Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



25 novembre 885 : siège de Paris par les Normands - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Novembre > 25 novembre > 25 novembre 885 : siège de Paris par (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 25 novembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


25 novembre 885 : siège de
Paris par les Normands
(D’après « Histoire générale de France depuis les temps les
plus reculés jusqu’à nos jours » par Abel Hugo (Tome 2), paru en 1837)
Publié / Mis à jour le vendredi 18 novembre 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Après leur défaite par les milices de la Neustrie, en 884, les Normands restèrent pendant une année sans reparaître sur les rives de la Seine. Ils y revinrent en 885, et entrèrent dans le fleuve avec sept cents vaisseaux à voiles, et un nombre d’autres petits navires si considérable qu’ils « couvraient les eaux de la Seine sur un espace d’un peu plus de deux lieues ».

La flotte ennemie était sous les ordres de Sigfried, chef viking auquel les historiens contemporains donnent le titre de roi. Elle remonta la Seine. Arrivé près de Paris, Sigfried, avec quelques-uns de ses compagnons, se présenta le 25 novembre 885 devant l’évêque Gozlin et le comte Eudes — qui deviendra roi des Francs en 888 —, fils de Robert le Fort — ancêtre de la lignée des futurs Capétiens — et qui était chargé de la défense de la cité ; il leur demanda de laisser ses vaisseaux franchir les deux bras de la Seine, barrés par les ponts fortifiés qui joignaient alors Paris à ses faubourgs ; il promettait, si cela lui était accordé, de ne causer aucun dommage aux Parisiens, et de porter plus loin ses dévastations. L’évêque et le comte repoussèrent généreusement la demande du roi normand, qui se retira en proférant d’horribles menaces contre les défenseurs de Paris.

« Le lendemain [26 novembre], rapporte le moine Abbon de Saint-Germain-des-Prés qui fut un témoin oculaire du siège, et dès le lever de l’aurore, Sigfried entraîne les Normands au combat. Tous se jettent hors de leurs navires, courent vers la tour [la tour dont il est ici question existait sur remplacement où s’éleva plus tard le grand châtelet, et servait de tête au pont principal], l’ébranlent violemment par leurs coups jusque dans ses fondements, et font pleuvoir sur elle une grêle de traits. La ville retentit de cris, les citoyens se précipitent, les ponts tremblent sous leurs pas, tous volent et s’empressent de porter des secours à la tour. Ici brillent, par leur valeur, le comte Eudes, son frère Robert [qui deviendra roi des Francs sous le nom de Robert Ier en 922 — et le comte Ragenaire [Ragenold, comte du Maine et marquis de Neustrie] ; là se fait remarquer le vaillant abbé Ebble, neveu de l’évêque. Le prélat est légèrement atteint d’une flèche aiguë ; Frédéric, guerrier à son service, dans la fleur de l’âge, est frappé du glaive ; le jeune soldat périt ; le vieillard, au contraire, guéri de la main de Dieu, revient à la santé.

Siège de Paris par les Normands
Siège de Paris par les Normands

« Beaucoup des nôtres voient alors leur dernier jour ; mais, de leur côté, nos braves Parisiens font aux ennemis de cruelles blessures ; les Normands se retirent enfin, emportant une foule des leurs à qui reste à peine un souffle de vie. Déjà le soleil avait cessé de briller sur l’horizon... La tour ne présentait plus rien de sa forme primitive et complète ; il n’en restait que les fondements et les créneaux inférieurs ; mais, pendant la nuit même qui suivit le combat, cette tour fut revêtue dans toute sa circonférence de fortes planches, et s’éleva beaucoup plus haut qu’auparavant. Une nouvelle citadelle fut pour ainsi dire posée sur l’ancienne.

« Le lendemain encore [27 novembre], le soleil et les Danois saluent en même temps et de nouveau la tour ; les Normands livrent aux fidèles Parisiens d’horribles et cruels combats. De toutes parts les traits volent, le sang ruisselle ; du haut des airs, les frondes et les pierriers déchirants mêlent leurs coups aux javelots... La ville s’épouvante, les citoyens poussent de grands cris, les clairons les appellent à venir sans retard secourir la tour tremblante. Les chrétiens combattent avec un ferme courage.

« Parmi nos guerriers, deux, plus hardis que les autres, se font remarquer : l’un est comte, l’autre abbé. Le premier, le victorieux Eudes, ranime l’ardeur des siens et rappelle leurs forces épuisées ; il parcourt incessamment toutes les parties de la tour et écrase les assaillants. Ceux-ci tâchent de couper le mur à l’aide de la sape, mais il les inonde d’huile, de cire, de poix enflammées ; mêlées ensemble, elles coulent en torrents d’un feu liquide, dévorent, brûlent et enlèvent les cheveux des ennemis. Plusieurs Danois expirent dans d’horribles tourments ; d’autres sont forcés de chercher un secours à leurs maux dans les ondes du fleuve. Les chrétiens s’écrient ironiquement en les y voyant courir : Malheureux brûlés, courez vers les flots de la Seine, tâchez qu’ils vous fassent repousser une autre chevelure mieux peignée...

« L’abbé Ebble se montre le digne compagnon et le rival en courage d’Eudes. D’un seul javelot il perce sept Danois à la fois, et ordonne, par raillerie, qu’on les porte à la cuisine. Nul ne devance ces deux guerriers (Eudes et Ebble) au combat, nul n’ose se placer au milieu d’eux, nul même ne les approche et n’est à leur côté, tous les autres cependant méprisent la mort et se conduisent vaillamment. Mais que peut une seule goutte d’eau contre des milliers de feux ?

Les barques des Normands. Gravure pour l'Histoire de France de François Guizot, par Alphonse-Marie-Adolphe de Neuville
Les barques des Normands. Gravure pour
l’Histoire de France de François Guizot,
par Alphonse-Marie-Adolphe de Neuville

« Les braves fidèles étaient à peine deux cents, et les ennemis, au nombre de quarante mille, renouvelaient les uns après les autres leurs attaques contre la tour... Les cruels redoublent sans cesse les fureurs de la guerre ; des clameurs et des frémissements s’élèvent dans l’air ; de grands cris frappent le ciel ; les boucliers peints tremblent sous les pierres qui les accablent ; Ies écus gémissent sous les coups, les casques crient, percés par des traits. Bientôt les cavaliers, revenant du pillage, accourent se joindre au combat ; frais et rassasiés de nourriture, ils marchent vers la tour : et beaucoup d’entre eux, frappés et mourants, regagnent leurs vaisseaux, sans avoir eu le temps de lancer contre la tour leurs pierres et leurs traits.

« Quant à ceux qui cherchent un remède à leurs brûlures dans les douces ondes du fleuve, les Danoises, en les voyant, s’arrachent les cheveux, fondent en larmes, et chacune crie à son époux : Où cours-tu ? Fuis-tu d’une fournaise, pour fuir ainsi ? Quoi ! fils du démon, aucun effort victorieux ne pourra-t-il te rendre maître de cette tour ? Ne t’ai-je pas assez gorgé de vin, de pain et de venaison ? Pourquoi, sitôt épuisé de fatigues, cherches-tu ici un abri ? Honte à toi, vil glouton, et à tous ceux qui comme toi renoncent au combat.

« Cependant un fourneau, tracé avec adresse, étend ses sinuosités sous le pied de la tour, et de sa bouche vomit de cruels désastres [Abbon décrit une espèce de mine alors en usage. On creusait sous les remparts qu’on voulait renverser des galeries souterraines dont la voûte était soutenue par des piliers en bois, puis on mettait en même temps le feu à tous les piliers, les galeries s’affaissaient et les remparts s’écroulaient]. La brèche qu’il a faite, les assiégeants s’efforcent de l’agrandir, en coupant le bas du rempart. Tout à coup se laisse voir une ouverture funeste, large, immense. Les guerriers chrétiens se montrent à tous les yeux ; ils voient les ennemis couverts de casques, eux-mêmes sont vus des assiégeants ; leurs regards peuvent compter un à un les Danois, qui n’osent entrer dans la tour, et que la frayeur repousse de ce fort que leur audace n’a pu emporter.

« Bientôt on lance sur eux, du haut de la tour, le moyeu arrondi d’une roue, qui précipite dans les enfers six hommes à la fois. L’ennemi attache alors aux portes de la tour des matières enflammées. Un horrible bûcher s’élève, une noire fumée étend ses nuages sur nos guerriers ; la forteresse est enveloppée d’ombres épaisses, mais seulement pendant une heure environ ; puis le vent rabat la fumée du côté des ennemis. Le feu s’éteint ensuite... Le combat recommence avec plus de violence ; deux porte-enseignes accourent de la ville et montent sur la tour, portant sur leurs lances le drapeau couleur de safran, si redoutable aux yeux des Danois ; cent catapultes de leurs coups rapides étendent, privés de sang et de vie, les corps de cent ennemis, et ces morts, traînés par les cheveux, vont revoir leurs vaisseaux et y chercher un dernier asile...

« Le brave chevalier Robert, heureux jusqu’alors, expire frappé d’un trait cruel ; là, périssent aussi, de notre côté, quelques hommes du commun, mais en petit nombre, grâces à la bonté de Dieu. Honteux alors comme un loup dévorant qui, n’ayant pu se saisir d’aucune proie, regagne le plus épais du bois, les assiégeants prennent la fuite en toute hâte et pleurent la perte de trois cents des leurs. »

Ces deux combats avaient eu lieu les 26 et 27 novembre 885 ; malgré le double échec qu’ils venaient d’éprouver, les Normands ne renoncèrent cependant point à leur entreprise, établissant leur camp près de Paris et lançant une nouvelle attaque en janvier 886.


Siège de Paris par les Normands

Les Normands donnèrent à la ville huit assauts successifs, l’assiégèrent pendant plus de treize mois, en pillèrent et en dévastèrent tous les environs. C’est seulement alors que le roi Charles le Gros vint enfin au secours des Parisiens, à la tête d’une armée qu’il fit camper sous Montmartre ; mais, n’osant risquer une bataille, il conclut, le 30 novembre 886, un traité honteux, par lequel il s’engageait à donner aux Normands quatorze cents marcs d’argent, payables en mars 887.

Cet acte contribua à discréditer la dynastie carolingienne et à favoriser l’avènement de ce qui deviendra la dynastie capétienne. L’évêque Gozlin était mort pendant le siège. Eudes monta sur le trône, du vivant même de Charles le Gros. Les Normands, ayant remonté leurs barques par terre au-dessus de Paris, allèrent piller tous les pays arrosés par la Seine et autres rivières : au terme fixé, ils se présentèrent pour toucher la somme promise, et ne reparurent plus. Cette visite des barbares avait été la dernière.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Avoir besoin de deux grains d'ellébore
 
 C'est peu que de courir, il faut partir à point
 
MANIFESTATIONS
 Exposition Espèces d'Ours ! À la découverte des ours au Jardin des Plantes du 12 octobre 2016 au 19 juin 2017
 
 Plongée musicale dans la Renaissance jusqu'au 8 janvier 2017 à l'exposition Martin de Tours, le rayonnement de la cité
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 25 novembre 1830 : mort de Pierre Rode, compositeur et violoniste
 
 25 novembre 1773 : fille de Louis XV, Louise-Marie de France est élue supérieure des Carmélites de Saint Denis
 
 25 novembre 1560 : mort d'Andrea Doria, amiral de Gênes
 
 
Et puis aussi...
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 4 ARTICLES

 


Novembre
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services