Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



6 octobre 1825 : mort du naturaliste, musicien et homme politique Bernard-Germain de Lacépède - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Octobre > 6 octobre > 6 octobre 1825 : mort du naturaliste,

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 6 octobre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


6 octobre 1825 : mort du naturaliste,
musicien et homme politique
Bernard-Germain de Lacépède
(D’après « Biographie universelle ou Dictionnaire historique des hommes
qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus,
leurs erreurs ou leurs crimes » (Tome 7), édition de 1844)
Publié / Mis à jour le samedi 1er octobre 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Il s’occupa de bonne heure d’histoire naturelle, se mit en correspondance avec Buffon, cultivait aussi les beaux arts, surtout la musique, et fut très souvent chargé de porter la parole à Napoléon, dont il fut l’un des plus chauds panégyristes

Savant naturaliste, musicien et homme politique, Bernard-Germain de Lacépède, né à Agen le 26 décembre 1756, était fils du comte du La Ville. Héritier d’un oncle maternel, il dut en prendre le nom. Il s’occupa de bonne heure d’histoire naturelle, se mit en correspondance avec Buffon, et cultivait aussi les beaux arts, surtout la musique, dont le célèbre symphoniste Bock lui avait donné des leçons.

Il n’avait que vingt ans, lorsqu’il vint en 1776 à Paris, et déjà il avait entrepris de remettre en musique l’Armide de Quinault ; mais il renonça à son projet quand il apprit que Gluck l’avait devancé. Il y continuait ses travaux scientifiques sous Buffon et ses études musicales sous Gossec, et il venait de faire paraître une Œuvre de symphonie concertante, quand sa famille obtint pour lui un brevet de colonel dans les cercles de l’empire (Bavière) : son service militaire dans ce grade se borna à deux voyages qu’il fit en Allemagne.

Il était fixé à Paris en 1781. A cette époque était en répétition son opéra d’Omphale, qu’il avait composé par les conseils du Gluck avec lequel il était très lié, mais qui cependant ne fut pas représenté. Dans le même temps il publia ses premiers écrits : Essai sur l’électricité naturelle et artificielle (1781) en 2 volumes, et Physique générale et particulière (1782), également en 2 volumes, ouvrages dont la forme pouvait plaire aux gens du monde, mais qui, n’étant point à la hauteur de la science, firent naître contre leur auteur des préventions tellement défavorables, que Lacépède s’empressa de racheter les exemplaires qui se trouvaient en circulation, pour n’avoir point à craindre que sa réputation en souffrît. Ce fut alors que Buffon, pour lui faciliter les études qu’il avait eu soin de compléter, lui offrit la place de garde et sous-démonstrateur du cabinet d’histoire naturelle, dont Daubenton jeune venait de se démettre. Quoique le poste parût au-dessous de ce que Lacépède avait droit d’espérer, celui-ci accepta.

Bernard-Germain de Lacépède, par Ambroise Tardieu
Bernard-Germain de Lacépède, par Ambroise Tardieu

Après avoir publié en 1785 la Poétique de la musique, il commença ses études d’histoire naturelle dont les résultats furent à la fois si glorieux pour lui et si utiles à la France. On vit paraître successivement l’Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares et des serpents (1788-1789), Histoire naturelle des reptiles (1789), Histoire naturelle des poissons (1798-1805), Histoire naturelle des cétacés (1804), que l’auteur regardait avec raison connue le plus complet et le plus méthodique de ses livres. Lacépède, dans ses descriptions, n’a pas le brillant de l’auteur qu’il continue ; mais il décrit exactement ; et l’on voit qu’il cherchait plus Il satisfaire celui qui veut s’instruire qu’à éblouir par un attrayant langage. Ces quatre ouvrages qui ont été publiés dans l’espace de 16 ans forment la suite et le complément de l’édition originale de Buffon, sortie des presses de l’imprimerie royale : ils ont été imprimés deux fois et presque toujours avec les Œuvres de Buffon, et ont été traduits en allemand.

A l’époque de la Révolution, Lacépède fut du nombre de ceux qui adoptèrent les idées de réforme. D’abord nommé par la section du jardin des Plantes commandant de bataillon, il présida ensuite les deux premières assemblées constitutionnelles, accepta la place d’administrateur de Paris, puis fut appelé à l’Assemblée législative, qui le choisit pour son président le 28 novembre 1791. On vantait beaucoup la modération des principes du Lacépède ; ce fut néanmoins sous sa présidence que cette assemblée fit une adresse au roi contre les émigrés réunis sur les bords du Rhin, et qu’elle décréta la formation de la haute cour d’Orléans, d’odieuse mémoire. Il refusa alors, dit-on, le poste difficile de gouverneur du dauphin. La session étant finie, Lacépède reprit ses occupations scientifiques, et se démit de toutes ses fonctions pour vivre dans la retraite.

En 1796, il fut nommé membre de l’institut de France, et trois ans après, celui de Bologne l’admit au nombre de ses associés. Chargé d’organiser l’expédition du capitaine Baudin, il désigna pour en faire partie deux jeunes savants, Bory de Saint-Vincent et Péron. Lors de l’établissement du consulat, Bonaparte appela le comte de Lacépède au sénat conservateur, dont il devint président en 1801 ; deux ans après, il fut nommé grand -chancelier de la Légion d’honneur, et en 1805, grand-aigle de cette même Légion : l’année précédente, il avait été créé titulaire de la sénatorerie de Paris.

Chargé très souvent de porter la parole à Napoléon, il fut un de ses plus chauds panégyristes, et il dut en grande partie les honneurs dont il fut investi à son éloquent enthousiasme pour celui qui les dispensait. Une seule fois cependant il osa, à la tête du sénat, parler de paix à Bonaparte : ce fut le 12 janvier 1814. Il s’exprima en ces termes : « Nous combattons entre les tombeaux de nos pères et les berceaux de nos enfants. Obtenez la paix, sire, et que votre main tant de fois victorieuse laisse échapper les armes, après avoir signé la paix du monde. » Ce conseil venait trop tard : les alliés foulaient déjà le sol de la France, et après avoir tout refusé au congrès de Châtillon, l’empereur ne pouvait plus parler de paix. Il touchait à sa chute. Lacépède suivit à Blois l’impératrice Marie-Louise, et envoya cependant plus tard son adhésion à la déchéance de Napoléon.

Le gouvernement provisoire priva Lacépède de sa charge de grand-chancelier de la Légion d’honneur, qui fut provisoirement donnée de Pradt. Le roi Louis XVIII l’en dédommagea, en le nommant pair le 4 juin 1814. Au retour de Napoléon de l’île d’Elbe, Lacépéde refusa la place de grand-maître de l’université, mais il siégea dans la nouvelle chambre des pairs, dont il fut exclu par l’ordonnance royale du 24 juillet 1815. Le roi Louis XVIII, toujours indulgent et ami de la science, l’y rappela quelque temps après.

Depuis ce moment, il ne joua pas un grand rôle dans les affaires publiques, et se livra exclusivement à ses études favorites. Au milieu de sa carrière politique, Lacépède avait continué ses travaux. On lui doit plusieurs Discours qu’il prononça comme professeur d’histoire naturelle au jardin des Plantes : il avait été nommé élève à l’école normale par les administrateurs de Corbeil après le 9 thermidor, et en 1795 on avait créé pour lui une 13e chaire au muséum d’histoire naturelle.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Nécessité n'a pas de loi
 
 Ne pas faire à autrui ce qu'on ne voudrait pas qu'il vous fît
 
MANIFESTATIONS
 Grotte de la Salamandre (Gard) : découvrez-la en dirigeable jusqu'au 31 octobre 2016
 
 Exposition Espèces d'Ours ! À la découverte des ours au Jardin des Plantes du 12 octobre 2016 au 19 juin 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 6 octobre 1331 : Jeanne de Divion est brûlée par arrêt du parlement, comme faussaire et sorcière
 
 6 octobre 1724 : mort du poète comique Charles Dufresny
 
 6 octobre 1671 : mort du poète Pierre Patrix
 
 6 octobre 1655 : mort du comédien André Baron dit Baron père
 
 
Et puis aussi...
 
 6 octobre 877 : mort du roi de France Chartes le Chauve
 
 6 octobre 456 : Avitus est dépouillé de l'empire
 
 6 octobre 1499 : entrée du roi Louis XII à Milan
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 8 ARTICLES

 


Octobre
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services