Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



5 mai 1821 : mort de Napoléon - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Mai > 5 mai > 5 mai 1821 : mort de Napoléon

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 5 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


5 mai 1821 : mort de Napoléon
Publié / Mis à jour le mardi 5 mai 2015, par LA RÉDACTION



 

Dès l’année 1818, la santé de Napoléon avait éprouvé une altération notable, quand lord Bathurst ordonna le renvoi du docteur O’Méara, le seul Anglais auquel l’illustre captif ait accordé sa confiance. Cet honnête homme s’en était montré digne en refusant de trahir celui qui le payait pour le guérir, et de faire l’espionnage sous l’habit de médecin.

Un an après le départ du docteur O’Méara, le docteur Automarchi, envoyé auprès de Napoléon par sa respectable mère, vint prendre la direction de sa santé ; mais le mal avait empiré. Les soins de ce médecin, aussi zélé qu’éclairé, adoucirent les souffrances de son malade, et n’en purent détruire la cause. Le séjour de Napoléon à Sainte-Hélène était sa véritable maladie : au commencement de 1821, elle prit un caractère plus alarmant.

Napoléon dans son cabinet de travail
Napoléon dans son cabinet de travail, par Jacques-Louis David

Aux symptômes d’après lesquels on avait regardé le foie comme le siège de son mal, s’en joignirent d’autres qui prouvèrent qu’en lui l’estomac aussi était vivement attaqué. Le père de Napoléon avait été emporté par un cancer au pylore. Napoléon reconnut qu’il était atteint de la même affection, et qu’elle était incurable. « Vous amusez la douleur, et la mort la termine : je m’éteins ; mon heure est sonnée », disait-il à son médecin (16 novembre 1820).

Le 6 mars 1821 : « Que vous en semble, docteur ? N’est-ce pas une bataille perdue ? » disait-il au même médecin ; et repoussant les remèdes : « Je ne m’abuse plus : la vie m’échappe ; je le sens ; c’est pour cela que je renonce aux médicaments : je veux mourir de maladie, entendez-vous ? »

Loin de participer à l’affaiblissement de son corps, son esprit avait plus d’étendue, plus de vivacité, plus d’énergie que jamais. Dans ses conversations, qui roulaient toutes sur des matières graves, il discutait avec une égale supériorité les questions les plus ardues de la philosophie et de la politique ; et par l’exactitude avec laquelle il racontait dans leurs moindres détails les faits qui s’étaient accomplis sous son commandement, il prouvait que sa mémoire n’était pas plus altérée que ses autres facultés intellectuelles ; il se complaisait à mêler à ses récits l’éloge de ses compagnons d’armes, et il n’en parlait pas sans exaltation.

Ses réflexions prenaient quelquefois aussi une teinte de mélancolie : sa sensibilité se manifestait pour des objets qui autrefois n’eussent pas obtenu son attention. Mais à cela seulement se borna l’influence de sa santé sur son moral. Le discours qu’il prononça peu de jours avant de mourir constate que Napoléon ne fut pas un seul moment au-dessous de lui-même.

Le 15 avril, il avait fait son testament. Le 3 mai, les exécuteurs de ses dernières volontés étant réunis autour de son lit : « Je vais mourir, leur dit-il ; vous allez repasser en Europe. Je vous dois quelques conseils sur la conduite que vous aurez à tenir. Vous avez partagé mon exil : vous serez fidèles à ma mémoire : vous ne ferez rien qui puisse la blesser. J’ai sanctionné les principes : je les ai infusés dans mes lois, dans mes actes ; il n’y en a pas un seul que je n’aie consacré. Malheureusement les circonstances étaient sévères, j’ai été obligé de sévir et d’ajourner. Les revers sont venus : je n’ai pu débander l’arc, et la France a été privée des institutions que je lui destinais. Elle me juge avec indulgence ; elle me tient compte de mes intentions ; elle chérit mon nom, mes victoires. Imitez-la. Soyez fidèles aux opinions que nous avons défendues, à la gloire que nous avons acquise. Hors de là il n’y a que honte et confusion. »

France..., tête..., armée... sont les derniers mots qu’ait articulés Napoléon. Ils indiquent assez quelles pensées le dominaient encore à son dernier moment. Napoléon expira le 5 mai à six heures du soir. Il était âgé de cinquante et un ans et neuf mois. Son corps fut ouvert. On reconnut qu’il avait succombé à deux maladies : un ulcère à l’estomac et une affection au foie. La dernière était produite par le climat qui avait aggravé l’autre. Napoléon ne calomnia donc pas le gouvernement anglais, en lui léguant l’opprobre de sa mort.

Napoléon fut exposé dans une chapelle ardente. Comme dans un jour de bataille, il était revêtu de l’uniforme de la garde impériale , décoré des ordres de la Légion d’honneur et de la Couronne de Fer, botté, éperonné, armé de son épée et coiffé de ce chapeau dont la forme particulière le rappelait tout entier, et qui avait servi si longtemps de signe de ralliement aux premiers soldats du monde. Conformément à sa volonté expresse, son aumônier, l’abbé Vignali, qui lui avait administré les secours de la religion, récitait des prières à son chevet. « Je crois en Dieu, lui avait dit le mourant en prescrivant le cérémonial, je suis de la religion de mon père. N’est pas athée qui veut. »

Tombe de Napoléon à Sainte-Hélène
Tombe de Napoléon à Sainte-Hélène

Dans un codicille, écrit tout entier de sa main, on lisait : « Je désire que mes cendres reposent sur les bords de la Seine, au milieu de ce peuple français que j’ai tant aimé ! » Mais la politique européenne ayant décidé, dans sa prévoyance, que les cendres de ce grand homme ne sortiraient pas de l’exil où il devait mourir, on choisit pour les y déposer le lieu qu’il avait le plus affectionné. Au fond d’une petite vallée, sous des saules pleureurs, coule, à travers le gazon, une source limpide, où on allait puiser l’eau dont il buvait. « Si je meurs ici et qu’on proscrive mon cadavre comme on a proscrit ma personne, je désire, avait-il dit, qu’on m’inhume à côté de cette eau si douce et si pure. »

Ce vœu fut accompli. C’est près de ce but favori de ses promenades que fut creusée la tombe de Napoléon. Il y fut transporté avec les honneurs que les Anglais attribuent aux militaires du grade le plus élevé, entre les rangs de la garnison sous les armes et à travers toute la population de l’île. Ses ennemis comme ses amis formaient le cortège funèbre. Comme les localités ne permirent pas au char d’approcher jusqu’au lieu où le corps devait être inhumé, il y fut porté par les grenadiers du cinquante-troisième régiment, à la table desquels il avait déclaré qu’il irait demander le pain qu’on refusait au premier soldat de l’Europe. Aucun insigne ne décorait le cercueil. Vainement on y eût cherché les ornements impériaux, mais il était recouvert du manteau que le grand homme portait à Marengo. Peu de souverains ont eu droit à un pareil linceul.

Le cercueil, descendu dans la tombe, disparut aussitôt sous une énorme pierre, qu’on recouvrit d’une épaisse maçonnerie , et trois salves d’artillerie annoncèrent aux amis de l’exilé qu’ils n’avaient plus rien à espérer, et aux ennemis de l’empereur qu’ils n’avaient plus rien à craindre. Néanmoins, un poste de douze hommes fut placé près de son tombeau que deux sentinelles devaient veiller à perpétuité, comme si l’on eût craint que Napoléon ne s’échappât de cette autre prison, et ne revînt encore asservir l’Europe, et disputer à l’Angleterre le sceptre du monde.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Il n'y a pas de si petit métier qui ne nourrisse son maître
 
 Chercher la petite bête
 
MANIFESTATIONS
 Charleville-Mézières rend hommage à son fondateur
 
 Exposition : Austrasie, le royaume mérovingien oublié (Saint-Dizier)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 5 mai 1814 : Napoléon prend possession de l'île d'Elbe
 
 5 mai 1789 : ouverture des Etats-généraux à Versailles
 
 5 mai 449 : mort de saint Hilaire, évêque d'Arles
 
 5 mai 1808 : mort du médecin Pierre Cabanis
 
 
Et puis aussi...
 
 5 mai 1645 : Turenne est défait à Mariendal, par le général Mercy
 
 5 mai 1664 : fête donnée à Versailles par Louis XIV
 
 5 mai 1788 : insurrection du parlement de Paris contre l'autorité royale et investissement du palais
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 8 ARTICLES

 


Mai
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services