouet, le supplice de l’échelle, c’est-à-dire l’exposition publique, etc.

Saint Louis. Portrait extrait d'un timbre français émis en juillet 1954
Saint Louis. Portrait extrait d’un timbre français émis en juillet 1954

Ces peines étaient graduées suivant la gravité du jurement et l’âge de celui qui l’avait proféré. On récompensait les dénonciateurs, et même ceux qui dénonçaient les juges qui avaient été trop indulgents dans la répression du délit. Joinville raconte qu’un orfèvre accusé d’avoir juré fut, par ordre du roi, attaché presque nu à l’échelle, ayant autour du cou les boyaux et la fressure d’un porc, « en si grande foison, dit le chroniqueur, qu’elle lui venoit jusqu’au nez. » Le saint roi faisait marquer le front, brûler les lèvres, percer la langue avec un fer chaud à ceux qui étaient convaincus d’avoir juré. Il fallut une bulle, qui lui fut adressée en 1268 par le pape Clément IV (1265-1268), pour l’engager à modifier la sévérité de ces châtiments.

Les jurons se modifièrent avec le temps. Au mot dieu, on substitua les syllabes di, dié, dienne, bleu, guieux, etc., et l’on dit pardi, pardié, corbleu, morbleu, mordienne, tête-bleu, ventre-bleu, sang-bleu, sang dis, au lieu de par-dieu, corps-dieu, mort-dieu, tête-dieu, ventre-dieu, sang-dieu. Les femmes juraient aussi probablement ; et, au XIIIe siècle, elles avaient un juron assez singulier, c’était le mot latin diva (déesse).

Louis IX ne fut pas le seul roi qui prononça des peines sévères contre les blasphémateurs. Louis XII prescrivit, par une ordonnance du 9 mars 1510, que ceux qui blasphémeraient le nom de Dieu ou « qui feroient d’autres vilains serments contre Dieu, la sainte Vierge et les saints », fussent condamnés pour la première fois à une amende arbitraire, en doublant toujours jusqu’à la quatrième fois inclusivement ; qu’à la cinquième, outre l’amende, ils fussent mis au carcan ; qu’à la sixième, ils eussent la lèvre supérieure « coupée d’un fer chaud, et qu’ils fussent menés au pilori » ; qu’à la septième, la lèvre inférieure leur fût coupée, et enfin la langue à la huitième.

Plusieurs ordonnances relatives à ce délit furent rendues dans le courant du XVIe et du XVIIe siècle. Louis XIV donna, le 7 septembre 1651, une déclaration confirmative de l’ordonnance de Louis XII ; et c’est avec étonnement qu’on voit le grand roi faire reculer la législation de plusieurs siècles, en défendant, par une autre ordonnance de 1681, à tous soldats de jurer et de blasphémer le saint nom de Dieu, de la sainte Vierge et des saints, à peine d’avoir la langue percée d’un fer chaud. L’influence de madame de Maintenon se fait évidemment sentir dans ces dispositions, lesquelles furent d’ailleurs renouvelées après la mort du grand roi par une ordonnance de l’année 1727.

Brantôme nous a conservé les jurons de Louis XI, Charles VIII, Louis XII et François Ier, dans les quatre vers suivants :

Quand la pasque-dieu décéda,
Par-le-jour-dieu lui succéda ;
Le diable m’emporte s’en tint près ;
Foi de gentilhomme vint après.

Charles IX jurait par le sangdieu, par la mordieu ; et tout le monde connaît les célèbres jurons de Henri IV, ventre-saint-gris et jarnicoton.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
BON À SAVOIR
 À l’ami soigne le figuier, à l’ennemi soigne le pêcher
 
 Ménager la chèvre et le chou
 
MANIFESTATIONS
 Léonard de Vinci : la tapisserie de la Cène exposée au Clos Lucé
 
 Imagine Van Gogh : l'exposition immersive vous plongeant dans les toiles géantes du peintre
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Fête de l'Assomption
 
 Caricature en France : ses débuts au Moyen Âge
 
 Prospectus publicitaire : de l'interdiction à l'âge d'or de la publicité
 
 Applaudissements lors des concerts de musique classique
 
 
Et puis aussi...
 
 Rogations (Jours des) avant l'Ascension : origines de leur instauration
 
 Anéen (L'), jeu chevaleresque en hommage à la bravoure d'habitants de Valenciennes
 
 Calembour (Le) : effet linguistique dans lequel la France excelle
 
 Foire de la Minée à Challans (Vendée)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 303 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services