Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Givenchy-en-Gohelle plaide l’anomalie historique et veut associer son nom au mémorial de Vimy

Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine de France > Givenchy-en-Gohelle plaide l’anomalie
Patrimoine de France
Richesses du patrimoine francophone : livres, revues, musées, parcs, châteaux, circuits touristiques, monuments...
Givenchy-en-Gohelle plaide l’anomalie
historique et veut associer son nom
au mémorial de Vimy
(Source : La Voix du Nord)
Publié / Mis à jour le mercredi 18 février 2015, par LA RÉDACTION
 
 
 
Principalement sur le territoire de Givenchy-en-Gohelle, le mémorial de Vimy honore la mémoire des soldats canadiens morts en France pendant la Première Guerre mondiale. Sur les 66000 soldats du corps expéditionnaire canadien, plus de 10000 furent portés disparus. Le débat sur le nom de ce mémorial est (re)lancé par Pierre Sénéchal, nouveau maire de Givenchy-en-Gohelle. Selon lui, le fait que le nom de sa commune ne soit pas associé à ce site de mémoire, très touristique, est une anomalie de l’Histoire autant qu’une anomalie géographique. Alors, à quand le mémorial de Vimy-Givenchy ?

La terre sur laquelle est érigé le monument commémoratif, ainsi que les 100 hectares qui l’entourent, ont été donnés au Canada par la France en 1922. Un site qui se trouve sur le territoire de Givenchy-en-Gohelle. Aujourd’hui encore, les relevés du cadastre sont formels. Une terre accordée « gracieusement et pour toujours » au lendemain de la Grande Guerre. Une terre « exempte de toute forme de taxe », qui pourtant, à la construction du mémorial entre 1925 et 1936, s’est rapprochée de Vimy. Parce que c’est la bataille de la Crête de Vimy (reprise aux Allemands par les soldats canadiens le 9 avril 1917) répondent les plus pointus, entre deux légendes. Parce que Vimy « est le site d’une grande victoire canadienne de la Première Guerre mondiale » peut-on lire sur le site Internet des anciens combattants du Canada, où d’ailleurs la commune de Givenchy-en-Gohelle n’est jamais mentionnée.

Ce qui irrite Pierre Sénéchal, jeune maire de Givenchy, c’est justement de voir sa commune exclue des documents touristiques, entre autres. Il n’avait pas manqué d’interpeller les élus communautaires il y a quelques jours pour la sortie du guide « émotionnel ». « C’est le territoire de la CALL » avait balayé d’un revers le président Sylvain Robert.

Un argument loin d’être suffisant pour l’élu givenchyssois qui n’en démord pas. « Ce n’est pas un caprice mais il faut que les choses soient claires. Quand il y a des démarches et de la paperasse concernant ce site, c’est à moi que l’on s’adresse mais quand il y a une manifestation sur place, le nom de Givenchy disparaît. » Petite consolation aux accents d’ironie pour le maire, l’organisation du prochain Tour de France associe dans ses documents le monument canadien au village des Mingeux d’maguettes. « Au moins, les Parisiens savent que le mémorial est rattaché à Givenchy. » De quoi conforter l’édile dans sa volonté de se faire un nom en haut de la crête de Vimy.

« Un faux débat » pour le maire de Vimy
Jacques Larivière ne veut pas « entrer dans la polémique. » Le maire de Vimy concède que le sujet du mémorial alimente parfois, de façon détendue, les discussions avec son homologue Pierre Sénéchal, mais prend ça « à la rigolade ». L’appartenance du mémorial est selon lui « un faux débat. » Évidemment, la conclusion est plus simple à tirer quand on est du bon côté. « Le mémorial est propriété du Canada, voilà tout. Il n’est ni à Vimy, ni à Givenchy-en-Gohelle ! Après, je ne sais pas pourquoi ils ont choisi d’y associer le nom de Vimy et non celui de Givenchy... » analyse-t-il. L’un de ses adjoints s’invite alors dans l’échange. Il rappelle qu’en effet le terrain est au départ propriété de Givenchy, mais la commune qui l’a mise à disposition aurait refusé ensuite d’apporter l’eau nécessaire au chantier de construction du mémorial. Le Canada se serait donc « vengé » en priorisant Vimy. Une histoire qui tient de la « légende urbaine » pour Pierre Sénéchal.

Le mémorial de Vimy (Pas-de-Calais)
Le mémorial de Vimy (Pas-de-Calais)

« Si on veut tout remettre en cause, il faut aussi revoir certains billets de banque canadiens, sur lesquels apparaît le mémorial sous le nom de Vimy ! » lâche dans un sourire le maire vimynois élu en 2014. Tout en constatant que oui, en terme d’image, voir son nom associé au monument est plutôt bénéfique. « Après, en terme de décisions, ni Vimy, ni Givenchy ne sont concernés. Et puis les Canadiens n’ont pas forcément besoin de nous ! » Et l’élu Vimynois de rappeler que tous les maires voisins du site sont conviés aux événements qui s’y déroulent. N. C.

Le « dossier » n’est pas nouveau
Sans remonter jusqu’aux origines du monument, dans les années 1920, l’appartenance du mémorial alimente le débat depuis quelques années. Au moment des municipales 2014, Robert Mieloch, alors maire de Givenchy-en-Gohelle depuis vingt ans, glissait déjà dans nos colonnes son ambition pour le développement touristique du site, qu’il comptait faire pencher de son côté : « Nous avons tout de même 720 000 visiteurs par an au mémorial canadien de Vimy, qui se trouve sur notre commune. »

Une question d’image
Le site du mémorial est devenu site historique du Canada le 10 avril 1997, à l’occasion du 80e anniversaire de la bataille de la Crête de Vimy. Contrairement à ce qui se passe pour une ambassade, le lieu est soumis aux lois de la France et la police française est chargée d’y maintenir la loi et l’ordre.

S’il ne revendique donc pas la gestion du site, le maire de Givenchy, Pierre Sénéchal, aimerait pouvoir bénéficier de ses retombées en termes d’image. « Quand on sait que le tourisme de mémoire mène le territoire, on aimerait qu’au moins les hommes politiques de la région nous rendent ce qui nous revient. Pour que l’on puisse voir le tourisme se développer à Givenchy. » Une renommée qui pourrait, espère l’élu, permettre de débloquer d’autres projets dans la commune, comme l’aménagement des axes routiers qui vont du village au mémorial.

Maxime Pedrero et Nicolas Chauty
La Voix du Nord

Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !