Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

À vendre : cheval ayant porté Napoléon lors de la bataille de Waterloo - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > À vendre : cheval ayant porté Napoléon

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


À vendre : cheval ayant porté Napoléon
lors de la bataille de Waterloo
(D’après « Le Compilateur », paru en 1829)
Publié / Mis à jour le lundi 23 octobre 2017, par LA RÉDACTION

 
 
 
Le cheval de Napoléon ne peut à la fin de ses jours trouver un peu de litière ! apprend-on en 1829, cependant que l’animal, qui porta l’empereur le jour de la célèbre bataille de Waterloo, cherche preneur. C’est du cheval des mauvaises destinées et des jours de malheur qu’un chroniqueur de l’époque nous conte ici les tribulations.

Ce pauvre animal, il a porté le vainqueur de l’Europe et il demande l’aumône ; Bélisaire des chevaux, il est là, sans asile, et chacun le repousse, personne ne veut de lui, peut-on lire en 1829. Cependant lui aussi est un souvenir, un souvenir d’une grande et mémorable époque. Il naquit aux bords du Guadalquivir, il était de pur sang et de race illustre, on vous eût montré sa généalogie aussi bien détaillée que celle du premier grand d’Espagne venu. On l’éleva dans les écuries impériales. Oh ! alors rien ne lui manquait ; c’était plaisir de voir comme on le choyait et caressait ; alors on le soignait, car il devait porter le maître de l’Europe, et aujourd’hui il mendie un maître et il n’en trouve pas.

Au grand jour de Waterloo, jour à jamais déplorable pour la France, il porta le grand capitaine ; il le porta au milieu du combat qui décidait des destinées de l’empire. Ce jour-là, il était léger, vif et agile ; agile comme il le fallait à la rapide pensée de Bonaparte. Et quand tout fut perdu, quand nos soldats furent tués ou dispersés par le sabre des étrangers ; lorsqu’il fallut au conquérant de l’Europe se hâter de fuir encore une fois, et que ce fut fini à tout jamais de la puissance et de l’empire, il partit et laissa là son cheval abandonné sur le champ de bataille.

Bonaparte au Grand Saint-Bernard
Bonaparte au Grand Saint-Bernard. Peinture de Jacques-Louis David

Son secrétaire le prit, mais bientôt il ne sut qu’en faire : ce n’était pas le temps alors de conserver religieusement des reliques impériales. II ne le vendit pas à un Anglais, et ce fut étonnant, car alors les Anglais achetaient tous les souvenirs de Waterloo ; ils payaient tout, jusqu’aux débris anguleux des cuirasses ensanglantées et des armures brisées par le canon. Il advint donc que le cheval passa honteux et inconnu dans le manège d’un maquignon. Le malheureux animal tombait, comme la France, des splendeurs de la gloire à l’humiliation.

Cependant un duc, oyant parler de son origine et de sa fortune passée, prit envie de l’avoir comme un souvenir de son ancien maître : il l’acheta ; puis il le céda à un homme devenu célèbre par son dévouement héroïque à l’empereur déchu, et depuis peu — nous sommes en 1829 — par son éclatante ruine. Et ce fut là son second Waterloo.

Le malheureux ! Les huissiers et les recors l’ont saisi, comme les bourreaux de l’Angleterre se saisirent, il y a quinze ans, de son glorieux maître. Ils l’ont renfermé et séquestré, mis en fourrière et sous la main de la justice ; puis, comme ils ont vu qu’il était vieux, ils n’ont pas voulu le nourrir, et ils l’ont chassé : sans un pauvre serviteur qui l’a recueilli, il eût erré abandonné, et sans asile.

Si vous l’eussiez vu, ce pauvre animal tout triste et honteux de sa chute, comme il hennit de bonheur et se releva tout joyeux lorsqu’il revit l’ancien ami de son maître ! Lui qui autrefois était si beau, si vif, si fringant, ce jour-là il était harassé de fatigue, sale, couvert de poussière ; il avait l’œil morne, l’oreille basse et la corde au cou ; vous en auriez eu pitié en songeant aux jours passés de ses gloires et de ses triomphes.

Et maintenant il est à vendre, le cheval de Waterloo ! Le premier venu, M. de Bourmont, s’il lui en prend fantaisie, peut se donner le plaisir de se pavaner et parader sur le cheval de Napoléon, de parodier le grand capitaine aux Champs-Elysées. Il est à vendre. Si vous voulez le voir, allez rue de Malte, n. 17. Quelqu’un voudra-t-il échanger quelques louis contre un souvenir historique ?

Note : Louis Auguste Victor de Ghaisne, comte de Bourmont, maréchal de France, est un ancien chouan ayant commandé en 1797 les troupes royalistes du Maine. Il refusa le grade de général de division que lui offrit Bonaparte en 1800, mais effectua d’importantes missions pour l’empereur dès 1813, avant de se rallier à lui. Après Waterloo, il se mit au service du roi Louis XVIII, et fut nommé ministre de la Guerre en 1829.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Prendre ses jambes à son cou
 
 C'est un petit-maître
 
MANIFESTATIONS
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Couteaux pointus : interdiction dans les provinces flamandes par un édit de Louis XIV en 1669
 
 Rois s'égarant en forêt et jouant de leur anonymat
 
 Premier propriétaire (Le) de l'Élysée assailli par des fantômes
 
 Gargantua : des traces du géant 20 ans avant la naissance de Rabelais
 
 
Et puis aussi...
 
 Avant-goût de balancier démocratique délétère, opposition politique non constructive et « tracassière »
 
 Plaidoyer d'un écrivain satirique en faveur des chiens et des chats
 
 Le Bourgeois gentilhomme : commandé par Louis XIV à Molière pour laver un affront ?
 
 Croix de l'Ordre du Saint-Esprit au futur Louis XV (Présentation de la)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 318 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services