Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 mai DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Fourches de Sauve, en bois de micocoulier : un savoir-faire séculaire

Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Métiers > Fourches de Sauve (Gard), en bois (...)
Patrimoine : Métiers
Richesses du patrimoine de France : métiers rares et artisanaux, métiers d’art, activités pittoresques et/ou insolites
Fourches de Sauve (Gard), en bois de
micocoulier : un savoir-faire séculaire
(Source : Midi Libre)
Publié / Mis à jour le mercredi 16 septembre 2015, par LA RÉDACTION
 
 
 
Dans la cité médiévale de Sauve, on fabrique depuis des générations des fourches en bois de micocoulier. Découverte des secrets de leur fabrication au travers d’une scénographie moderne (vidéo, mur d’images, bornes), et visite de l’atelier et de la fourcheraie.

Une histoire étonnante de cette production originale, obtenue selon une méthode ancestrale, la culture du micocoulier depuis la graine jusqu’à la transformation en produit fini et la découverte d’un centre d’interprétation du territoire Sauvain, sur la garrigue (faune, flore, environnement...).

Le Conservatoire de la fourche est un lieu de mémoire vivante où se fabriquent toujours selon une méthode ancestrale les fourches de Sauve, en bois de micocoulier. Dans les locaux historiques du conservatoire, les anciennes « Cazernes » construites en 1759, où l’architecture d’origine, encore très bien conservée, porte à l’intérieur les traces de plusieurs siècles de production (depuis 1815).

Les fourches de Sauve
Les fourches de Sauve

On fabrique des fourches depuis au moins le XIIe siècle. Au XVIe siècle, une réglementation en assure le secret de fabrication et le monopole de la culture. En 1688, les producteurs se regroupent préfigurant ainsi les futures coopératives agricoles. Ces célèbres fourches, de tailles différentes, approvisionnaient les écuries royales, impériales puis républicaines. Elles étaient exportées jusqu’en Algérie pour les travaux agricoles.

Avec sa terre rocailleuse calcaire, propice au développement du micocoulier, le village de Sauve a su révéler le particularisme de cette espèce végétale. Les Sauvains ont mis au point et perfectionné un ingénieux procédé de culture de la fourche. Reconnaissable à sa célèbre cravate d’écorce, elles sont vendues aux particuliers comme aux professionnels qui s’en servent toujours aujourd’hui dans l’agriculture et dans l’élevage, c’est aussi l’accessoire indispensable pour une décoration rustique ou pour une reconstitution d’époque.

Vous découvrirez en visitant le Conservatoire, toute l’histoire de la fourche de Sauve depuis la pousse du micocoulier jusqu’à la cuisson des fourches. Magnifique objet d’un seul tenant en bois de micocoulier, entièrement fabriquée à la main, la fourche de Sauve est légère, maniable, très résistante, non sujette à vermoulure, et ne blesse pas les animaux.

Site web du Conservatoire de la Fourche : http://fourchedesauve.free.fr/

Midi Libre

Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !