Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



15 novembre 1725 : mort du poète satirique François Gacon - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Novembre > 15 novembre > 15 novembre 1725 : mort du poète (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 15 novembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


15 novembre 1725 : mort du poète
satirique François Gacon
dit « le poète sans fard »
(D’après « Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres
dans la république des lettres » (Tome 38), paru en 1737)
Publié / Mis à jour le vendredi 11 novembre 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
S’étant lui-même surnommé le poète sans fard et en soutenant assez bien le caractère, il disait volontiers tout ce qu’il pensait, surtout des poètes ses confrères, lesquels le méprisaient en retour, mais il prenait bien la critique et convenait le premier des fautes qu’on lui imputait avec raison

Né à Lyon le 16 février 1667, François Gacon était fils de Pierre Gacon, négociant de cette ville qui, après lui avoir fait faire ses premières études, le destina au commerce ; mais bien loin de se prêter aux vues de sa famille, il continua ses études, et entra même dans la Congrégation de l’Oratoire, où il fit un cours de philosophie et de théologie.

Après y avoir demeuré cinq ans, il en sortit, et comme il paraissait vouloir embrasser l’état ecclésiastique, on lui acheta une charge de clerc de chapelle chez le duc d’Orléans, frère unique de Louis XIV. Gacon renonça cependant bientôt à cet emploi qui gênait son goût et sa liberté, et se donna tout entier à la poésie, qui fit son unique occupation pendant plus de trente ans.

François Gacon
François Gacon

Il exerça son génie sur toutes sortes de sujets et dans tous les genres de poésies, satires, épigrammes, rondeaux, épîtres, odes, tragédies et comédies : tout était de son ressort. Son penchant naturel pour la satire et pour la critique lui faisaient écouter aisément tous ceux qui le sollicitaient à écrire dans ce genre, sans faire attention aux motifs secrets ou personnels qui pouvaient les animer. De là ces satires malignes et outrées contre plusieurs écrivains célèbres, qui affectèrent de ne lui point répondre. Il exerça notamment sa verve contre Jean-Baptiste Rousseau (1669-1741), Antoine Houdar de La Motte (1672-1731), Nicolas Boileau (1636-1711), Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704) ou encore Voltaire (1694-1778).

Il ne paraissait aucun ouvrage pour le théâtre, soit comédie, soit opéra, soit tragédie, que le poète sans fard — c’était son nom poétique — ne lâchât une épigramme, ou contre l’auteur, ou contre la pièce, souvent même avant qu’elle eût été représenté. Enfin, toujours prêt à attaquer et à se défendre, il se mêla indistinctement dans toutes les disputes littéraires du temps.

En 1717, il remporta le prix de poésie de l’Académie française ; mais cette Compagnie ne voulut point permettre qu’il lui en fît des remerciements publics, quoiqu’il l’eût souhaité ; et elle prit le parti de le lui envoyer par l’abbé de Choisy. Cette démarche, sans compromettre l’Académie, qui faisait connaître son intégrité en lui adjugeant le prix, ne faisait aucun tort à l’auteur à l’égard duquel elle n’en usait ainsi que parce qu’il avait attaqué presque tous ceux qui la composaient.

Il fit la plupart des brevets de la calotte, et seconda parfaitement les idées d’Aymon, inventeur de cette espèce de satire qui sous le voile d’un léger badinage ne laissait pas de porter de rudes coups à ceux qu’on décorait de ces burlesques et comiques brevets.

Enfin, rebuté de tous ces combats poétiques, se trouvant par hasard dans un beau prieuré de l’Ordre de Cluny, et se souvenant qu’il avait pris la tonsure dans sa jeunesse, il en sollicita la nomination auprès de l’archevêque de Cambrai, prieur de Saint-Martin-des-Champs, qui en était le collateur, et il l’obtint sur la démission du titulaire. Il en prit possession en février 1723 et y demeura jusqu’à sa mort, le 15 novembre 1725, âgé de près de 59 ans. Il fut enterré dans la chapelle de ce prieuré.

Son humeur était particulière ; sa conduite l’était aussi. Il était ennemi du faste, peu capable de travailler pour la fortune et de s’appliquer à aucune affaire sérieuse. Il avait la mémoire fort heureuse, et on lui a souvent ouï dire qu’il n’avait jamais rien oublié de ce qu’il avait appris. Il faisait des vers avec facilité, mais cette facilité explique qu’il n’a pas donné à ses ouvrages toute la perfection qu’il aurait pu leur donner. Il n’y mettait jamais la dernière main, surtout quand ils avaient une certaine étendue, et quoiqu’il avouât de bonne foi ses fautes ou ses négligences, il ne pouvait se résoudre à les corriger.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Tirer son épingle du jeu
 
 C’est un Roger Bontemps
 
MANIFESTATIONS
 Cartographie (Grande aventure de la) au château-musée de Dieppe
 
 Curieuses chambres au palais Jacques Coeur de Bourges
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 15 novembre 1671 : mort de Julie d’Angennes, duchesse de Montausier, dite l’incomparable Julie
 
 15 novembre 1630 : mort de l’astronome Johannes Kepler à Ratisbonne
 
 15 novembre 1708 : bataille de Spire gagnée par les Français
 
 15 novembre 1647 : entrée du duc de Guise dans Naples
 
 
Et puis aussi...
 
 15 novembre 1591 : exécution des magistrats Brisson, Larcher et Tardif par les Seize
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 6 ARTICLES

 


Novembre
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services