Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

XVIIIe : siècle des pleureurs pour répondre à l'appel de la nature ? - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > XVIIIe : siècle des pleureurs en (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


XVIIIe : siècle des pleureurs en réponse
à « l’appel de la nature » ?
(D’après « Le Mois littéraire et pittoresque », paru en 1904)
Publié / Mis à jour le mardi 5 mai 2015, par LA RÉDACTION

 
 
 
Selon l’académicien Émile Faguet, il n’est pas siècle où l’on ait pleuré autant qu’au XVIIIe ; et de nous prouver, de sa plume intempérante et à grand renfort d’exemples, combien cette période bat à plate couture celle de Madame de Sévigné où verser des larmes était jugé honteux, ce XVIIIe siècle méritant quant à lui amplement l’appellation de siècle-saule...

Au XVIIe siècle, on ne pleure pas beaucoup : Mme de Sévigné pleure quelquefois, mais point si souvent. Elle est beaucoup plutôt la belle rieuse que la belle larmoyante. Bajazet ou Bérénice lui font verser « six larmes ». Elle les a comptées. Ce n’est pas excessif, estime Émile Faguet. Des larmes qu’on peut compter sur les doigts qui les essuient ne comptent pas ou, du moins, ne comptent pas beaucoup. Et Mme de Sévigné rit beaucoup plus souvent qu’elle ne pleure. Remarquez qu’elle écrit cinq ou six lettres au moins sur la mort de Turenne sans parler une seule fois de larmes, du moins de larmes tombées de ses beaux yeux à elle. Et Dieu sait si elle a été touchée de la mort de Turenne !

Bien plutôt il faudrait dire que le XVIIe siècle a méprisé les larmes et s’est passablement moqué des pleureurs. Scarron n’a pas manqué de se gaudir d’Énée, de l’Émis de Virgile, qui, à son avis, pleure trop souvent pour un homme et pour un surhomme. Il a dit de ce héros qu’il avait « le don des larmes », mot qu’il a créé pour se moquer de la chose et qui est resté, ayant été pris au sérieux plus tard.

La Bruyère nous donne un document plus important encore à cet égard. Il nous dit : « D’où vient qu’on rit si librement au théâtre et que l’on a honte d’y pleurer ? » Ceci est précis et formel comme constatation de fait. On avait honte de pleurer au théâtre et par conséquent on n’y pleurait pas ou l’on y pleurait peu, bien loin de s’en faire honneur, comme ce devait être le bel air plus tard. La mode n’était pas à pleurer. Comptez sur la mode en tout lieu et en tout temps et particulièrement chez les Français, lance Faguet. Du moment que ce n’en était pas la mode, on ne pleurait que très médiocrement au XVIIe siècle.

Jean-François Marmontel (1723-1799)
Jean-François Marmontel (1723-1799)

Le seul siècle pleureur, le seul siècle-saule comme le désigne Émile Faguet, a été le XVIIIe. Il a pleuré de tout son cœur, et il s’en est fait gloire de tout son courage. On ne voit que mouchoirs mouillés et visages inondés de larmes dans ce siècle-là. Diderot pleurait tous les jours, comme d’hygiène, et à propos de n’importe quoi. Marmontel, Colardeau, Beaumarchais, Sedaine, Voltaire lui-même — et chez Rousseau cela devint une véritable monomanie — pleuraient à l’envi les uns des autres et à l’envi des sources et ruisseaux. La larme à l’œil fut même élevée à la dignité de criterium littéraire. On pleura à Zaïre et l’on critiqua Zaïre. Voltaire s’écria triomphalement : « On a pleuré à Zaïre, voilà une grande réponse aux critiques ! »

Et il est bien certain que, tout au moins, on peut dire pour la comédie : « Vous avec ri, vous êtes désarmés. » Et pour la tragédie ou le drame : « Vous êtes désarmés puisque vous pleurâtes. » Tous les mémoires et toutes les correspondances du temps confirment ce fait, désormais constant, de l’abondance et surabondance des larmes versées au XVIIIe siècle. Il n’est guère en ce siècle que Montesquieu et Buffon, peut-être d’Alembert — et encore il ne fallait pas qu’il fût question de Mlle de Lespinasse —, qui n’aient pas été pleureurs.

Le XVIIIe siècle est le siècle larmoyant par excellence, depuis la comédie larmoyante de La Chaussée jusqu’aux drames lacrymogènes « lacrymosa poementa Puppi » de Mercier et Pixérécourt.

D’où vient cela ? Ah ! C’est ce qui est plus difficile à dire. La raison générale, avance notre homme de lettres, c’est que le XVIIIe siècle a eu pour turlutaine propre la confiance dans la nature, le retour à la nature, l’appel à la nature et l’abandonnement à la nature, et cette idée assez contestable, tenue par lui comme hors de discussion, que la nature ne peut pas se tromper. Or, comme Musset a dit plus tard, « une larme coule et ne se trompe pas. » Ils ont donc cru qu’il n’y avait rien qui fût si naturel, et par conséquent si beau et si honnête, que de pleurer et que pleurer était marque vénérable de « cœur sensible ». Ils pleuraient par honnêteté et pour marquer combien ils étaient près de la nature.

Le rire, en effet, est tout aussi naturel que les pleurs, mais il faut reconnaître que, cependant, il est plus volontaire, que le rire sarcastique, le rire épigrammatique, le rire satirique, le rire de dédain viennent de l’esprit et non du cœur et ne marquent pas nécessairement une émotion aussi profonde et aussi sincère que les pleurs.

Donc, pour être naturels, pleurons, et comme être naturel c’est être honnête et vraiment homme, pleurons par honnêteté. Voilà, selon l’académicien Émile Faguet, l’explication. Ils oubliaient que l’empire de la mode, de la coutume et de l’imitation est si grand qu’on peut très bien pleurer par imitation, par coutume et par mode et tout simplement parce que d’autres pleurent. Ils oubliaient qu’un vieux poète, Saint-Sorlin, a dit :

Quand une femme pleure, une autre pleurera ;
Et toutes pleureront tant qu’il en surviendra...

et que, à cet égard, il y a bon nombre d’hommes qui sont femmes. Ils ne se doutaient pas qu’à le prendre ainsi, c’est-à-dire dans la vérité des choses, les pleurs sont exactement aussi artificiels que le rire et aussi artificiels que n’importe quelle chose artificielle. Et, croyant revenir à la nature, ils retombaient dans l’artificiel plus que jamais.

Chassez l’artificiel, il revient au galop.

Ou, si vous voulez, en beau latin : Expellas fictum furca, tamen usque recurret.

Voilà, selon Faguet, l’explication. Et puis, il peut y en avoir d’autres. Par exemple celle-ci, que l’académicien ne nous donne que pour ce que nous jugerons qu’elle vaut. Un de ses amis lui disait naguère :

Pourquoi le siècle de Voltaire
A tant pleuré sur cette terre ?
C’est qu’il prévoyait, le pendard,
Tout le mal qu’il ferait plus tard !

Après tout, il est bien possible.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
BON À SAVOIR
 Acheter chat en poche
 
 Battre la campagne
 
MANIFESTATIONS
 Léonard de Vinci : la tapisserie de la Cène exposée au Clos Lucé
 
 Dentelles (Les) de la cour d'Henri IV renaissent au Puy-en-Velay
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Signature bureaucratique : une illisibilité proportionnelle au degré de « respectabilité » ?
 
 Mythe du legs d'une princesse russe enterrée au Père-Lachaise
 
 Louis XI préfère un âne à ses astrologues
 
 Condamnation pour circulation à vélocipède sur la voie publique
 
 
Et puis aussi...
 
 Doléances d'un académicien au sujet des indemnités académiques
 
 Petits métiers de Louis XIII : menuisier, fondeur, mécanicien, cuisinier, armurier, verrier, imprimeur...
 
 Réforme nécessaire de formalités administratives jugées excessives et vexatoires
 
 Longévité des artistes et des écrivains
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 332 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services