Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 17 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

17 février 1818 : le brevet déposé en France pour la draisienne est accordé - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Février > 17 février > 17 février 1818 : le brevet déposé en (...)

Éphéméride, événements

Les événements du 17 février. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


17 février 1818 : le brevet
déposé en France pour
la draisienne est accordé
(D’après « Le Magasin pittoresque » paru en 1894 et « C’est quoi la sérendipité ?
80 découvertes dues au hasard qui ont bouleversé le cours de l’Histoire »
(par Danièle Bourcier et Pek van Andel) paru en 2017)
Publié / Mis à jour le vendredi 16 février 2018, par LA RÉDACTION

 
 
 
C’est le 19 janvier 1818 qu’avait été déposée au ministère français de l’Intérieur une demande de brevet au nom du baron allemand Karl Drais von Sauerbronn, pour ce qui reste connu sous le nom de « draisienne » : deux roues alignées sur un cadre muni d’une simple selle

L’idée d’un véhicule marchant par le seul effort de l’homme est loin d’être nouvelle : sans vouloir rechercher dans cette courte étude, si les Égyptiens ou les Chinois, comme le prétendent quelques auteurs, ont eu l’idée de la vélocipédie bien avant nous, on ne peut s’empêcher d’en signaler la première trace officielle que nous trouvons dans un rapport adressé à l’Académie des sciences, en 1693, par le mathématicien français Jacques Ozanam (1640-1718), et où ce savant fait la description d’une voiture mécanique qu’un laquais monté derrière « fait marcher en appuyant alternativement sur deux pièces de bois qui communiquent à deux petites roues qui actionnent l’essieu du carrosse. »

Le baron Drais sur son invention
Le baron Drais sur son invention

Mais ce n’est là qu’une pure curiosité. En 1891, le journaliste Louis Baudry de Saunier fut l’auteur d’une supercherie seulement mise au jour dans la seconde moitié du XXe siècle, prétendant avoir découvert qu’en 1790 un certain comte Mède de Sivrac avait confectionné un célérifère ou vélocifère ainsi conçu : enlevez à un de nos manèges forains une de ses montures, cheval ou lion peu importe, placez une roue assez basse entre les jambes avant et une seconde roue de même hauteur entre les jambes arrière, reliez les deux roues avec une barre en bois et vous aurez l’instrument inventé par Mède de Sivrac.

On enfourchait le vélocifère, on frappait le sol alternativement avec les pieds pour donner l’élan à la machine sur laquelle on se maintenait comme on pouvait en se cramponnant à la tête de l’animal, l’équilibre du cavalier et de sa monture étant, comme on s’en doute, essentiellement instable. Cet instrument ne pouvait, en somme, être considéré que comme un amusement aucune direction, aucune vitesse, partant aucune utilité pratique. Cette prétendue découverte est mentionnée dans les mémoires de l’époque et donna même lieu à des caricatures de l’époque. Il y eut effectivement bien un Jean-Henri Siévrac qui déposa un brevet le 4 juin 1817 pour un célérifère, mais la machine était une voiture à cheval.

L’ancêtre de la bicyclette est en réalité la draisienne du baron allemand Karl Drais, dont le brevet fut déposé le 19 janvier 1818 par le sieur Louis-Joseph Dineur, demeurant à Paris au 47 quai de l’Horloge. Il avait pris pour cinq ans un brevet d’invention pour et au nom du baron de Drais domicilié à Mannheim, brevet qui avait pour objet « une machine appelée vélocipède, formée d’un siège porté sur deux roues qui obéissent facilement aux mouvements des pieds d’une personne assise sur le siège et qui transporte cette personne avec une grande rapidité ».

Brevet de la draisienne déposé le 17 février 1818 par le baron allemand Karl Drais
Brevet de la draisienne déposé le 17 février 1818
par le baron allemand Karl Drais. © Crédit photo : INPI

Le brevet fut accordé le 17 février 1818. La création du baron allemand était le fruit d’ « une année sans été », suite à l’éruption d’un volcan en Indonésie qui projeta d’immenses quantités de cendre dans le ciel. En effet, cette année-là, il n’y eut pas de récoltes, un manque d’avoine, une famine sans pareille et une mortalité importante de chevaux, seuls moyens de transports à l’époque. C’est ainsi que le jeune Drais, physicien, mathématicien, sylviculteur dans les forêts du grand-duc Karl von Baden, mais surtout inventeur à ses heures, se demanda un jour : « Comment se déplacer en faisant l’économie de l’avoine et des chevaux ? »

Il avait alors fabriqué, durant son temps libre, des véhicules à 4, 3 ou 2 roues. En 1817, le baron montra sa construction à 2 roues au grand-duc, qui fut tellement impressionné qu’il permit à Drais de consacrer tout son temps à ses inventions en lui donnant le titre de Professor der Mechanik. La machine permettait de faire le trajet de Mannheim à Schwetzingen à une vitesse de 13 kilomètres à l’heure. Sachant que la diligence de cette époque allait à 6 kilomètres à l’heure.

Dans la foulée du dépôt de brevet, la machine fut exposée le 6 avril 1818 à l’Exposition universelle, à Paris, et nommée à cette occasion draisienne. Tout le monde fut surpris qu’on puisse utiliser le guidon pour la diriger mais aussi pour rester en équilibre. Ce qui différenciait la draisienne du vélocifère imaginaire, c’est que sa roue avant était rattachée au corps de la machine par un pivot autour duquel elle tournait. La machine pouvait donc se diriger ; c’était un progrès, très grand même aux yeux de son inventeur qui pensait, grâce à son vélocipède, pouvoir révolutionner le monde.

Mais il était encore trop tôt. Une vogue très accentuée accueillit cependant cet instrument grossier, que les Anglais adaptèrent et allégèrent en remplaçant les parties de bois par du fer, et la draisienne devint chez eux, grâce à Knight, un véhicule relativement gracieux, l’Hobby-Horse. Trois années de succès, puis le silence se fit autour de la vélocipédie.

Plus de trente années s’écoulèrent sans amener aucun progrès malgré les efforts de quelques rares inventeurs qui persistaient à croire en l’avenir de ce mode de transport resté en enfance, lorsqu’en 1855 les premières pédales firent leur apparition. Ce fut une révolution. La vélocipédie entrait dans la voie qui devait la mener au succès actuel.

Caricature de 1818 : draisienne remplaçant les chevaux pour le service d'acheminement du courrier
Caricature de 1818 : draisienne remplaçant les chevaux pour le service d’acheminement du courrier

Quant à l’heureux inventeur des pédales, c’était le serrurier Michaux, disent les uns ; son ouvrier Lallement, disent les autres. Le rapport officiel sur les vélocipèdes à l’Exposition universelle de 1889 attribue quant à lui cette invention à Michaux : c’est lui, lisons-nous, qui eut l’idée d’adapter un axe pourvu de manivelles et de pédales à la roue d’une sorte de bicycle que mettait en mouvement la propulsion des pieds du cavalier prenant un point d’appui sur le sol. Le vélocipède était imaginé.

Son succès fut complet. Il se répandit avec rapidité en France : des sociétés se fondèrent, des courses eurent lieu, des journaux furent créés, mais ce mouvement s’arrêta brusquement en 1870. Signalons cependant, en 1872, une tentative d’application pratique du vélocipède qui fut employé pour porter les dépêches de la Bourse au Bureau central du télégraphe, rue de Grenelle-Saint-Germain ; ce service dura jusqu’à la création du bureau de la Bourse en 1875.

La vélocipédie allait devenir une industrie presque exclusivement anglaise, car sauf les deux importantes inventions des corps tubulaires et des jantes creuses dues au Français Truffault, dont surent d’ailleurs profiter les Anglais, les autres perfectionnements leur sont dus. L’industrie vélocipédique prit en Angleterre un développement considérable. Le lourd vélocipède en bois de Michaux avait cédé la place à l’élégant et rapide bicycle.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Dorer la pilule
 
 L'esprit qu'on veut avoir gâte celui qu'on a
 
MANIFESTATIONS
 Magiques licornes au Musée de Cluny
 
 Mystérieuse (La) bague du Dauphin Guigues VIII au Musée de l'Ancien Évêché de Grenoble
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 17 février 1673 : mort de Molière
 
 17 février 1871 : élection de Thiers à l'Assemblée nationale
 
 17 février 1863 : fondation du Comité international de la Croix-Rouge
 
 17 février 1806 : décret fixant la construction de l'Arc de triomphe sur la colline de Chaillot
 
 
Et puis aussi...
 
 17 février 1788 : mort de Quentin de La Tour
 
 17 février 1596 : Marseille rentre sous l'obéissance de Henri IV
 
 17 février 1524 : Saint-Vallier, père de Diane de Poitiers, reçoit sa grâce sur l'échafaud
 
 17 février 1405 : dépôt du corps de Tamerlan, fondateur du deuxième empire mongol
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 9 ARTICLES

 


Février
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services