LA FRANCE PITTORESQUE
Giverny : Henri Manguin
ou la volupté de la couleur
d’un peintre méconnu
(France 3 Normandie)
Publié le samedi 2 septembre 2017, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Le musée des impressionnismes de Giverny (Eure) consacre une exposition à Henri Manguin, jusqu’au 5 novembre 2017. Méconnu du grand public aujourd’hui, ce peintre français a pourtant marqué l’histoire de la peinture.
 

C’est un nom presque tombé dans l’oubli. Henri Manguin est un peintre français du début du XXème siècle. Comme son contemporain et ami Matisse, il fait partie de ces artistes à l’origine du fauvisme.

Le fauvisme : un mouvement qui fait scandale
Après ses études aux Beaux-Arts, achevées en 1898, Henri Manguin s’installe dans un atelier rue Boursault à Paris. Très rapidement, il développe une originalité rare dans l’organisation des couleurs au sein de ses tableaux. Quelques années plus tard, il tombe sous le charme de La Ramade, près de Saint-Tropez. Il y peint une dizaine de tableaux aux couleurs flamboyantes et de plus en plus pures, sans mélange.

La Couseuse à la robe rouge, Jeanne. Détail d'une peinture de Henri Manguin (1907)
La Couseuse à la robe rouge, Jeanne. Détail d’une peinture de Henri Manguin (1907).
Photo : Fabrice Lepeltier © ADAGP, Paris, 2017

En 1905, Henri Manguin expose au Salon d’Automne de Paris, aux côtés de ses amis des Beaux-Arts cinq tableaux aux couleurs vives et brutes. Ce travail chromatique scandalise les critiques d’art. L’un d’entre eux emploie le terme « fauve » pour décrire les œuvres de Manguin et ses contemporains. Le mouvement fauve est né.

L’importance des couleurs au sein de l’oeuvre de Manguin est telle à cette époque qu’il utilise des aplats de couleur pour créer les effets d’ombre et de lumière. Les explications de la commissaire d’exposition, Marina Ferretti sont à retrouver dans notre sujet France 3 Normandie.

Un peintre heureux
Henri Manguin développe plusieurs thèmes fétiches à sa sortie des Beaux-Arts : le nu, la vie quotidienne, les paysages. Pour les dépeindre, l’artiste s’inspire de sa femme Jeanne. Elle sera sa muse tout au long de son oeuvre.

Jeanne est immortalisée en portrait, en nu, dans des paysages aux couleurs éclatantes, dans la maison familiale etc. Le bonheur du peintre, exprimé à travers ses tableaux, séduit de célèbres galleristes et collectionneurs de l’époque, comme Eugène Druet ou la famille Hahnloser. Plusieurs expositions à son honneur seront organisées en 1910 et 1913.

En 1914, la Première guerre mondiale éclate et bouleverse les peintres de l’époque. Beaucoup seront mobilisés mais Henri Manguin lui sera réformé.

Renseignements pratiques :
Exposition Henri Manguin : la volupté de la couleur
Musée des impressionnismes — 99 rue Claude Monet — 27620 Giverny
Tél. 02 32 51 94 65
Jusqu’au 5 novembre 2017
Site Internet : http://www.mdig.fr
Page Facebook : https://www.facebook.com/mdig.fr

Ludivine Aurelle
France 3 Normandie

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE