Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



12 mai 1588 : Henri III est chassé de Paris lors de la journée des Barricades - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Mai > 12 mai > 12 mai 1588 : Henri III est chassé (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 12 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


12 mai 1588 : Henri III est
chassé de Paris lors de
la journée des Barricades
(D’après « Histoire de France depuis les temps les plus reculés
jusqu’à nos jours » (tome 4) par Abel Hugo, paru en 1841)
Publié / Mis à jour le mercredi 11 mai 2016, par LA RÉDACTION



 

Henri III ayant défendu au duc de Guise — Henri de Lorraine, dit le Balafré, un des chefs de la Ligue — la Sainte Ligue, qui s’est donné pour mission la défense de la religion catholique contre le protestantisme —, de venir à Paris, ce duc y vint malgré les ordres du roi. Le peuple, dont il était l’idole, le reçut en triomphe, et on parlait déjà d’aller chasser du Louvre le monarque que l’on ne désignait alors plus que par le nom de Henri de Valois.

L’entrée du Balafré à Paris fut un triomphe. Le prince était parti de Soissons avec sept cavaliers seulement. Il entra à Paris le lundi 9 mai, à midi, par la porte Saint-Denis. Son cortège, dit l’historien Davila, comme une boule de neige qui descend de la montagne, grossissait à chaque pas, chacun abandonnant sa maison ou sa boutique pour le suivre avec des applaudissements et des cris de joie. Il ne fut pas à moitié de la cité qu’il avait autour de lui trente mille personnes, et la foule était si grande que lui-même pouvait à peine avancer.

Henri Ier de Guise, dit le Balafré, duc de Lorraine
Henri Ier de Guise, dit le Balafré, duc de Lorraine

Les cris du peuple retentissaient jusqu’au ciel : jamais on n’avait tant crié vive le roi ! qu’on criait alors vive Guise ! L’un l’embrassait, un autre le remerciait, un autre se courbait devant lui ; on baisait les plis de ses vêtements, et ceux qui ne pouvaient l’atteindre s’efforçaient du moins, en élevant les mains, et par tous les mouvements de leur corps, de témoigner leur allégresse. On en vit plusieurs qui, l’adorant comme un saint, le touchaient de leurs chapelets, qu’ils portaient ensuite à leurs bouches où à leurs yeux ; de toutes les fenêtres les femmes répandaient des fleurs, et bénissaient son arrivée. L’une d’elles — la demoiselle de Vitry, dame d’honneur de la reine —, abaissant son masque, lui cria : « Bon prince, puisque tu es ici, nous sommes tous sauvés. »

Pour lui, le sourire sur la bouche, montrant à tous un visage prévenant, il répondait à chacun d’une manière affectueuse, ou par des paroles, ou par le geste, ou par le regard. Il traversait la foule la tête découverte, et n’omettait rien pour se concilier davantage la bienveillance et l’applaudissement populaires... Il alla tout droit descendre de cheval à Saint-Eustache, au palais de la reine-mère, Catherine de Médicis.

La reine, étonnée de son arrivée imprévue, le reçut toute tremblante, avec un visage pâle, ayant presque, contre son usage, perdu sa présence d’esprit. Le duc de Guise affecta de paraître humble, affectueux, et profondément soumis. Les paroles de la reine furent ambiguës : elle lui dit « qu’elle le voyait avec plaisir, mais que plus volontiers encore elle l’aurait vu dans une autre occasion. » Il répliqua avec orgueil, quoique en affectant une extrême modestie, « qu’il était bon serviteur du roi, et qu’informé des calomnies répandues contre son innocence, et des trames ourdies contre la religion et les hommes de bien, il était venu, ou pour empêcher le mal et se justifier, ou pour sacrifier sa vie pour la sainte église et le salut de tous. »

La reine, tandis que le duc saluait, suivant son usage, les dames de la cour, appela son gentilhomme d’honneur — Louis Davila, frère de l’historien qui nous rapporte ces faits —, et lui ordonna d’aller avertir le roi que le duc de Guise était arrivé, et que bientôt elle le conduirait au Louvre. Le roi, qui était dans son cabinet avec de Villequier, de Bellièvre et l’abbé d’Elbenne, fut si troublé, qu’il fut forcé de s’appuyer du bras sur la table, en couvrant son visage de sa main. Il renvoya Davila à sa mère, en le chargeant de lui dire qu’elle tardât le plus qu’elle pourrait à lui amener le duc.

L’abbé d’Elbenne, et le colonel des Corses, Alphonse (depuis maréchal d’Ornano), qui était entré en ce moment dans le cabinet, conseillèrent au roi de recevoir le duc de Guise dans ce cabinet même, et de l’y faire tuer à l’instant. L’abbé cita ce texte de l’Écriture : Percutiam pastorem, et dispergentur oves. Mais Villequier, Bellièvre, et le chancelier, qui survint aussi, furent d’opinion contraire. Ils dirent qu’ils voyaient dans le peuple tant de fermentation que peut-être, après un tel événement, il ne respecterait plus la majesté royale ou l’autorité des lois, et courrait à la vengeance...

Tandis que le roi balançait dans l’incertitude, la reine survint, conduisant le duc de Guise. Elle avait traversé Paris dans sa chaise à porteur, le duc marchant à pied à côté d’elle, mais avec une telle suite, et au milieu d’une telle foule, que la ville entière semblait rassemblée dans la cour du Louvre et les rues voisines. Ils traversèrent cette cour entre deux haies de soldats que commandait Grillon, maître de camp de la garde, militaire hardi, peu ami du duc de Guise. Grillon répondit à peine au salut que faisait Guise, même au moindre soldat.

Le duc de Guise se présente au Louvre
Le duc de Guise se présente au Louvre

On put remarquer à la pâleur du visage de Guise qu’il s’en apercevait ; et cette pâleur augmenta ensuite, lorsqu’il traversa les Suisses, rangés en haie sous les armes, au pied de l’escalier, puis les archers, dans la grande salle, et les gentilshommes, tous rassemblés dans les chambres pour l’attendre... Le duc de Guise entra avec Catherine de Médicis dans le cabinet du roi Henri III, qui lui reprocha d’avoir violé ses ordres. Le duc balbutia quelques excuses, et, profitant d’un moment d’hésitation du monarque, se retira sans être arrêté. Une seconde entrevue eut lieu à l’hôtel de Soissons ; mais alors Guise était entouré d’un cortège nombreux de gentilshommes et de bourgeois.

Le roi fit entrer dans Paris, le jeudi 12 mai, quatre mille Suisses. Le peuple les vit défiler en silence, et paraissait assez tranquille, lorsqu’un rodomont de cour, dit Pasquier, se croyant assuré de la victoire, s’écria « qu’il n’y avait femme de bien qui ne passât par la discrétion d’un Suisse. » Ce mot, prononcé sur le pont Saint-Michel, produisit une explosion générale : dans un moment les rues furent dépavées, les pierres portées aux fenêtres, les chaînes tendues, renforcées de meubles, de planches, de solives, de tonneaux pleins de terre ; le tocsin sonna ; les troupes royales, laissées sans ordre, se virent renfermées dans les retranchements, et les dernières barricades furent poussées jusqu’aux guichets du Louvre.

Le duc de Guise ne parut point dans les premières heures : retiré dans son hôtel, il se ménageait des moyens de retraite. Lorsqu’il apprit le plein succès de l’insurrection, il se montra. On cria : vive Guise ! et lui, baissant son grand chapeau, disait : « Mes amis, c’est assez ; messieurs, c’est trop ; criez vive le roi. » Le poste des Suisses, au marché Neuf, attaqué à coups de pierres et d’arquebuse, eut une trentaine d’hommes tués et blessés. Retenus par les ordres du roi, ils ne se défendirent point ; ils tendaient les mains à la foule, montraient leurs chapelets, et criaient : Bons catholiques ! Le duc de Guise les délivra ; il permit aux soldats du roi de se retirer, faisant ouvrir les barrières, qui se refermaient sur eux.

Le duc de Guise lors de la journée des Barricades
Le duc de Guise lors de la journée des Barricades

Des négociations entamées par la reine-mère n’aboutirent à rien. Les prédicateurs déclarèrent qu’il fallait aller prendre Henri de Valois dans son Louvre. Sept ou huit cents écoliers et trois ou quatre cents moines se proposaient d’assaillir le palais du côté de Paris, tandis qu’une quinzaine de mille hommes menaçaient de l’investir du côté de la campagne. Le roi, n’ayant pas un moment à perdre, sortit à pied, tenant une baguette à la main. Arrivé aux Tuileries, où étaient les écuries, il monta à cheval avec ceux de sa suite qui eurent moyen d’y monter. Du Halde le botta, et lui mettant son éperon à l’envers : « C’est tout un, dit le roi, je ne vais pas voir ma maîtresse. » Étant à cheval, il se retourna vers la ville, et jura de n’y rentrer que par la brèche. Il ne vit plus Paris que des hauteurs de Saint-Cloud, et n’y rentra jamais. Il se retira à Chartres.

« La journée des barricades ne produisit rien, écrit en 1831 François-René de Chateaubriand dans ses Études historiques, parce qu’elle ne fut point le mouvement d’un peuple cherchant à conquérir sa liberté ; l’indépendance politique n’était point encore un besoin commun. Le duc de Guise n’essayait point une subversion pour le bien de tous, il convoitait seulement une couronne ; il méprisait les Parisiens tout en les caressant, et n’osait trop s’y fier. Il agissait si peu dans un cercle d’idées nouvelles, que sa famille avait répandu des pamphlets qui la faisaient descendre de Lothaire, duc de Lorraine : il en résultait que la race des Capet n’avait d’autre droit que l’usurpation ; que les Lorrains étaient les légitimes héritiers du trône, comme derniers rejetons de la lignée carolingienne. Cette fable venait un peu tard. Les Guise représentaient le passé ; ils luttaient dans un intérêt personnel contre les huguenots, révolutionnaires de l’époque, qui représentaient l’avenir : or, on ne fait point de révolution avec le passé.

« Les peuples, de leur côté, ne regardaient le duc de Guise que comme le chef d’une sainte ligue, accouru pour les débarrasser des édits bursaux, des mignons et des réformés, poursuit Chateaubriand ; ils n’étendaient pas leur vue plus loin : le duc de Guise leur paraissait d’une nature supérieure à la leur, un homme fait pour être leur maître en place et lieu de leur tyran. Si la Sorbonne, si les curés, si les moines prêchaient la désobéissance à Henri III, et les principes du tyrannicide, c’est que l’Église romaine n’avait jamais admis le pouvoir absolu des rois ; elle avait toujours soutenu qu’on les pouvait déposer en certain cas, et pour certaine prévarication. Ainsi tout s’opérait sans une de ces grandes convictions de doctrine politique, sans cette foi à l’indépendance, qui renversent tout : il y avait matière à trouble, il n’y avait pas matière à transformation, parce que rien n’était assez édifié, rien assez détruit. L’instinct de liberté ne s’était pas encore changé en raison ; les éléments d’un ordre social fermentaient encore dans les ténèbres du chaos ; la création commençait, mais la lumière n’était pas faite.

« Même insuffisance dans les hommes : ils n’étaient assez complets, ni en défauts, ni en qualités, ni en vices, ni en vertus, pour produire un changement radical dans l’État. A la journée des barricades, Henri de Valois et Henri de Guise restèrent au-dessous de leur position : l’un faillit de cœur, l’autre de crime. La partie fut remise aux états de Blois. Profondément dissimulé, comme les esprits de peu d’étendue, le Balafré se servait, avec le pape, avec le roi d’Espagne, avec le duc de Lorraine, avec le cardinal de Bourbon, d’un langage différent approprié à chacun ; il cachait bien ses desseins, et quand tout était mûr pour agir, il temporisait et ne pouvait se résoudre à faire le dernier pas. Plus d’orgueil que d’audace, plus de présomption que de génie, plus de mépris pour le roi que d’ardeur pour la royauté, voilà ce qui apparaît dans la conduite du duc de Guise. Il intriguait à cheval, comme Catherine dans son lit. Libertin sans amour, ainsi que la plupart des hommes de son temps, il ne rapportait du commerce des femmes qu’un corps affaibli et des passions rapetissées ; il avait toute une religion et toute une nation derrière lui, et des coups de poignard [le duc de Guise fut assassiné sur l’ordre du roi Henri III le 23 décembre 1588] firent le dénouement d’une tragédie qui semblait devoir finir par des batailles, la chute d’un trône et le changement d’une race. »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Etre de l'ordre des coteaux
 
 Laisser le chat aller au fromage
 
MANIFESTATIONS
 Instruments (Des) de musique du Moyen Age se font réentendre
 
 De Méliès à la 3D : la machine Cinéma Exposition à La Cinémathèque française du 5 octobre 2016 au 29 janvier 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 12 mai 1557 : sédition d'écoliers au Pré-aux-Clercs, à Paris
 
 12 mai 1792 : mort de Charles-Simon Favart, auteur dramatique
 
 12 mai 1775 : pillage de la halle de Paris par des brigands
 
 12 mai 1540 : ouverture du grand procès entre les Jésuites et l'Université de Paris
 
 
Et puis aussi...
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 5 ARTICLES

 


Mai
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services