Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Coutumes et traditions. Institution de la Légion d'honneur par Bonaparte. Décoration nationale, militaire, civile. Ordre de chevalerie - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Légion d'honneur : décoration nationale

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Légion d’honneur : décoration nationale
visible partout et par tous
(D’après « Le Petit Journal illustré », paru en 1932)
Publié / Mis à jour le lundi 11 avril 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
L’Ancien Régime vit se créer un grand nombre d’ordres de chevalerie. Mais la plupart n’allèrent pas au delà de la Renaissance, quatre seulement subsistant jusqu’à la Révolution. Prenant conscience que les armes d’honneur, dont on gratifiait les méritants, ne sauraient constituer une récompense « visible et connue de tous à tout instant et partout », Bonaparte y remédie en 1804, en leur substituant un insigne plus facile à arborer et en instituant la Légion d’honneur

Les quatre ordres subsistant à la Révolution furent l’ordre de Saint-Michel, que Louis XI avait institué en 1469 ; l’ordre du Saint-Esprit, créé par Henri III en 1578, et deux ordres militaires : l’ordre de Saint-Louis, fondé par Louis XIV en 1696, et le mérite militaire, établi par Louis XV en 1759.

Ces deux derniers ordres étaient réservés aux officiers. Le soldat, sous l’Ancien régime, n’avait droit à aucune récompense, si héroïque qu’il se fût montré dans les combats. Quant aux deux ordres civils, seuls pouvaient y prétendre les personnages de la noblesse. Les gens du peuple et les bourgeois, même s’ils avaient rendu d’éminents services à l’Etat, n’y avaient point accès. Cependant, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, on vit l’ordre de Saint-Michel décerné à quelques artistes célèbres et particulièrement à quelques comédiens et comédiennes bien en Cour.

Croix de la Légion d'honneur sous la IIIe République
Croix de la Légion d’honneur sous la IIIe République
Comment fut créé l’ordre
La Révolution, par une loi de 1791, avait supprimé « pour jamais » toute décoration. Mais les distinctions honorifiques étaient à peine abolies qu’on s’aperçut combien elles étaient nécessaires. Les soldats de la République n’étaient plus, comme sous l’Ancien Régime, de simples mercenaires. Comment récompenser ceux d’entre eux qui avaient rendu, en combattant, des services à l’Etat ?... A défaut de décoration, on leur donnait des armes d’honneur. Mais du jour où ils quittaient l’armée, plus rien ne les désignait à l’estime publique, car ces fusils, ces sabres, ces haches d’abordage, ornés d’inscriptions rappelant leurs actes d’héroïsme, ils ne pouvaient les porter avec eux sous le costume civil. Rentrés dans leurs foyers, ils perdaient complètement le bénéfice extérieur des distinctions dont ils avaient été l’objet.

C’est là, surtout, la raison qui décida Bonaparte, premier consul, à rétablir les décorations. Dans l’exposé de son projet de la légion d’honneur, il disait fort justement : « Le Français aime la gloire, mais il veut être remarqué. » Et il racontait qu’à la bataille de Rivoli un cavalier l’avait sauvé en recevant un coup qui lui était destiné. « Je lui demandai, dit Bonaparte, ce qu’il voulait pour récompense. Il me répondit qu’il avait déjà un sabre d’honneur, et que, par conséquent, je ne pouvais rien de plus pour lui... En effet, concluait le futur empereur, je ne pus rien faire. »

Et c’est pourquoi il disait encore dans son exposé : « Il faut qu’on puisse récompenser ceux qui le méritent, mais il faut que cette récompense soit visible et connue de tous à tout instant et partout. Un insigne n’est-il pas plus facile à montrer que toutes les armes d’honneur ? » En outre, les artistes, les savants, les hommes qui, dans l’industrie, le commerce ou l’administration, avaient rendu des services au pays, se plaignaient justement de ne pas avoir leur part dans la reconnaissance nationale.

C’est pour remédier à ce double inconvénient qu’en 1802 Bonaparte décida de créer un ordre destiné à récompenser également le courage militaire et le mérite civil. Il vint en personne défendre son projet devant le Conseil d’Etat. Tout en approuvant l’institution, certains conseillers voulaient qu’elle fût réservée exclusivement aux militaires. Bonaparte leur répondit :

« Nous sommes trente millions d’hommes réunis par les lumières, la propriété, le commerce ; trois ou quatre cent mille militaires ne sont rien auprès de cette masse ? Les soldats eux-mêmes ne sont que les enfants des citoyens. L’armée, c’est la nation. Si l’on distinguait les hommes en militaires et en civils, on établirait deux ordres, tandis qu’il n’y a qu’une nation ».

D’autres estimaient que les croix et les rubans n’étaient que des hochets bons pour la monarchie. Le premier consul leur répliqua avec vivacité : « Je défie qu’on me montre une république, ancienne ou moderne, dans laquelle il n’y a pas eu de distinctions. On appelle cela des hochets ; eh bien ! c’est avec des hochets qu’on mène les hommes ! » Cette déclaration, dénuée d’artifice, triompha des oppositions. Finalement, le projet de loi, adopté par le Conseil d’Etat, fut voté par le Tribunat par 50 voix contre 38, et par le Corps législatif à la faible majorité de 166 voix contre 110.

L’ordre était organisé en seize cohortes, comprenant chacune sept grands officiers, vingt « commandants », trente officiers, et trois cent cinquante légionnaires, ce qui faisait un total de 6512 membres. A ces quatre classes, un décret de janvier 1805 en ajouta une cinquième. Ce fut le plus haut degré dans la hiérarchie de la légion d’honneur, celui de grand-aigle qui, depuis, a pris le nom de grand-croix.

La forme choisie pour la décoration fut celle d’une étoile à cinq branches avec, au centre, sur l’avers, l’effigie de Napoléon Ier entourée d’une couronne de chêne et de laurier ; et au revers, un aigle tenant la foudre, avec la légende : honneur et patrie.

Premières solennités
C’est dans la chapelle de l’Hôtel des Invalides, ou comme on l’appelait alors, dans le « Temple de Mars » qu’eut lieu, le 15 juillet 1804, la première distribution solennelle des croix de la légion d’honneur. Napoléon voulut que cette cérémonie fût entourée du plus grand éclat.

Après un éloquent discours du grand-chancelier, le comte de Lacépède, on fit l’appel des dignitaires, qui s’approchèrent successivement du trône de Napoléon pour prêter le serment individuel prescrit par les statuts. Puis l’empereur, se couvrit et, s’adressant aux commandants, officiers et légionnaires, prononça d’une voix forte la formule du serment. Tous les membres de la légion, debout, la main levée, répondirent : « Je le jure ! »

Les décorations furent ensuite déposées au pied du trône dans des bassins d’or, et l’empereur les remit à leurs titulaires. Cette phase de la solennité inspira au peintre Debret le célèbre tableau qui figure au musée de Versailles. Une tradition veut que le premier décoré ait été un vétéran du nom de Coignet. Quelques vieux officiers républicains, ceux que Bonaparte appelait « les mauvaises têtes », ne répondirent pas à l’appel de leur nom. Mais l’immense majorité de l’armée et de la nation accueillit avec joie la création de la Légion d’honneur.

Première distribution de la Légion d'honneur au camp de Boulogne, le 16 août 1804
Première distribution de la Légion d’honneur au camp de Boulogne, le 16 août 1804

Un mois plus tard, le 16 août, cette fête devait se renouveler au camp d’Ambleteuse, près de Boulogne-sur-Mer, où se trouvait réunie une armée de 70 000 hommes destinée à la descente en Angleterre. Du haut de son trône, qui était, dit-on, le fauteuil de Dagobert, et qui dominait un vaste hémicycle occupé par les troupes, l’empereur découvrait toute l’armée, les batteries de côté, l’entrée du port et une partie de la rade.

Les militaires désignés vinrent successivement recevoir des mains de Napoléon les décorations qui leur étaient destinées. Pendant la cérémonie, des vaisseaux anglais s’étant imprudemment approchés de la côte furent canonnés par les bâtiments de la flotille française. Et, devant une foule de plus de cent mille personnes, accourue de tous les points de la région septentrionale, la cérémonie se déroula, imposante et solennelle, au milieu des clameurs d’enthousiasme que ponctuait la grande voix du canon.

Depuis l’institution de la Légion d’honneur
Du début à la fin du premier Empire, il fut fait 48 000 nominations dans la légion d’honneur, dont 1 400 seulement dans l’élément civil. La Restauration maintint la Légion d’honneur mais elle remplaça l’effigie de son fondateur par celle d’Henri IV. Elle fit même de cette distinction un usage immodéré, et, dans ses deux premières années, ne distribua pas moins de dix mille croix.

Sous Louis-Philippe, on commença à se plaindre de la facilité avec laquelle on décorait les gens. A cette époque, l’effectif constaté était de 96 grands-croix, 216 grands-officiers, 825 commandeurs, 4061 officiers, et un nombre considérable de chevaliers. Comme remède à cet abus, la Chambre des députés vota, en 1840, la limitation en décidant que, dorénavant, il ne serait plus permis de s’écarter des chiffres fixés que pour faits de guerre.

Le second Empire rétablit, sur les décorations, l’effigie de Napoléon Ier. Enfin, le 20 octobre 1870, le gouvernement de la Défense nationale décréta que la couronne impériale qui surmontait la décoration serait remplacée par une couronne de chêne et de laurier, et que l’effigie de la République, avec l’exergue République française 1870, serait substituée à celle de Napoléon Ier ; et, au revers, à la place de l’aigle, deux drapeaux tricolores en sautoir avec la devise honneur et patrie.

Le décret du 27 février 1951 institue encore quelques modifications. A l’avers figure l’effigie de la République entourée de l’inscription République française, tandis qu’au revers apparaissent le drapeau et l’étendard entourés de la devise honneur et patrie, sur fond d’émail bleu. Enfin, la Ve République apporte un seul changement, par le biais du décret en date du 28 novembre 1962 : est ajouté au revers la mention 29 floréal an X sur le cercle d’émail bleu, en plus de la devise honneur et patrie.

Telles furent les diverses phases de l’histoire du glorieux ordre national de la légion d’honneur, auquel un musée est consacré, occupant une aile moderne élevée entre 1922 et 1925 sur l’emplacement des anciennes écuries de l’hôtel de Salm, à Paris. Il fut créé à l’initiative du général Dubail et financé grâce à une souscription ouverte parmi les légionnaires et les médaillés militaires, dont le succès fut particulièrement vif aux Etats-Unis. Il a été inauguré en 1925. Agrandi et transformé au début des années 1930, il abrite des collections d’une incalculable richesse sur l’histoire des décorations et en particulier de la Légion d’honneur.

Notons à propos de la décoration nationale un détail très peu connu. Il s’agit d’une contrefaçon exotique de ce dernier. En 1849, à Haïti, le président Soulouque, à l’occasion de sa proclamation comme empereur sous le nom de Faustin Ier, créa un ordre de la Légion d’honneur absolument calqué sur le nôtre. Mais cet « ersatz » de la grande institution de Bonaparte n’eut qu’une existence éphémère.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Être né coiffé
 
 Aux grands maux les grands remèdes
 
MANIFESTATIONS
 Du moulin à café au lave-linge : quand Peugeot faisait dans les arts ménagers
 
 Tour-Forteresse de Monthoiron : l'empreinte de Léonard de Vinci dans la Vienne
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Éloge des contes de fées, miroirs de l'âme humaine
 
 Politesse et courtoisie avant la Révolution : règles et codes de civilité en usage
 
 Joutes et tournois
 
 Fêtes, processions et réjouissances pittoresques d'autrefois dans les provinces de France
 
 
Et puis aussi...
 
 Orgues de barbarie et législation encadrant les airs joués
 
 Bière française (La) se hisse au tout premier rang grâce à une « fabrication scientifique »
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Règles de beauté féminine : 30 critères exigés par les auteurs de la Renaissance
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 280 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services