Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Coutumes et traditions. Usage des vitres. Carreaux et fenêtres. Matières pour obturer les ouvertures - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Usage (De l') des vitres pour (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Usage (De l’) des vitres
pour obturer les fenêtres
(D’après « Musée universel », paru en 1873)
Publié le mardi 12 février 2013, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
Pendant des siècles, les maisons de nos ancêtres furent totalement privées, non seulement de carreaux, mais aussi de fenêtres, et, même alors que des baies vinrent percer peu à peu les façades de leurs habitations, il s’écoula bien des années encore avant que l’usage des vitres se généralisât

A l’époque gallo-romaine, les demeures des riches, construites dans le style romain, prenaient jour à peu près uniquement par la cour intérieure ou atrium. Ce mode excluait toute idée de croisée. Nous ne parlons pas des demeures des pauvres. Celles-là étaient de misérables huttes qui n’avaient de lumière à recevoir que par l’entrée.

Ne pas avoir de fenêtres ! Y pensez-vous ? Ignorer l’usage des vitres, ces transparentes cloisons qui nous abritent si excellemment de l’air extérieur, en laissant pénétrer jusqu’à nous cette chose délicieuse et gaie par-dessus toutes : la lumière ! Combien de temps dura cette obscurité ? On ne peut le dire au juste ; toujours est-il que les fenêtres ne commencèrent à paraître en France que vers l’époque carolingienne, et que, jusqu’au milieu du XVe siècle, les vitres furent pour nos pères un véritable objet de luxe.

Fenêtre Renaissance ornant la maison de La Boétie, à Sarlat
Fenêtre Renaissance ornant la maison
de La Boétie, à Sarlat
On les remplaçait alors tantôt par des volets de bois, tantôt par de la toile cirée ou du papier huilé, comme en témoigne ce passage des « comptes de l’argenterie des rois de France », daté de 1454 : « Deux aunes de toile cirée dont a été fait un châssis, mis en la chambre du retrait de la dite dame reine au château de Melun. » Et cet autre : « Quatre châssis de bois à tendre le papier pour les fenêtres de la dite chambre..., et huile à les oindre pour être plus clairs. »

Un écrivain sacré, Lactance, a fait, le premier, mention des vitres au IVe siècle. Il dit quelque part que nôtre âme voit et distingue les objets par les yeux du corps « comme par des fenêtres garnies de verre ». Dans les auteurs anciens, il n’est question pour fermer les baies des croisées que de pierres blanches et diaphanes dites pierres spéculaires. Sans doute veulent-ils désigner ainsi les feuilles de talc qui sont encore très usitées au XIXe siècle, comme carreaux, dans certaines parties de la Russie.

Les Romains se servaient encore d’un autre produit naturel, une sorte de coquille nacrée, pour clore leurs rares fenêtres et garnir les châssis des litières des patriciennes et des courtisanes.

Les savants, presque réduits à de simples conjectures sur cette matière, ont vaillamment discuté jadis afin de décider si les Romains employaient ou non le verre, pour carreaux. Sans doute, ils discuteraient encore, si, par un rare à-propos, Pompéi ne se fût avisé, pour trancher la question, d’exhiber de ses ruines plusieurs carreaux de verre antique.

On peut juger suffisamment par son épaisseur, et aussi par la disposition des bulles d’air dont il est piqueté, que ce verre à vitre n’a pas été soufflé d’après la méthode actuellement en usage, mais coulé comme nous faisons pour nos glaces. Selon toute probabilité, l’ouvrier plaçait sur une pierre polie et saupoudrée de fine argile un cadre rectangulaire de la dimension désirée. Il y versait ensuite le verre fondu à l’aide d’une cuiller en bronze. Le verre s’étalant à la surface de la pierre venait s’arrêter aux parois du cadre, et l’ouvrier aplanissait cette pâte avec des palettes.

D’après un récit du moine Théophile, cité tout au long par Sauzay dans sa Verrerie, il est hors de doute que le soufflage du verre était connu en France dès le XIIIe siècle. Pourtant, au XVe siècle encore, les vitres étaient rares, comme nous l’avons déjà montré, même dans les palais des rois. En 1413, la duchesse de Berry s’étant rendue au château de Montpensier, les comptes du receveur général de l’Auvergne portent la note de châssis faits à cette occasion pour les fenêtres dudit château, afin, y est-il dit, de les clore de toiles cirées « par défaut de verrerie ».

Plus d’un siècle après, en 1567, il est fort curieux de voir l’intendant du duc de Northumberland proposer de démonter les vitres du château de Sa Seigneurie pour les mettre à l’abri du vent pendant son absence. « Et parce que dans les grands vents, dit-il, les vitres de ce château et des autres châteaux et maisons se détériorent et se perdent, il serait bon que toutes les vitres de chaque fenêtre fussent démontées et mises en sûreté lorsque Sa Seigneurie part, après avoir séjourné dans l’un des susdits châteaux et maisons, et pendant son absence ou celle des autres personnages y demeurant ; et si, à quelque moment, Sa Seigneurie ou d’autres séjournaient à quelqu’un desdits endroits, on pourrait les remettre sans qu’il en coûtât beaucoup à Sa Seigneurie, tandis qu’à présent le dégât sera très coûteux et demandera de grandes réparations. »

En Ecosse, le verre à vitre fut encore très rare pendant le XVIIe siècle. Jusqu’en 1661, le palais du roi n’eut des vitres qu’aux étages supérieurs ; les fenêtres du rez-de-chaussée étaient fermées par des volets de bois qu’on ouvrait de temps en temps pour donner de l’air.

Les premiers statuts de la communauté de vitriers de Paris datent du règne de Louis XI. Un détail curieux que Sauzay nous apprend, détail qui montre assez combien l’usage des vitres est moderne, c’est qu’à la fin du XVIIIe siècle, il existait non seulement dans les petites villes de province, mais à Paris même une corporation de châssissiers dont la profession consistait uniquement à garnir les fenêtres de morceaux de papier huilé.

Le mastic était alors d’un usage fort restreint. Beaucoup de carreaux s’encastraient encore dans un cadre de plomb, et on se contentait, pour fixer les autres dans le bois, de quelques pointes et de bandes de papier collé. Parmi les matières les plus aptes à remplacer le verre, il convient encore de nommer la corne. Longtemps elle a fourni des feuilles transparentes aux châssis de nos croisées, aussi bien qu’à ceux de nos lanternes.

A bord des vaisseaux de l’État, des feuilles de corne tenaient lieu autrefois de ces glaces épaisses par où le jour pénètre maintenant dans les faux-ponts. A certaines époques, on s’est servi aussi de parchemin tendu en manière de vitre. Au Moyen Age, les fenêtres se fermaient avec des étoffes fines enduites de cire.

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 MAGAZINE N°44 > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 C'est un zéro en chiffre
 
 La probité est louée, mais elle se morfond
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


14 juillet 1789 : prise de la Bastille et mensonge historique
Contrairement à la légende des manuels, la prise de la Bastille n’est pas un haut fait d’armes
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 3 : Grandeur et décadence des Carolingiens
Scandale de la dette publique
Scandale de la dette publique, ou la spoliation des peuples avec l’assentiment des Etats
Duc d’Anjou (roi Louis XX)
L’héritier du trône de France s’exprime au sujet de la découverte de la tête d’Henri IV
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Monitoire (Le) d'antan destiné à confondre le coupable d'un crime
 
 Discipline dans les collèges d’autrefois et châtiments corporels
 
 Jurons (Les) : étymologie, évolution du langage juratoire à travers les siècles
 
 
Et puis aussi...
 
 Fête de l'être suprême au Champ de Mars à Paris
 
 Épices aromatiques pour stimuler l'estomac et... rétribuer les juges !
 
 Gastronomie en Périgord, pays de la truffe, du pâté de foie et du confit
 
 Tourangeaux se mettent à table (Les)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 203 ARTICLES

 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines