Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 17 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Jean-François de La Pérouse. Portrait, biographie, vie et oeuvre du navigateur - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Personnages : biographies > Pérouse (La) (Jean-François de)

Personnages : biographies

Vie, oeuvre, biographies de personnages ayant marqué l’Histoire de France (écrivains, hommes politiques, inventeurs, scientifiques...)


Pérouse (La) (Jean-François de)
(D’après un article paru en 1833)
Publié / Mis à jour le dimanche 7 février 2010, par LA RÉDACTION

 

Parmi les navigateurs qui ont exploré le globe, il n’en est point dont le nom soit plus populaire que celui de La Pérouse ; peut-être faut-il attribuer une partie de cette célébrité peu commune à la funeste issue de son expédition. De grands accidents rehaussent en peu de temps la renommée d’un homme, et lui donnent souvent plus d’éclat qu’une longue série de belles actions toutes couronnées de succès.

La Pérouse
La Pérouse

Pendant trente ans le secret de la destinée de La Pérouse nous fut voilé : et si nous connaissons aujourd’hui les peuples témoins de son naufrage, si nous avons sondé les récifs où gisent les derniers débris de ses frégates, nous conservons cependant encore des doutes pénibles sur le sort de ceux qui échappèrent au désastre, sur les détails de leur mort, peut-être même sur l’existence de quelqu’un d’entre eux.

La Pérouse était entré très jeune dans la marine royale. Il avait assisté à un grand nombre de combats ; il en avait soutenu de glorieux sur les frégates qu’il commandait, et il venait de prendre une place honorable parmi les officiers les plus distingués, en accomplissant avec autant de bonheur que d’humanité une mission cruelle mais importante, celle de détruire les établissements des Anglais dans la baie d’Hudson. La Pérouse joignait à son courage et à l’habileté dont il avait fait preuve le précieux avantage d’avoir navigué sur toutes les mers du globe, tant pendant les guerres que pendant la paix de 1774 à 1778. Ces qualités le firent choisir par Louis XVI pour le commandement d’une expédition de découvertes.

On sait combien Louis XVI aimait les sciences géographiques. Ce fut lui qui, assisté du savant Fleurieu, dressa les instructions que devait suivre La Pérouse pour compléter et continuer les travaux de Cook. Ces instructions, d’ailleurs si remarquables sous le rapport hydrographique, le sont peut-être davantage encore par les principes d’humanité qui y sont exprimés.

« Le sieur La Pérouse, y est-il dit, s’occupera avec zèle et intérêt de tous les moyens qui peuvent améliorer la condition des peuples qu’il visitera, en procurant à leurs pays les légumes, les fruits et les arbres utiles d’Europe ; en leur enseignant la manière des les semer et de les cultiver ; en leur faisant connaître l’usage qu’ils doivent faire de ces présents, dont l’objet est de multiplier sur leur sol les productions nécessaires à des peuples qui tirent presque toute leur nourriture de la terre.

« Si des circonstances, qu’il est de la prudence de prévoir dans une longue expédition, obligeaient jamais le sieur de La Pérouse de faire usage de la supériorité de ses armes sur celles des peuples sauvages, pour se procurer, malgré leur opposition, les objets nécessaires à la vie, tels que des substances, des bois, de l’eau, il n’userait de la force qu’avec la plus grande modération, et punirait très sévèrement ceux de ses gens qui auraient outrepassé ses ordres.

« Le roi regarderait comme un des succès les plus heureux de l’expédition, qu’elle pût être terminée sans qu’il en eût coûté la vie à un seul homme. »

Ce dernier voeu devait être bien douloureusement trompé.

Deux frégates, la Boussole et l’Astrolabe, furent confiées à La Pérouse ; des officiers choisis avec soin au nombre de vingt ; des savants et des artistes distingués : ingénieurs, astronomes, physiciens, naturalistes, botanistes, médecins, dessinateurs, horlogers, au nombre de dix-sept, un grand nombre d’officiers mariniers, en tout deux cent trente-deux personnes, furent embarqués.

La Pérouse quitta Brest le 1er août 1785. Après avoir vérifié quelques positions géographiques dans l’Océan Atlantique, et avoir touché à l’île de Pâques et aux îles Sandwich dans la mer du Sud, il se rendit sur la côte nord-ouest de l’Amérique, l’un des points qu’il devait explorer avec le plus de soin, et d’où Cook avait toujours été repoussé par les gros temps et les courants. Ce fut sur cette côte que commença la série des malheurs que devait subir l’expédition.

On avait découvert une baie jusque-là inconnue (le Port des Français), il ne restait que peu de sondes à y faire. Trois embarcations avaient été envoyées pour les terminer ; mais s’étant approchées de la passe, au moment où la marée était dans toute sa force, elles furent entraînées au millieu des brisants qui en engloutirent deux. Ainsi périrent vingt-et-une personnes, parmi lesquelles étaient six officiers. Cette catastrophe fit la plus vive impression sur La Pérouse. « Je ne crains pas, dit-il dans la relation de son voyage, de laisser connaître que mes regrets ont été depuis ce jour accompagnés de mes larmes, et que le temps n’a pu calmer ma douleur. »

Sur cette côte d’Amérique, La Pérouse ne put que fixer la position de quelques points isolés ; il éprouva les mêmes difficultés que le capitaine Cook, et d’ailleurs il ne pouvait y passer que six semaines. Cette reconnaissance a été refaite depuis, par le navigateur Vancouver, qui ne l’a terminée qu’après trois ans de travaux assidus.

Les résultats les plus importants que la géographie doive à La Pérouse, et qui font encore autorité, sont ceux qu’il obtint sur les côtes de la Tartarie et des îles adjacentes ; c’est là qu’il se rendit en quittant l’Amérique. Sur sa route il découvrit dans le nord des îles Sandwich un rocher isolé, qu’il nomma l’île Necker, et un banc de roches d’une grande étendue. Au milieu de la nuit, il fut sur le point de s’y perdre ; mais il échappa habilement à ce danger, et après avoir réparé ses frégates pendant une relâche de quarante jours à Manille, où les Espagnols mirent tous leurs arsenaux à sa disposition, il commença ses travaux sur la côte orientale de l’Asie, dont la majeure partie était encore tout à fait inconnue. Le détroit qui porte son nom et qui rapelle son passage dans ces mers, lui permit de se rendre en cette même année, 1787, au Kamtschatka, dans le havre de Saint-Pierre et Saint-Paul. Ce fut là que les malheureux navigateurs reçurent des nouvelles de France. Parmi les dépêches, il s’en trouvait une qui élevait La Pérouse au grade de chef d’escadre.

Monsieur de Lesseps (consul à Lisbonne en 1831), qui avait jusqu’alors fait partie de l’expédition, fut, en qualité d’interprète russe, chargé d’apporter en France toutes les notes et tous les plans de la campagne. Il accepta, non sans éprouver des regrets, la mission de confiance qui lui était donnée ; il traversa par terre le nord de l’Asie et de l’Europe, sans rien perdre du dépôt précieux qu’il portait, et arriva à Versailles le 17 octobre 1787, ayant eu beaucoup à souffrir pendant une route aussi longue, à travers les régions austères du Nord. Cependant La Pérouse quitta le Kamtschatka le 29 septembre, et fit route vers le sud en passant par les îles des Navigateurs et des Amis.

A l’île Maouna, qui fait partie du premier de ces groupes, il eut à supporter une seconde catastrophe, aussi cruelle que celle de la baie des Français. M. Delangle, son ami particulier, capitaine de vaisseau, commandant l’Astrolabe, étant entré avec la chaloupe et les canots dans une petite anse entourée de récifs pour faire de l’eau, se trouva à sec à la marée basse ; les sauvages, voulant alors le piller, le serraient de fort près. Mais tandis qu’il se flattait de les contenir sans effusion de sang, il fut renversé par une grêle de pierres ; plusieurs centaines d’hommes tombèrent sur lui et sur ses compagnons, à coups de massue. Il fut massacré avec onze personnes de sa suite ; les autres se sauvèrent à la nage, et arrivèrent à bord des canots qui étaient encore à flot, la plupart blessés grièvement. Le naturaliste Lamanon fut une des victimes.

Après avoir visité quelques autres îles où se passèrent des événements peu importants, les deux frégates arrivèrent à Botany-Bay le 16 janvier 1788. C’est de là qu’est datée la dernière lettre que La Pérouse a écrite au ministère de la marine (le 7 février) : depuis cette époque, un voile funèbre fut jeté sur la destinée de tous ceux qui composaient l’expédition. Ils devaient arriver à l’Ile-de-France à la fin de 1788 ; deux ans s’écoulent et ils n’y paraissent point encore.

Alors l’intérêt qui s’attachait à La Pérouse se fit jour au milieu des agitations de la Révolution française. La Société d’histoire naturelle de Paris éleva sa voix devant l’Assemblée nationale, et Louis XVI fut prié d’ordonner l’armement de deux navires pour aller à la recherche des navigateurs. M. Dentrecasteaux, qui fut chargé de cette recherche, reçut en outre des instructions pour compléter les travaux de La Pérouse. La seconde partie de sa mission fut accomplie de la manière la plus heureuse par les ingénieurs et les savants qui furent embarqués à son bord, et dont plusieurs, par la suite, sont devenus membres de l’Institut : tels que M. Beautemps-Beaupré, hydrographe, à qui l’on doit l’atlas de cette campagne ; M. le contre-amiral Rossel ; et M. Labillardière, naturaliste.

Mais le premier but de l’expédition ne fut pas atteint. Aucun indice ne fut découvert sur La Pérouse et ses compagnons ; et la femme de La Pérouse, morte seulement en 1809, ainsi que les familles des malheureux navigateurs, demeurèrent dans leur inquiète et douloureuse incertitude, balottés sans cesse entre des espérances nouvelles et des déceptions d’autant plus cruelles qu’elles n’étaient jamais assez positives pour détruire ces espérances.

En 1827, le lieu du naufrage de La Pérouse fut découvert, par le capitaine anglais Dillon, dans l’une des îles Vanikoro. Il fut visité de nouveau en 1828, par M. Dumont Durville, qui éleva sur le rivage un monument à la mémoire de ses infortunés compatriotes, et retira du fond de la mer un nombre considérable d’objets, déposés par la suite au Musée de la marine, à Paris.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
BON À SAVOIR
 Entre chien et loup
 
 Faire la Sainte-Nitouche ou Mitouche
 
MANIFESTATIONS
 Loire-Atlantique : terre de trésors
 
 Napoléon III, l'autre Bonaparte, enfin au coeur d'une exposition insulaire
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 L'Éclair et Fine-Oreille : célèbres filous du XVIIe siècle
 
 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Blaise Pascal : premiers pas d'un génie
 
 Marie Marvingt, la seule femme à avoir couru le Tour de France avec les hommes
 
 
Et puis aussi...
 
 Feuillée (Louis), astronome et botaniste
 
 Grévin (Jacques)
 
 Madeleine Brès : fille de charron devenue la première doctoresse française en 1875
 
 Sévigné (Madame de)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 153 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services