Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



6 mai 1777 : exécution de l’empoisonneur Antoine-François Desrues - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Mai > 6 mai > 6 mai 1777 : exécution de l’empoisonneur

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 6 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


6 mai 1777 : exécution de
l’empoisonneur Antoine-François Desrues
Publié / Mis à jour le dimanche 5 mai 2013, par LA RÉDACTION



 

L’affreuse célébrité attachée au nom de Desrues ne tient pas seulement à l’énormité de ses crimes : son physique, son caractère, l’esprit satanique qu’il déployait dans la combinaison de ses forfaits, l’ascendant qu’il savait prendre sur ceux qui l’entouraient, le système d’hypocrisie qu’il soutint jusqu’au supplice, et qui laissa dans l’âme de quelques personnes la conviction de son innocence, tout enfin contribue à rendre ce scélérat presque unique dans les fastes du crime.

Antoine-François Desrues
Antoine-François Desrues
Né en 1745, d’une famille honnête de Chartres, il perdit son père à trois ans, fut élevé par des parentes, et mis en apprentissage, d’abord chez un ferblantier, puis chez un épicier. Pâle, maigre, les yeux caves, petit de taille, son rire avait quelque chose de féroce. Jusqu’à l’âge de vingt-deux ans on ignora le sexe de cet être inachevé ; enfin une opération dissipa sur ce point tous les doutes.

Dès son enfance il montra les inclinations les plus vicieuses : il volait ses maîtres, ses camarades ; il était battu, et riait des coups qu’il recevait. Ses parents le placèrent à Paris, chez un droguiste, où il acquit la dangereuse connaissance des substances délétères. Devenu garçon épicier, il ruina sa patronne par ses nombreuses infidélités, et la réduisit à lui vendre son fonds de commerce : par un nouveau crime, il anéantit le titre de vente, et se trouva propriétaire de la maison de sa bienfaitrice. Un mariage avantageux, l’usure, et des escroqueries sans nombre, le mirent à même de se retirer des affaires ; alors un autre genre de spéculation l’occupa : il faisait des dettes, et au moment de les payer changeait de nom et de quartier.

En 1775, il fit la connaissance des époux Saint-Faust de Lamotte ; ceux-ci possédaient une belle terre près de Villeneuve-le-Roi-lès-Sens : Desrues gagna leur confiance, et les décida à lui vendre cette terre par un acte sous seing privé. Le prix fut fixé à cent trente mille livres, payables en juillet 1776. De nouveaux attentats pouvaient seuls le rendre possesseur de ce domaine ; il n’hésita pas un instant.

Madame Saint-Faust fut sa première victime ; il lui extorqua une quittance de cent mille francs, et le 31 janvier 1777 elle expira du poison qu’il lui avait fait prendre : il s’empara du fils, et l’assassina de la même manière. Par un raffinement de ruse et d’hypocrisie, Desrues fit administrer l’extrême-onction au mourant, récita lui-même les prières des agonisants, en fondant en larmes aux pieds du lit du jeune Lamotte.

Tant d’horreurs ne pouvaient rester ignorées. Desrues fut arrêté le 12 mars. Il soutint long-temps que la dame Saint-Faust existait ; mais le hasard ayant fait découvrir son cadavre dans une cave de la rue de la Mortellerie, on reconnut les traces du poison. Le corps du jeune homme fut trouvé à Versailles, et présenta les mêmes indices.

Le 30 avril 1777, le Châtelet rendit une sentence qui condamnait Desrues à être rompu vif et brûlé. Ce jugement fut confirmé par arrêt du Parlement, le 5 mai, et Desrues exécuté le lendemain. Nul coupable ne montra plus de sang-froid, de fermeté, de constance que lui dans sa prison, pendant l’instruction du procès, durant la question même, et en marchant au supplice. En voyant le crucifix, il s’écria : « O homme ! je vais donc souffrir comme toi ! »

Pendant le cours de sa vie il fréquentait les églises, priait sans cesse, avait plusieurs confesseurs, s’imposait des jeûnes et des mortifications ; sa fin acheva de le faire passer pour un saint, pour un martyr, aux yeux de quelques personnes crédules, et ses os furent recueillis et vendus fort cher.

On avait prévu que le peuple, toujours avide du spectacle des exécutions, se porterait en foule à celle-ci : pour éviter les événements inséparables des grandes réunions populaires sur un même point, on fixa le supplice au jour où le roi passait une revue annuelle des gardes-françaises et des troupes suisses dans la plaine des Sablons.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Avoir plusieurs cordes à son arc
 
 Semer l'argent
 
MANIFESTATIONS
 Grotte de la Salamandre (Gard) : découvrez-la en dirigeable jusqu'au 31 octobre 2016
 
 Cartographie (Grande aventure de la) au château-musée de Dieppe
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 6 mai 1211 : pose de la première pierre de l'actuelle cathédrale de Reims
 
 6 mai 1596 : mort de la duchesse de Montpensier (Catherine-Marie de Lorraine)
 
 6 mai 1527 : prise de Rome et mort du connétable de Bourbon
 
 6 mai 1678 : mort de Corneille Jansénius
 
 
Et puis aussi...
 
 6 mai 1777 : jugement du procès entre le maréchal de Richelieu et la présidente de Saint-Vincent
 
 6 mai 1788 : fin du siège du palais et arrestation de Duval et Goislard
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 7 ARTICLES

 


Mai
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services