Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

La perle des huîtres s’affine en baie de Cancale - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Gastronomie > La perle des huîtres s’affine en baie (...)

Patrimoine : Gastronomie

Richesses du patrimoine de France : spécialités gastronomiques de terroir. Producteurs de spécialités de la gastronomie française


La perle des huîtres
s’affine en baie de Cancale
(Source : Ouest France)
Publié / Mis à jour le mardi 2 décembre 2014, par LA RÉDACTION

 
 
 
Elle porte un nom aux sonorités russes. La Tsarskaya est une huître creuse de prestige, choyée dans les parcs Saint-Kerber, à Cancale, en Ille-et-Vilaine. Servie sur les tables des grands restaurants, elle est exportée dans le monde entier.

Quelques heures plus tôt, la pluie lavait encore à grosses gouttes la côte cancalaise. Et puis, soudain, une accalmie à l’heure de la marée descendante. Le moment propice pour descendre dans les parcs ostréicoles, au pied de la cale. Le spectacle est saisissant. Dans un vaste paysage où le ciel se confond avec la mer, les ostréiculteurs vêtus de leurs cuissardes s’affairent. Ils retournent les poches d’huîtres, pieds dans la vase. Au loin, le Mont-Saint-Michel se devine, noyé dans la brume.

Une fois que la mer se retire, la baie du Mont-Saint-Michel, connue pour ses impressionnants marnages, devient en effet le lieu de travail de ceux qu’on appelle les jardiniers de la mer. Comme François-Joseph Pichot, cogérant des Parcs de Saint-Kerber, 20 salariés. Son entreprise commercialise une huître creuse spéciale la Tsarskaya, depuis 2005.

Saveur douce et iodée
Exportée dans 70 pays, elle est servie sur les meilleures tables. Elle est appréciée des connaisseurs, en particulier en Italie, à Hong-Kong et au Moyen-Orient. Plus charnue que ses congénères, son taux de chair oscille entre 15 et 16 contre 8 à 9 % pour une huître commune. Au fil du temps, elle est devenue l’emblème de l’entreprise et assure entre 20 à 25 % de son chiffre d’affaires. Elle a été baptisée Tsarskaya (la tsarine), en référence aux tsars de Russie qui importaient des huîtres dès le XIXe siècle.

Qu’a t-elle de si particulier pour plaire aux meilleurs palais ? « C’est la seule huître à avoir deux hauteurs de goût, indique Stéphan Alleaume, associé de François-Joseph Pichot. On retrouve d’abord la saveur iodée, typique de la baie du Mont-Saint-Michel. Puis, quand on croque la chair, elle est douce et presque sucrée avec des notes de lait d’amande. »

Pour obtenir ce coquillage d’exception, vendu au bas mot 40 % plus cher, il faut de l’huile de coude et du temps. Trois bonnes années, voire quatre, peuvent s’écouler entre le semis des naissains et l’expédition. La Tsarskaya grandit à l’est de la baie dans une zone où l’eau brasse beaucoup. « Ça les empêche de pousser trop vite. Elles font ainsi plus de chair », explique François-Joseph Pichot.

Un long parcours
Pendant 18 mois, les jeunes huîtres vont vivre la plupart du temps immergées. Puis, elles seront triées. Les plus belles, environ 40 % de la totalité, deviendront des Tsarskaya. Elles poursuivront leur croissance dans un secteur où la mer découvre plus souvent. La coquille va alors durcir et se remplir de chair.

18 mois passeront encore. Enfin, en prévision des fêtes de fin d’année, les bivalves seront mis en réserve « à terre ». Ils s’affineront sur des parcs proches de la côte. Durant tout ce cycle, les ostréiculteurs retournent régulièrement les poches qui peuvent peser jusqu’à 20 kg. Un travail harassant. Marc Le Her, un des salariés de la société, garde pourtant le sourire. Né à Morlaix, il est issu d’une famille d’ostréiculteur. « Mon arrière-grand-père produisait des huîtres plates dans les années 50. » Il apprécie d’être en contact permanent avec la mer. « J’aime travailler en plein air. »

François-Joseph Pichot a repris l’entreprise familiale en 2003. Son grand-père s’était lancé dans la vente de pains de glace, avant de se reconvertir dans la culture des huîtres après-guerre. « Mes parents ont pris sa succession le 1er mai 1968. » Les exportations démarrent dans les années 70. « Mon père a voyagé partout dans le monde, sans parler anglais ! »

Aujourd’hui, les Parcs Saint-Kerber exportent 90 % de leur production. Cinq langues sont parlées dans les bureaux de la société. François-Joseph Pichot, quant à lui, ne se lassera jamais du spectacle toujours changeant qu’offre la baie du Mont-Saint-Michel. « Je ne suis pas blasé. Quand les matins d’hiver, le ciel devient rouge écarlate, c’est magnifique. »

Isabelle Lê
Ouest France

Accédez à l’article source




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Je l'ai connu poirier
 
 À chaque jour suffit sa peine
 
MANIFESTATIONS
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Pavé de Voiron : la confiserie et son histoire
 
 Coucougnettes du Vert Galant : la confiserie et son histoire
 
 Grisette de Montpellier : le bonbon et son histoire
 
 Ferme-brasserie (Une) de Normandie produit et exporte du whisky
 
 
Et puis aussi...
 
 Anis de l'Abbaye de Flavigny (Côte-d'Or)
 
 Cognac Guerbé (Charente)
 
 Récolte du nergi en Béarn : un fruit sucré et vitaminé
 
 Rillettes du Mans, thym de Provence et sel de Salies-de-Béarn candidats à l'IGP
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 112 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services