Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Lieux d'histoire. Café Anglais à Paris (1802-1913), lieu de rendez-vous du Tout-Paris d'antan - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Lieux d’Histoire > Café Anglais : lieu de rendez-vous (...)

Lieux d’Histoire

Origine, histoire de nos villes, villages, bourgs, régions, châteaux, chapelles, moulins, abbayes, églises. Richesses historiques de France


Café Anglais : lieu de
rendez-vous du Tout-Paris d’antan
(D’après « Le Gaulois », paru en 1910)
Publié / Mis à jour le mardi 15 mars 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Qu’est cela ? Le Café Anglais va-t-il disparaître ? s’interroge en 1910 un chroniqueur du Gaulois qui, cependant que l’immeuble abritant ce lieu célèbre est mis en vente, retrace l’épopée de cet établissement ouvert en 1802 et dont le nom est un hommage au traité de paix d’Amiens signé cette année-là avec l’Angleterre, fréquenté dans un premier temps par des cochers et des domestiques, avant qu’acteurs et actrices populaires y acquièrent leurs habitudes, puis qu’y passent chefs d’Etat et autres personnalités du monde politique

Ce serait le dernier coup porté au boulevard des Italiens, s’insurge notre chroniqueur. Il n’y a plus de Maison Dorée, plus de Helder, plus de Tortoni ; la librairie Achille a quitté le boulevard pour la rue Laffitte ; si le Café Anglais venait à disparaître, le boulevard ne serait plus le boulevard, Paris ne serait plus Paris !

Qu’on se rassure ! La maison seule va être mise en vente prochainement ; le Café Anglais a un bail et aucun propriétaire nouveau ne voudrait se priver d’un tel locataire. Quel est l’armateur qui, achetant un navire, se priverait volontairement du capitaine qui en fait le succès ? Le Café Anglais ne disparaîtra pas — le célèbre restaurant fermera pourtant trois ans plus tard. C’est une institution dans Paris, et une institution plus ancienne. et plus solide que toutes nos Constitutions, poursuit le journaliste. Il date, en effet, d’avant la Révolution (de 1848). Les gouvernements, les Constitutions ont passé, et le Café Anglais demeure.

Et pourtant il porte de bien fâcheux numéros : 13, boulevard des Italiens, et 13, rue de Marivaux. Encore un désappointement pour les gens superstitieux, car la fortune du Café Anglais n’a pas connu d’interruption. Quand nous disons « les fastes du Café Anglais », le mot n’est pas trop fort, car ce restaurant a connu fastueusement tous les chefs d’Etat, tous les hommes les plus en vue du monde et de la politique. Si ses murs pouvaient parler, ils raconteraient des choses bien intéressantes.

Fort heureusement ils n’ont même pas d’oreilles. Ils n’ont pas d’oreilles, mais le boulevard en a, et ses échos redisent toutes les folies d’autrefois, toutes les fredaines de ce que l’on appelait « la jeunesse dorée », tous les dîners discrets qu’y ont faits de hauts personnages dont nous allons parler.

L’immeuble fut bâti à peu près à la même époque que l’ancien Opéra-Comique, sur les jardins du duc de Choiseul dont l’hôtel était de l’autre côté du boulevard. En 1816 le Café Anglais, qui était déjà célèbre, fut vendu avec la maison à M. Chevreuil, dont la fille et le gendre ont quitté le restaurant après 1848 et ont conservé l’immeuble jusqu’à la fin du XIXe siècle. Vers le commencement du Second Empire, le Café Anglais fut acheté par M. Delhomme, qui en est resté le propriétaire et le directeur jusqu’en 1879, avec le célèbre Ducléré comme chef des cuisines. Il sortait de la maison du baron James de Rothschild. C’est dire que M. Delhomme a connu ce qu’on a appelé « la grande fête », les beaux jours du Grand 16, le salon de coin au premier étage, qui a encore ses meubles tendus de damas rouge.

Le Café Anglais situé boulevard des Italiens, en 1877
Le Café Anglais situé boulevard des Italiens, en 1877

Les soupers constituaient alors la grande vogue du Café Anglais. Quantité de membres des cercles les plus élégants de l’époque fréquentaient le Grand 16, après la sortie des théâtres, et c’était là comme un autre cercle encore plus fermé. Citons M. Paskiewitz, le comte Tolstoï, le duc de Grammont-Caderousse, le comte Charles et le comte Robert de Fitz-James, lord Hamilton, le duc de Rivoli, devenu prince d’Essling ; le capitaine de Galliffet, quand il était à Paris ; M. Bryan, un des plus gais de la bande joyeuse, qui avait coutume, après souper, de verser une bouteille de curaçao dans le piano pour que lui aussi eût sa part du festin ; M. Max Foy, le marquis de Caux, avant son mariage avec Mme Patti ; le baron de Courvat, M. Pietri, devenu secrétaire des commandements de l’impératrice Eugénie, fidèle entre les fidèles ; le prince Poniatowski, écuyer de l’Empereur ; les barons François et Antonio d’Ezpeleta, le marquis de Saint-Sauveur, M. Ashton Blount, le comte de Saint-Priest et d’autres encore qui sont devenus de graves personnages.

La plupart de ceux que nous avons cités ont disparu, ajoute notre chroniqueur ; les survivants ne s’offusqueront pas des souvenirs de leur jeunesse dont les folies n’ont jamais fait de mal à personne, même lorsqu’ils jetaient la vaisselle par les fenêtres. On avait soin de la leur donner de second ordre.

Il y avait pour leur service un maître d’hôtel hors ligne, le fameux Ernest, qui a laissé des mémoires, tout comme s’il avait joué un grand rôle. Superbe, toujours rasé, il connaissait tout le monde, et, quoi qu’il vît, quoi qu’il entendît, il restait correct, impassible, discret. C’est lui qui logea la comtesse de Castiglione, après la guerre, au-dessus du Café Anglais, alors qu’elle voulait vivre à Paris incognito. Il était seul à la servir.

Vers 1868, la bande joyeuse abandonna le Grand 16 pour le Grand 6 de la Maison Dorée. Là vinrent quelques jeunes qui arrivaient à la vie : le comte Hallez-Claparède, le baron de Heeckeren, M. Alfonso de Aldama, le prince Achille Murat.

Les dîners du Café Anglais avaient été non moins célèbres sous le Premier Empire. Toutes les plus hautes personnalités étrangères, souverains, princes, grands-ducs, ministres, hommes d’Etat y passèrent tour à tour. Napoléon III y vint plus d’une fois incognito ; il y eut en 1867 le fameux dîner appelé des « trois empereurs », parce qu’il y avait là l’Empereur de Russie, son fils le Tsarévitch qui fut Alexandre III, et le Roi de Prusse qui devint, en 1871, l’Empereur d’Allemagne.

Bismarck vint souvent dîner au Café Anglais lorsqu’il était représentant de la Prusse, et en 1867, lorsqu’il était ministre. Le prince de Galles, le roi de Suède, le prince d’Orange étaient parmi les plus assidus ; Edouard VII y est revenu dîner avec la Reine lors de leur dernier séjour à Paris. La reine Isabelle y venait parfois dîner avec sa maison, laissant sa voiture un peu plus loin, pour ne pas être reconnue. Li-Hung-Chang y fit en nombreuse compagnie un dîner des plus fastueux. Le roi Milan était un des meilleurs clients. Tous les menus sont conservés comme trophées.

Ducléré inventait des mets nouveaux pour les clients de choix : les pommes Anna, le potage Germiny, la barbue Ducléré, le potage à la Milanaise, le poulet à la d’Albufera.

La guerre mit fin à la vie joyeuse, et le Café Anglais supprima les soupers, sauf les jours de bal à l’Opéra, pour se consacrer uniquement à la grande cuisine. Léon Létain succéda à Ducléré en 1877 et conserva la queue de la poêle jusqu’en 1907. Lui aussi fut un grand cuisinier. M. Delhomme était mort en 1879. Pour faire vivre le Café Anglais, une société se forma au capital de deux millions et demi, composée de grands financiers, MM. Heine, comte de Camondo, Alphen et Denières. M. Vidal fut directeur, puis M. Bourdel qui racheta le restaurant en 1893.

On ne peut plus nommer les habitués de huit heures du soir. C’est un kaléidoscope où passe la clientèle la plus élégante des grands cercles, beaucoup d’Anglais, d’Autrichiens et d’Américains. Nous ne pouvons que mentionner deux dîners qui ont lieu le premier et le second vendredi de chaque mois, le dîner des Débats, qui s’appelle maintenant le dîner Galliffet, en souvenir du général, et le dîner Bixio, ou de l’Académie.

Mais on peut citer les habitués du déjeuner. Les agents de change y viennent de bonne heure, avant la Bourse, dans la salle du bas. Là aussi il y eut longtemps une table célèbre où s’asseyaient à l’heure du dîner : le vicomte Daru, le comte Delamarre, le prince Soltykoff, le marquis de Scépeaux, le comte de Germiny, à qui Ducléré avait dédié un potage, et dont le fils continue la tradition au Café Anglais.

Une autre réunion de Parisiens se tenait alors au Café Foy, à l’heure du déjeuner. Elle émigra chez Bignon, avenue de l’Opéra, et vint au Café Anglais vers 1897. C’était : M. Gaiffe, M. Ambroise Janvier de la Motte, le comte Salles, M. Paulze d’Ivoi, M. Reitlinger, M. Edmond Veil-Picard, M. de Marcuard, M. Cottu.

Les salons du Café Anglais sont restés, à peu de chose près, ce qu’ils étaient sous l’Empire ; l’un d’eux avec une boiserie de citronnier et du cuir de Cordoue. Mais la grande curiosité du Café Anglais, ce sont les caves qui s’étendent sous trois immeubles, avec un petit chemin de terre pour le transport des bouteilles.

C’est une suite de pièces éclairées à la lumière électrique qui se cache dans des grappes de raisin parmi la vigne qui garnit les portes voûtées. Dans des casiers, ainsi que dans des bibliothèques, sont rangées les bouteilles vétustes et vénérables dont quelques-unes sont entourées de la poussière des siècles. Ce n’est pas trop dire, car il y a là de la fine champagne de 1788, de 1797 et de 1809 ; du Château-Laffitte 1803 et du Cos d’Estournelles 1834, bouché à l’émeri, essai de ce temps.

Les gourmets du monde entier connaissent le Café Anglais ; ce qu’ils connaissent moins, c’est son histoire ; mais que leur importe ? Le dîner fait vaut-il le dîner à faire ? conclut le chroniqueur.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Etre entre deux feux
 
 Faire danser l'anse du panier
 
MANIFESTATIONS
 Exposition : Austrasie, le royaume mérovingien oublié (Saint-Dizier)
 
 Henri IV en son et lumière au château de Pau
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Louisiane : enquête sur l'origine d'un nom mentionné pour la première fois en 1681
 
 Désert de Retz à la lisière de la forêt de Marly
 
 Pas de Roland dans le pays basque : ancien repaire du dragon de la Nive ?
 
 Académies (Quand les) tenaient leurs séances au Louvre
 
 
Et puis aussi...
 
 Jardin des Plantes (Le) à Paris : lieu de tout temps à la mode
 
 Louvre : un musée qui a du chien, mais peut-être aussi du loup !
 
 Pierrefonds (Château de) (Oise)
 
 Marseille (Bouches-du-Rhône)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 73 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services