Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



19 mai 1802 : institution de la Légion d’honneur - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Mai > 19 mai > 19 mai 1802 : institution de la (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 19 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


19 mai 1802 : institution de
la Légion d’honneur
Publié / Mis à jour le jeudi 19 mai 2016, par LA RÉDACTION



 

L’article 87 de la constitution consulaire portait « qu’il serait décerné des récompenses nationales aux guerriers qui auraient rendu des services éclatants en combattant pour la république. » Cette disposition semblait n’avoir pour objet que de consacrer l’usage adopté par le Directoire, de donner des récompenses aux militaires qui s’étaient distingués par une belle action ; l’étendant aux services civils, Bonaparte fit présenter, le 15 mai 1802, au Tribunat, un projet de loi qui instituait une Légion d’honneur.

Croix de la Légion d'honneur sous la IIIe République
Croix de la Légion d’honneur sous la IIIe République
La Légion d’honneur se composait d’un grand conseil d’administration, de quinze cohortes, chacune ayant un chef-lieu particulier, et à chacune desquelles était affectée une dotation en domaines nationaux du rapport de deux cent mille francs. Le grand conseil d’administration était formé de sept grands officiers, savoir, les trois consuls, et quatre autres membres, dont un serait nommé entre les sénateurs par le Sénat, un autre entre les membres du Corps législatif par ce corps, un autre entre les tribuns par le Tribunat, un autre enfin par le Conseil d’Etat entre les conseillers. Le premier consul était chef de la Légion et président du grand conseil d’administration.

Chaque cohorte était composée de sept grands officiers, de vingt commandants, de trente officiers, et de trois cent cinquante légionnaires. Les membres de la Légion étaient à vie. Il était affecté annuellement à chaque grand officier cinq mille francs, à chaque commandant deux mille francs, à chaque officier mille francs, à chaque légionnaire deux cent cinquante francs. Tout individu admis dans la Légion d’honneur devait se dévouer par serment et sur l’honneur « au service de la république, à la conservation de son territoire dans son intégrité, à la défense de son gouvernement, de ses lois et des propriétés qu’elle avait consacrées ; à combattre par tous les moyens que la justice, la raison et les lois autorisaient, les entreprises tendant à rétablir le système féodal, à reproduire les titres et les qualités qui en étaient les attributs, enfin à concourir de tout son pouvoir au maintien de la liberté et de l’égalité. »

Ce projet d’une institution républicaine ne fut pas cependant accueilli avec faveur par tous, certains n’y voyant que l’organisation d’un ordre de chevalerie, d’un patriciat tendant à rétablir une noblesse héréditaire. La Légion d’honneur, disaient les moins soupçonneux, détruisait l’égalité, et par cela seul elle était incompatible avec l’esprit de la constitution ; ils concluaient, en conséquence, à rejeter ce projet par les motifs qui avaient déterminé les Américains à supprimer l’ordre de Cincinnatus.

Les amis du gouvernement répondaient que les avantages attachés à la qualité de membre de la Légion d’honneur n’étant pas héréditaires, mais personnels, on ne pouvait voir dans cette institution le rétablissement d’une noblesse ; que, bien qu’ils ne fussent attribués qu’à un petit nombre d’individus, ces avantages ne blessaient pas l’égalité, puisque chaque citoyen y pouvait prétendre, et qu’ils étaient accordés, non pas au nom dont on avait hérité, mais au mérite dont on faisait preuve ; que les républiques anciennes, et particulièrement celle d’Athènes, qui s’était montrée jalouse de toute suprématie, avait reconnu, par des distinctions personnelles, des services extraordinaires, et qu’il y avait exagération de prudence à ne voir qu’un principe de corruption dans un principe d’émulation.

La question, au fait, était placée sur les limites de la république et de la monarchie ; et, dans l’état douteux où se trouvaient encore les choses, on pouvait soutenir, par des arguments d’égale force, les deux opinions opposées. Le projet fut attaqué avec plus de bonne foi que de succès, et défendu avec plus de succès que de bonne foi. On le reconnut quand le fondateur, qui avait pris un titre plus concordant avec le caractère de son pouvoir que le titre de consul, imprimant son effigie sur la décoration qu’il distribuait aux membres de la Légion, constata par ce fait que ce n’était pas à la république, mais à sa propre grandeur, qu’il avait voulu donner un appui dans cette institution. Dès lors l’étoile de la Légion d’honneur ne fut plus que le sceau de la faveur du chef.

Considérée comme principe d’émulation, la Légion d’honneur était l’institution la mieux conçue dans l’intérêt de la nation ; c’était aussi, comme principe de gloire, la mieux conçue dans l’intérêt du prince. Par elle, en stimulant toutes les ambitions, en mettant toutes les supériorités sur une même ligne, il communiquait une égale activité à toutes les professions honorables. Il faisait pour les beaux-arts, pour la haute industrie, pour le commerce, pour les sciences, pour les lettres, ce que Louis XIV n’avait fait que pour les armes. Par elle il se formait de l’élite de citoyens une espèce de garde d’honneur, cortège plus noble que celui dont aucun souverain fut jamais environné ; par elle, réunissant autour de lui toutes les gloires individuelles, il en composait une masse de gloire nationale dont il était le centre, et de l’éclat de laquelle il accroissait sa propre splendeur.

Cette loi ne passa pas sans difficulté. Elle avait donné lieu, dans le Conseil d’Etat même, à des discussions dans lesquelles le général Bernadotte s’était signalé par son attachement à des principes qu’il a moins vivement défendus depuis. Cette opposition se renouvela, soit dans le Tribunat, soit dans le Corps législatif ; et, dans l’un comme dans l’autre corps, la proposition ne fut admise qu’à une faible majorité.

Si elle était en opposition avec de nouvelles habitudes, du moins était-elle en harmonie avec le génie de la nation, qui, passionnée pour la gloire, embrasse avec avidité tout ce qui la rappelle. Pendant les deux années qui s’écoulèrent entre l’adoption de la loi et son exécution, la Légion d’honneur était déjà devenue l’objet des plus hautes ambitions : elle devint bientôt le principe des actions les plus héroïques.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Monter sur ses grands chevaux
 
 Les honneurs changent les mœurs
 
MANIFESTATIONS
 Exposition Espèces d'Ours ! À la découverte des ours au Jardin des Plantes du 12 octobre 2016 au 19 juin 2017
 
 Instruments (Des) de musique du Moyen Age se font réentendre
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 19 mai 1662 : mort de Maître Adam, dit le Menuisier de Nevers
 
 19 mai 1681 : on commence à naviguer sur le canal du Languedoc
 
 19 mai 1643 : le duc d'Enghien (depuis le grand Condé) gagne la bataille de Rocroi sur les Espagnols
 
 19 mai 1536 : Henri VIII d'Angleterre fait décapiter Anne de Boleyn, sa seconde femme
 
 
Et puis aussi...
 
 19 mai 1453 : Jacques Coeur, surintendant des finances, est condamné à payer cent mille écus
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 6 ARTICLES

 


Mai
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services