LA FRANCE PITTORESQUE
Pain dérobé réveille l’appétit
()
Publié le vendredi 10 mars 2017, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Pour dire que ce qui est dérobé nous semble plus doux et plus agréable ; que ce qui nous est défendu nous en fait naître l’envie
 

Un poète a dit à propos de ce triste privilège d’une nature corrompue :

Pain qu’on dérobe et qu’on mange en cachette,
Vaut mieux que pain qu’on mange et qu’on achète.

Bossuet a dit : « Moins une chose est permise, plus elle a d’attraits. Le devoir est une espèce de supplice : ce qui plaît par raison, ne plaît presque pas ; ce qui est dérobé à la loi nous semble plus doux. Les viandes défendues nous paraissent plus délicieuses durant le temps de pénitence ; la défense est un nouvel assaisonnement qui en relève le goût. »

Le proverbe des Hébreux était : Aquae furtivae dutciores sunt, et panis absconditus suavior ; c’est-à-dire, les eaux dérobées sont plus douces, et le pain pris en cachette est plus agréable.

Copyright © E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE