Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Légendes, croyances, superstitions. Dame de Montigny-le-Gannelon (Eure-et-Loir) et ses neuf enfants - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Dame de Montigny-le-Gannelon (La) (...)

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Dame de Montigny-le-Gannelon (La) et ses
neuf enfants : châtiment d’essence divine ?
(D’après « La Tradition », paru en 1887)
Publié / Mis à jour le jeudi 11 août 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
C’est à sa légendaire méchanceté contrastant avec l’humeur cordiale et compatissante de son époux, que la châtelaine de Montigny-le-Gannelon, petit village d’Eure-et-Loir, doit, selon la légende, d’accoucher miraculeusement de neuf enfants quelque temps après avoir croisé une sorcière. Elle s’apprête à n’en garder qu’un seul en tuant les huit autres, lorsque le châtelain, revenant de la guerre, la surprend sur le point de commettre son forfait...

Non loin de Cloyes, sur la côte septentrionale du Loir, se dresse le gros bourg de Montigny-le-Gannelon (anciennement orthographié Montigny-le-Ganelon), fièrement campé sur des rochers granitiques. Au-dessus s’élève, orgueilleux et superbe, son magnifique château féodal — en partie détruit, le reste ayant en outre subi de nombreuses transformations au cours des siècles, notamment sous la Renaissance et au XIXe siècle — tout plein de grands souvenirs : aventures galantes, mêlées à des histoires de cape et d’épée, qui inspiraient jadis la verve des troubadours.

C’était, en ce temps-là, une petite ville close et fortifiée comme une place de guerre. Le château, dûment flanqué de bastions, ajoutait à ses moyens de défense et facilitait au seigneur de céans l’entreprise de ses desseins belliqueux au dehors, sûr qu’il était de ne point trouver la place prise à son retour : genre de rapt très à la mode au Moyen Age. Certes, Montigny-le-Gannelon a bien perdu de son importance ; mais il est facile de se faire une idée de ce qu’il devait être, alors qu’éclairé par les derniers rayons d’un soleil couchant, sa majestueuse silhouette se dessinait de profil à travers les premières brumes du soir.

Château de Montigny-le-Gannelon
Château de Montigny-le-Gannelon

Jadis, la seigneurie de Montigny relevait de la tour de Châteaudun. D’après la tradition du pays, Charlemagne en avait gratifié le chevalier de Ganelon, qui le trahit ensuite à Roncevaux. Nous verrons pourquoi plus loin.

La fille de Ganelon s’étant fiancée à Roland, pour lequel son père avait de l’aversion, deux fois lâche et félon, ledit chevalier de Ganelon l’aurait livré au roi Marsile. Ainsi le veut la croyance populaire, à telles enseignes que dans les rixes fréquentes qui survenaient, naguère encore, entre les gens de Montigny et ceux de Cloyes, ces derniers jetaient à leurs voisins le mot de trahison en manière d’injure et de défi. Emile Maison, qui nous rapporte cette tradition, se souvient d’avoir lui-même jeté ce méchant reproche à mes camarades de l’autre côté du Loir : « Montigny-le-Gannelon, où s’est faite la première trahison ! » telle était la formule, restée pour la plupart, sinon pour tous, à l’état d’énigme. De tout temps, du reste, ceux de Montigny ont eu la réputation d’être querelleurs endiablés.

Aux fêtes patronales des communes environnantes, les jeunes gens de Montigny se prenaient souvent de dispute avec ceux des pays voisins, et il en résultait presque toujours des luttes corps à corps, d’aucunes fois à coups de pierre, en se servant de la fronde. Qui sait si cet esprit querelleur, ce besoin de batailles n’était, n’est pas un souvenir instinctif, faisant suite aux habitudes guerrières contractées par leurs aïeux, lorsque Montigny était ville fortifiée, qu’on y faisait le guet et que le château était confié à leur garde.

Il existe plusieurs légendes des bords du Loir, parmi lesquelles celle de La Dame de Montigny-le-Gannelon. Encore aujourd’hui, écrit Emile Maison à la fin du XIXe siècle, les vieillards de nos campagnes la racontent à leurs petits-enfants, comme leur ayant été narrée à eux-mêmes par « défunts nos ancêtres » ; car, pour n’être point barons, ils se flattent d’avoir des ancêtres comme ceux-ci, et n’ont point tort.

De cette légende, aussi bien, paraissent découler certains faits dignes de remarque, à cause du singulier surnom que portent depuis trois siècles les deux villages dont elle fait mention. Ainsi que toutes les vieilles histoires, le récit qui nous est parvenu se ressent un peu du surnaturel, embelli qu’il a été par une longue série de narrateurs à l’imagination plus ou moins noire. Que le lecteur veuille bien faire la part du diable !

Déjà depuis près de deux ans, sinon davantage, le seigneur de Montigny était parti pour de lointains pays où la guerre avait porté ses ravages, laissant au château son épouse et quelques serviteurs. Celui-là était vraiment possédé de la folie de l’épée ; il disait volontiers de sa longue rapière : « Madame » ; ce dont la châtelaine se montrait fort jalouse, non point qu’elle l’aimât, au moins ! La preuve du contraire se verra par la suite ; mais d’ores et déjà, que chacun retienne bien ceci : « Le cœur de la femme est un puits où oncques aucun homme n’est descendu. »

Combien différente était la châtelaine de son époux ! Autant celui-ci avait l’humeur cordiale et compatissante, autant celle-là, au contraire, se montrait dure et hautaine, et grande était la crainte qu’elle inspirait à ses vassaux ; car ils avaient à souffrir de son mauvais caractère, lorsque le châtelain la quittait pour se mettre en voyage ; aussi le retour du maître était-il attendu avec impatience et fêté avec joie par tous ces pauvres gens.

Donc, on attendait son retour, et des mois entiers s’écoulaient sans nouvelles aucunes. Ce fut dans cet intervalle d’attente que la dame de Montigny fit un soir, à la tombée de la nuit, la rencontre d’une mendiante, accompagnée de sept petits enfants qui semblaient tous avoir le même âge. La pauvresse s’approcha d’elle pour lui demander l’aumône ; mais la dame lui dit avec dureté : « Une chienne ne porte pas plus de petits que vous d’enfants ! »

A ces mots, la mendiante, qui n’était ni plus ni moins qu’une sorcière, lui répondit : « Vous riez de moi, madame ; eh bien, pour votre punition, vous aurez en une seule couche autant de rejetons qu’une laie a de petits. » Après quoi la pauvresse disparut, et la châtelaine revint au château, riant fort de ce qu’elle venait d’entendre. Or on affirme que quelque temps après, la dame mit au monde neuf enfants, et cela le même jour. Elle devint furieuse et ordonna que l’on se mît à la recherche de la maudite sorcière ; puis, ayant fait venir une de ses suivantes, elle lui dit : « Mon seigneur époux doit revenir bientôt ; comme je redoute sa colère, enlève huit de cette marmaille, et les va jeter dans les eaux du Loir. »

La servante enferma dans un sac les huit pauvres petites innocentes créatures, et, favorisée par la nuit, elle se dirigeait vers le Loir qui baigne la base des coteaux de Montigny, lorsque tout à coup elle entendit venir de son côté des gens d’armes à cheval suivis d’autres à pied : c’était la troupe du seigneur de Montigny. Celui-ci, venant à elle, lui dit d’un ton enjoué : « Où vas-tu, à cette heure, ma mie ? » Elle lui répondit qu’elle allait noyer des petits chiens ; mais son maître lui ayant demandé à les voir, elle dut lui faire confidence.

Château de Montigny-le-Gannelon
Château de Montigny-le-Gannelon

Le brave châtelain fut tellement pénétré de douleur en apprenant les fautes de son épouse qu’il entra, contre son ordinaire, dans un grand courroux et jura châtiment ; à cette fin, il fit élever secrètement les huit pauvrets dans le bourg ; puis, un jour, d’aucuns disent sept ans après leur naissance, il les fit amener au château, mit au milieu d’eux celui que la châtelaine avait adopté, et les ayant tous vêtus de la même manière, il envoya quérir sa femme et lui fit cette demande : « Madame, où est votre fils ? montrez-le moi ? »

Elle ne le put, car ils se ressemblaient tous comme des bessons. Devenue confuse, puis interdite, elle se jeta aux pieds de son mari ; mais il la repoussa et lui dit : « Quelle mort avez-vous méritée ? » Elle de répondre qu’elle méritait qu’on la jetât du haut du château, enfermée toute nue dans un tonneau garni de pointes et de lames, ne trouvant pas ce supplice disproportionné à sa faute.

Le châtelain ayant donné ses ordres, la malheureuse roula de la sorte jusque dans le Loir dont le courant l’entraîna loin de Montigny. Un homme d’armes la suivait en criant aux curieux des pays riverains : « Laissez passer la justice du haut et puissant seigneur de Montigny-le-Gannelon !... »

Enfin la dolente châtelaine étant arrivée vers le soir entre Saint-Jean et Saint-Claude, villages situés au-dessous de Bouche-d’Aigre, sur le Loir, elle se mit à crier merci. L’homme d’armes, qui la devait suivre jusqu’à Saint-Jean, pour la retirer morte ou vive, eut pitié de ses plaintes ; il retira la cruelle machine et en fit sortir la victime, dans un bien piteux état. Elle demanda des hardes pour se couvrir ; on lui apporta un manteau, et, quand elle l’eut mis sur son pauvre corps meurtri, elle s’écria en rendant l’âme : « Ah ! froid mantel !... »

C’est depuis cette époque que les villages de Saint-Claude et Saint-Jean portent le surnom de Froidmantel. Pour ce qui est du seigneur dont il est parlé céans, au fond, c’était un loyal cœur et une vaillante lame ; il dut regretter par la suite d’avoir été sans miséricorde, et reconnaître, à part lui, qu’une femme ne met pas au monde neuf enfants, d’un seul coup, sans l’intervention d’une puissance étrangère, esprit malin ou démon.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Les oies de frère Philippe
 
 Il n'y a pas de fumée sans feu
 
MANIFESTATIONS
 Exposition Quoi de neuf au Moyen Age ? à la Cité des sciences et de l'industrie du 11 octobre 2016 au 6 août 2017
 
 Plongée musicale dans la Renaissance jusqu'au 8 janvier 2017 à l'exposition Martin de Tours, le rayonnement de la cité
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Dames de pierre d'Oliferne (Jura)
 
 Église (Une) de Vendée entièrement bâtie par une horde de farfadets ?
 
 Fantômes et revenants du château d'Hardivillers (Oise) : histoire d'une mystification
 
 Chevalier (Un) français tragiquement séparé de sa promise durant le siège du Mont-Saint-Michel
 
 
Et puis aussi...
 
 Rites liés au Jour des Morts et croyances relatives au 2 novembre
 
 Lac d'Issarlès (Ardèche), cratère d'un ancien volcan
 
 Manuscrit de Voynich (Le) : dessins mystérieux et textes indéchiffrables défient le monde savant depuis 500 ans
 
 Suicides par imitation
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 201 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services