LA FRANCE PITTORESQUE
Savoyarde (La) à Montmartre :
la plus grosse cloche française
à se balancer
(Source : Le Dauphiné)
Publié le mardi 1er août 2017, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Elle est chérie par les Parisiens, mais elle doit tout aux Savoyards et à leurs sous. Elle en a le nom. La Savoyarde, abritée dans le campanile de la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre depuis 1895, est toujours la plus grosse cloche de France : 18,3 tonnes fondues en 1891 dans les ateliers de la célèbre maison Paccard à Annecy.
 

On estime même qu’elle est la plus grosse cloche française à se balancer. D’autres sont plus imposantes, comme la World peace bell aux États-Unis, mais ce seraient toutes des cloches statiques.

Montage de la Savoyarde au Sacré-Coeur de Montmartre
La Savoyarde parvient à Montmartre le 16 octobre 1895

Le voyage de la cloche jusqu’à Paris fut épique : partie des ateliers de Paccard à Annecy-le-Vieux — les ateliers sont aujourd’hui, et ce depuis une quinzaine d’années, à Sevrier —, tirée par un attelage de 28 bœufs, elle eut droit à un train spécial depuis Annecy pour la conduire jusqu’à Paris, où 24 chevaux, cette fois, lui firent gravir la butte. Le terrain avait même été aménagé avec du gravier pour aider les animaux dans leur effort « surhumain »...

L’imposante cloche, qui selon la légende pouvait être entendue à 50 km à la ronde, serait fêlée aujourd’hui et sonnerait faux. Ce ne serait qu’un prétexte pour peu l’utiliser car elle ébranlerait fortement sa structure porteuse en se balançant.

La Savoyarde de Montmartre
La Savoyarde de Montmartre. Fondue le 13 mai 1891, arrivée à Montmartre le 16 octobre 1895,
baptisée le 20 novembre de la même année et montée dans son clocher le 13 mars 1907

La Savoyarde ne sonne donc que dans les grandes occasions. C’est ainsi, le 12 juin 2010, qu’elle donna le signal, à toutes les cloches de France, pour fêter le 150e anniversaire du rattachement de la Savoie à la France. Juste retour des choses pour un présent offert en forme d’expiation. Comme tous les départements qui voulaient faire œuvre de leur attachement à la France après la séparation de l’État et de l’Église.

Mathieu Guillerot
Le Dauphiné

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE