Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Réforme de la langue française : singulier projet en 1923 - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Événements marquants > Réforme de la langue française ou le (...)

Événements marquants

Evénements ayant marqué le passé et la petite ou la grande Histoire de France. Faits marquants d’autrefois.


Réforme de la langue française
ou le singulier projet d’un
professeur d’humanités en 1923
(D’après « Les Annales politiques et littéraires », paru en 1923)
Publié / Mis à jour le dimanche 4 novembre 2018, par LA RÉDACTION

 
 
 
En 1923, dans le cadre de sa chronique Caquets de chez Bravin paraissant dans les Annales politiques et littéraires, le chansonnier Jean Bastia (1878-1940) se fait l’écho d’un singulier projet : celui d’un certain Alisson, professeur libre d’humanités aspirant à « simplifier » la langue française à laquelle trop de circonvolutions portent selon lui préjudice...

On sait qu’une querelle divise les professeurs et que la réforme de l’enseignement secondaire donne lieu à de nombreuses controverses, explique Jean Bastia. Grammatici certant, disait déjà Horace. Des parlementaires, quoique de même nom, ne sont pas de même avis : ce sont les deux Bérard. L’un dit oui, l’autre dit non. Le ministre prétend qu’il a raison parce que Lhomond dit : Ego nominor leo, et le simple sénateur riposte : Victor sum.

Sans vouloir entrer dans le vif de la discussion et pour ne parler que de la simple langue française qui est encore vivante et peut être modifiée, je n’ai pas été mis sans intérêt au courant du projet d’un certain M. Alisson, professeur libre d’humanités, qui, par le moyen d’un redoublement de certaines consonnes ou voyelles, arrive à donner aux mots plus de force, à créer des valeurs, sans le secours d’épithètes ni d’adverbes qui, on le sait, alourdissent le style.

M. Alisson m’a exposé sa méthode :

« Il existe dans toutes les langues deux mots d’usage courant : oui et non. Il n’y a, en français, qu’une façon de les écrire, celle que nous savons : trois lettres pour chaque mot. Et, cependant, il y a plusieurs « oui » comme plusieurs « non » : le « oui » timide, le « oui » assuré, le « oui » énergique, le « oui » sans réplique. Il faudrait que, pour qu’il n’y ait plus de méprise, l’orthographe de chacun de ces « oui » variât. Par exemple, « oui » tout simple, en trois lettres, signifierait le « oui » dont on peut dire qu’il est « ni oui ni non ». Mais, pour affirmer son opinion positive, je voudrais qu’on doublât, triplât, quadruplât l’o initial.

 » Ooui ! signifierait : — Je vous dis bien oui.
 » Oooui ! voudrait dire : — C’est oui et je n’en démordrai pas.
 » Ooooui ! aurait ce sens : — N’insistez pas, c’est sans réplique. »

M. Alisson continua :

« Alors, quelle clarté dans notre langue ! et quelle rapidité d’expression ! Plus de mots inutiles, de circonlocutions oiseuses, de phrases entières pour rendre sa pensée ; quelques lettres de plus suffiraient. »

Il dit :

« Un événement vient de se produire... — Où ? demandai-je. — Non ! fit-il, c’est une phrase que je crée pour servir d’exemple à ma méthode... Un événement vient de se produire soudain en Afrique centrale... Cela est, dit-il, ma phrase exemple.

« Si c’est un grand événement, j’orthographie événnement, par redoublement de l’n. S’il s’agit d’un événement extraordinaire, je triple cette consonne et j’écris événnnement. Trois n remplacent ici tous les adjectifs ampliatifs tels que colossal, étonnant, extravagant, fabuleux, indescriptible, inouï, etc., ou la locution sans précédent, ou tout un membre de phrase tel que comme on n’en vit jamais.

« Avec ma méthode, la pensée s’exprime plus rapidement, le discours gagne en concision, même en clarté. Si, poursuivit le grammairien libre, vous voulez indiquer que le caractère de soudaineté dudit événnnement fut tout à fait exceptionnel, que dis-je exceptionnel !... excepttionnel (avec deux t).... vous n’avez de même qu’à redoubler la consonne la plus caractéristique dans l’adverbe soudain (c’est le d), ce oui vous fait écrire souddain. »

— J’ai compris ! déclarai-je à mon humaniste. Laissez-moi finir moi-même votre phrase.

Et, prenant une feuille de papier, j’écrivis : « Un ÉVÉNNNEMENT vient de se produire SOUDDAIN en AFFRIQUE... »

Il m’interrompit : « — Pourquoi mettez-vous deux f à Afrique ? — Pour bien affirmer que c’est là et peu ailleurs, répliquai-je. — Très bien ! dit-il. »

Je continuai d’écrire : « ... en AFFRIQUE CENTTTRALE. » Il exultait : « Ça y est !... Vous avez compris. Centttrale avec trois t. C’est admirable ! Ça équivaut à dire : Et pas seulement au hasard dans tout l’immense territoire que les géographes appellent le centre de l’ Afrique, mais vraiment au centre, au centttre avec trois t..., soit à l’équateur, en plein Congo, vers la source de la rivière Maringa. Plus besoin d’indiquer les degrés de latitude et de longitude. Un simple redoublement de consonnes tient lieu de précisions géographiques. »

Il poursuivit :

« Prenons, par exemple, la phrase : Redoute ma colère !... Si vous redoublez le d de redoute et que vous écriviez : Reddoute ma colère !..., cela signifie que votre colère est vraiment redoutable, qu’il faut s’en méfier, que vous ne vous connaissez plus quand vous êtes dans cet état-là. » Si, au contraire, c’est l’l de colère que vous redoublez, et que vous écriviez : Redoute ma collère !..., le sens change et vous indiquez par ce redoublement de l’l que vous êtes vraiment furieux, que ce n’est pas une colère feinte.

« — Et si l’on redouble le d ici et l’l là ? interrogeai-je.

« — Alors, conclut mon homme. l’individu menacé n’a plus qu’à mettre du champ entre lui et son interlocuteur. »

Le professeur m’a donné plusieurs devoirs à faire, conclut Jean Bastia :

« Expliquez par des périphrases les redoublements suivants :

« Quelle DOULLEUR est la mienne ! Je suis HEURREUX de vous voir. J’ai FFAIM et SSOIF. C’est un SCANDDDALE ! »

J’en ai, de moi-même, ajouté un : « Cette façon d’écrire le français est STSTUPPIDDE. ».

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
BON À SAVOIR
 Il faut prendre le temps comme il vient, les hommes pour ce qu'ils sont et l'argent pour ce qu'il vaut
 
 Noces de mai, noces mortelles
 
MANIFESTATIONS
 Dentelles (Les) de la cour d'Henri IV renaissent au Puy-en-Velay
 
 Bêtes d’affiches : le monde animal domine la publicité
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 1359 : mort du grand Ferré, figure héroïque de la guerre de Cent Ans
 
 Premier « piratage » d'un réseau de communication : l'affaire du réseau télégraphique détourné
 
 4 août 1789 : abolition des privilèges par l'Assemblée Constituante
 
 Machine infernale de Fieschi : un attentat politique au coeur de Paris en 1835
 
 
Et puis aussi...
 
 Cruelle crue de la Seine en janvier 1677 : les glaces à l'assaut de la capitale
 
 Potter à toute vapeur au XVIIIe siècle !
 
 Affaire du Courrier de Lyon : l'attaque d'une malle-poste en 1796 conduit à l'erreur judiciaire
 
 11 juillet 1920 : mort d'Eugénie à 94 ans, dernière Impératrice et épouse de feu Napoléon III
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 138 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services