Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



7 décembre 1740 : débordement de la Seine et inondation de Paris - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Décembre > 7 décembre > 7 décembre 1740 : débordement de la (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 7 décembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


7 décembre 1740 : débordement de la Seine
et inondation de Paris
(D’après « Les inondations en France depuis le VIe siècle
jusqu’à nos jours » paru en 1859, « Mémoires de littérature
tirés des registres de l’Académie royale des inscriptions
et belles-lettres » (Tome 17) paru en 1751 et « Dictionnaire
historique et descriptif des monuments religieux, civils
et militaires de la ville de Paris » paru en 1826)
Publié / Mis à jour le mardi 29 novembre 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Avec 8,05 m atteints le 26 décembre sur l’échelle hydrométrique du pont d’Austerlitz, la crue de la Seine de 1740 est la troisième, en matière de record de hauteur d’eau, après celles de 1658 et de 1910. Débutant le 7 décembre, elle dura quelque deux mois, et sans la précaution du gouvernement qui avait fait venir des blés de l’étranger après la disette de 1739, Paris aurait souffert tant de la famine que des eaux, parce qu’on ne pouvait rien faire venir par la rivière.

Le mois d’octobre 1739 vit commencer un hiver très rigoureux. Le froid après avoir été vif et continuel depuis le 15 de ce mois, durait encore à la fin du printemps de 1740, et la Seine fut prise par des glaçons d’un demi-pied d’épaisseur selon les témoignages du temps. Le bois devint d’une cherté exorbitante. Enfin, au mois de mai, le temps s’adoucit ; les gelées cessèrent, mais il survint des pluies continuelles et abondantes qui pourrirent les grains dans la terre, et rendirent cette année fâcheuse et difficile à passer. La disette se fit sentir.

La Seine commença à croître considérablement à Paris, le 7 décembre 1740 ; le 14 elle était à 18 pieds 10 pouces, de sorte qu’elle entrait dans la place de Grève jusqu’au milieu de l’arcade de l’Hôtel de Ville. Le jour de Noël au matin, la hauteur de l’eau atteignit 24 pieds, et le lendemain crût encore de 4 pouces, ce qui fut le maximum : toute l’île Louviers fut inondée, à l’exception d’une partie plus élevée que le reste de l’île et située près du pont de Grammont.

Plan de la crue de 1740 réalisé en 1741 par le cartographe Philippe Buache, membre de l'Académie des sciences
Plan de la crue de 1740 réalisé en 1741 par le cartographe Philippe Buache, membre
de l’Académie des sciences. © Crédit illustration : http://www.neftis.eu

Le quai des Augustins fut couvert d’eau depuis le pont Saint-Michel jusqu’à la rue des Grands-Augustins. Un peu au-dessous du Pont-Royal, l’inondation s’étendait dans le faubourg Saint-Germain, où elle traversait les rues de Bourbon, de l’Université et de Saint-Dominique. On allait en bateau dans la grande rue du faubourg Saint-Antoine ; les murs du couvent des Anglais, dans la rue de Charenton, furent renversés. L’eau remontait à très peu de distance du Palais-Royal. Du côté du midi l’inondation s’étendit jusqu’à la rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, et noya tout ce qui s’étendait depuis la Salpêtrière jusqu’au palais Bourbon.

Il était question de prévenir les dangers auxquels on allait être exposé ; et l’on ne pouvait y remédier de trop bonne heure : aussi Feydeau de Marcille, lieutenant général de police, et Aubry de Vatan, prévôt des marchands, firent-ils éclater leur zèle et leur sollicitude, chacun dans leur district. Il se tint de fréquentes assemblées au Palais chez le premier président, où le procureur général et les autres magistrats concertaient toutes les mesures qu’il y avait à prendre, selon l’exigence des cas.

La vie des citoyens fut le premier objet de leur attention. La crainte que la violence des eaux ne causât la ruine de quelques ponts, obligea d’ordonner que les habitants en délogeraient, ainsi que ceux des deux ailes du pont Marie ; et comme ces ailes menaçaient ruine, on prit le parti de faire abattre les dix-huit maisons qui composaient celle qui était du côté du port Saint-Paul : on y travailla avec tant d’ardeur qu’elles furent abattues jusqu’au rez-de-chaussée, le 29 janvier 1741.

Les riverains de la Seine fuyant leur logis lors de la crue de 1910. Illustration parue dans le Supplément illustré du Petit Journal du 27 novembre 1910
Les riverains de la Seine fuyant leur logis lors de la crue de 1910. Illustration parue
dans le Supplément illustré du Petit Journal du 27 novembre 1910

Malgré les magasins de blé dont la capitale était remplie, on se vit sur le point de manquer de pain ; parce que la hauteur et la rapidité des eaux empêchaient les moulins à eau de tourner, et que les moulins à vent ne pouvaient suffire à fournir la quantité de farine nécessaire à la nourriture de tant de citoyens. Le péril était trop pressant pour ne pas y apporter un prompt remède. On ne se rebuta ni des frais, ni de la difficulté des chemins, que les eaux répandues de toutes parts rendaient presque impraticables : on fit venir de Rouen et d’autres endroits des farines en assez grande quantité pour tranquilliser les esprits, au moins sur les besoins présents.

Comme tout était essentiel dans une si triste circonstance, l’attention des magistrats pour ménager la farine, alla jusqu’à défendre aux pâtissiers et aux boulangers de faire des gâteaux des Rois, depuis le 1er janvier 1741 jusqu’au 15 du même mois. Le procureur général expliquait, dans le dispositif de l’arrêt du parlement du 31 décembre 1740, que s’étant fait instruire de la quantité de farine qu’on employait à faire ces gâteaux, il avait été surpris d’apprendre qu’en huit ou quinze jours on employait cent muids de farine pour les seuls gâteaux des Rois ; c’est pourquoi il requérait qu’on retranchât cet emploi pour une chose si superflue et si inutile, dans un temps où l’inondation de la rivière empêchait que l’on ne pût transporter des blés et des farines à Paris.

Quoique la Seine fût encore à 10 pieds 5 pouces le 24 janvier, il survint une gelée si subite et si forte que la rivière fut couverte de glaçons pendant trois jours ; ce qui renouvela les alarmes et fit appréhender qu’à la suite d’une si terrible inondation la rivière ne fût encore gelée. Mais le vent s’étant tourné au sud l’après-midi du 26, le temps s’adoucit et les glaçons disparurent, sans avoir cause de dommage à la ville de Paris.

Repère, situé rue de Charenton, de la hauteur d'eau maximale atteinte le 26 décembre lors de la crue de 1740
Repère, situé rue de Charenton, de la hauteur d’eau maximale atteinte
le 26 décembre lors de la crue de 1740

L’inondation souterraine ne fut pas moins considérable que celle qui couvrait le sol extérieur de la ville, avec des suites fâcheuses, non seulement par rapport aux maisons dont les eaux auraient miné les fondements, mais encore par le mauvais air que des eaux croupies produisent ordinairement. C’est ce qui engagea le lieutenant de police à donner une ordonnance pour faire vider les caves, à peine de 400 livres d’amende contre ceux qui négligeraient d’obéir, deux jours après la publication. Cependant, les terres étaient si imbibées que les caves qui furent vidées se trouvèrent aussitôt remplies ; de sorte qu’on jugea nécessaire d’attendre un certain temps, pendant lequel plusieurs caves, surtout celles qui étaient voisines de la rivière, se vidèrent d’elles-mêmes.

On avait dès le commencement du fléau imploré le secours du Ciel, pour en obtenir la cessation : le parlement rendit un arrêt qui ordonna qu’on découvrirait la châsse de saint Geneviève, et qu’on ferait des prières publiques. Conséquence de cet arrêt, l’archevêque de Paris donna un mandement le 30 décembre 1740 par lequel il enjoignait de faire des prières dans toutes les églises. La châsse de sainte Geneviève et celle de saint Marcel furent découvertes, et les paroisses de Paris aussi bien que toutes les communautés religieuses allèrent en procession à Notre-Dame et à sainte-Geneviève.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Rompre la paille avec quelqu'un
 
 Malin comme un bossu, rire comme un bossu
 
MANIFESTATIONS
 Grotte de la Salamandre (Gard) : découvrez-la en dirigeable jusqu'au 31 octobre 2016
 
 Curieuses chambres au palais Jacques Coeur de Bourges
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 7 décembre 1820 : mort du duc Decrès, ministre
 
 7 décembre 1539 : autorisation donnée par Luther au Landgrave de Hesse, d'avoir deux femmes à la fois
 
 7 décembre 1254 : mort du pape Innocent IV
 
 7 décembre 1726 : mort de l’acteur Florent Carton dit Dancourt
 
 
Et puis aussi...
 
 7 décembre 1714 : la Turquie déclare la guerre à Venise
 
 7 décembre 1792 : mort de la comédienne et romancière Marie-Jeanne Riccoboni
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 7 ARTICLES

 


Décembre
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services