Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



25 août 1270 : mort du roi de France Saint-Louis en Afrique - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Août > 25 août > 25 août 1270 : mort du roi de France (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 25 août. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


25 août 1270 : mort du roi de France
Saint-Louis en Afrique
(D’après « Éphémérides politiques, littéraires et religieuses présentant, pour
chacun des jours de l’année un tableau des événements, etc. », édition de 1812)
Publié / Mis à jour le mercredi 24 août 2016, par LA RÉDACTION



 

Louis IX, fils de Louis VIII et de Blanche de Castille, avait succédé à son père en 1226, sous la tutelle de sa mère, qui réunit pour la première fois les qualités de tutrice et de régente. Louis IX paraissait un prince destiné à réformer l’Europe si elle avait pu l’être ; à rendre la France triomphante et policée et à être en tout le modèle des hommes. Sa piété, qui était celle d’un anachorète, ne lui ôta aucune vertu de roi.

Une sage économie ne déroba rien à sa libéralité ; il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte, et peut être est-il le seul souverain qui mérite cette louange ; prudent et ferme dans le conseil, intrépide dans les combats sans être emporté, compatissant comme s’il n’avait jamais été que malheureux, il n’est pas donné à l’homme de porter plus loin la vertu.

Il ne manqua alors à la France, pour être la plus heureuse de toutes les nations, que de jouir toujours de la présence de son souverain ; mais elle fut malheureuse par les vertus mêmes qui devaient faire le bonheur du monde. L’an 1244, Louis, attaqué d’une maladie violente, crut entendre une voix qui lui ordonnait de prendre la croix contre les infidèles ; à peine put-il parler, qu’il fit vœu de se croiser ; la reine sa mère, la reine sa femme, son conseil, tout ce qui l’approchait, sentit le danger de ce vœu funeste. L’évêque de Paris même lui en représenta les dangereuses conséquences ; mais Louis regardait ce vœu comme un lien sacré qu’il n’était pas permis aux hommes de rompre.

Décès du roi Saint-Louis
Décès du roi Saint-Louis

Il laisse à sa mère le gouvernement du royaume, et part avec sa femme et ses trois frères que suivent aussi leurs épouses ; presque toute la chevalerie de France l’accompagne. Louis, en descendant sur les côtes d’Egypte, signale son arrivée par une victoire. Celle de la Massoure donne encore aux Sarrasins une plus haute idée de son courage ; ce fut là qu’on le vit pleurer et venger la mort du comte d’Artois son frère ; mais bientôt la fortune change, une famine cruelle désole l’armée ; pour comble de malheur, Louis est pris avec ses deux frères ; il avait été modeste dans ses prospérités, il fut grand dans les fers. Sa liberté coûta cher à l’Etat : on ne pouvait racheter à un trop haut prix un si grand prince ; il fut délivré ; mais il alla encore perdre, en Palestine, quatre années qu’il aurait pu consacrer au bonheur de ses sujets.

Enfin, la mort de la reine mère le force de revenir en France ; le vaisseau sur lequel il s’était embarqué heurta contre des rochers avec tant de violence, qu’il y eut trois toises de la quille emportées ; on pressa le monarque de passer sur un autre ; il refusa en disant : « Qu’il aimait mieux périr avec tous ceux qui l’accompagnaient, que de sauver sa vie aux dépens de celle des autres. »

Arrivé heureusement en France, il reçut un honneur qu’on ne peut rendre qu’à un roi vertueux. Le roi d’Angleterre, Henri III, et ses barons, le choisirent pour arbitre de leurs querelles ; il prononça l’arrêt en souverain ; et si cet arrêt, qui favorisait Henri III, ne put apaiser les troubles d’Angleterre, il fit voir au moins à l’Europe quel respect les hommes, ont, malgré eux, pour la vertu. Son frère, le comte d’Anjou, dut à la réputation de Louis et au bon ordre de son royaume, l’honneur d’être choisi par le pape pour roi de Sicile, honneur qu’il ne méritait point par lui-même.

Louis avait augmenté ses domaines de l’acquisition de Namur, de Péronne, d’Avranches, de Mortagne, du Perche ; il pouvait ôter aux rois d’Angleterre tout ce qu’ils possédaient en France ; les querelles de Henri III et de ses barons lui en facilitaient les moyens ; mais il préféra la justice à l’usurpation.

Treize ans de sa présence avaient réparé en France tout ce que son absence avait ruiné ; mais sa passion pour les croisades l’entraînait : il part une seconde fois, et à peu près avec les mêmes forces ; mais ce n’est plus ni du côté de la Palestine, ni du côté de l’Egypte qu’il tourne sa dévotion et ses armes ; il fait cingler sa flotte vers Tunis. Son frère Charles d’Anjou, roi de Naples et de Sicile, ambitieux, cruel, intéressé, faisait servir la simplicité héroïque de Louis à ses desseins : il voulait devenir maître du royaume de Tunis, et rendre ces côtes d’Afrique tributaires de son royaume de Sicile, comme elles l’avaient été du temps de Roger, prince normand. L’armée française va donc débarquer dans les Etats du roi de Tunis vers les ruines de Carthage.

Mais bientôt le roi est assiégé lui-même dans son camp, par les Maures réunis. Les mêmes maladies que l’intempérance de ses sujets transplantés et le changement de climat avaient attirées dans son camp en Egypte, désolèrent son camp de Carthage. Un de ses fils, né à Damiette pendant sa captivité, mourut de cette contagion devant Tunis. Enfin le roi en fut attaqué ; il se fit étendre sur la cendre, et expira à l’âge de cinquante-cinq ans, avec la piété d’un religieux et le courage d’un grand homme. Ce n’est pas un des moindres jeux de la fortune, que les ruines de Carthage aient vu mourir un roi chrétien, qui venait combattre des Musulmans dans un pays où Didon avait apporté les Dieux des Syriens.

Ce fut Saint Louis qui fit bâtir à Paris l’hôpital des Quinze-Vingts, après son premier voyage de la Terre-Sainte, pour y loger trois cents gentilshommes auxquels les infidèles avaient crevé les yeux. Il avait donné ordre de dresser dans les provinces un état des pauvres laboureurs qui ne pouvaient travailler, et de pourvoir à leur subsistance. Il se dérobait souvent à ses courtisans pour exercer quelque œuvre de charité, ou pour prier en silence ; on s’en plaignait quelquefois : « Ah ! disait-il, si j’employais les moments dont on me reproche l’inutilité, au jeu ou à d’autres plaisirs , on me le pardonnerait. »

La malheureuse expédition dans laquelle périt Saint-Louis fut la sixième et la dernière des croisades ; le malheur qui l’avait terminée éteignit cet enthousiasme religieux qui avait dépeuplé l’Europe pendant deux siècles.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Les honneurs changent les mœurs
 
 Prendre ses jambes à son cou
 
MANIFESTATIONS
 Exposition Espèces d'Ours ! À la découverte des ours au Jardin des Plantes du 12 octobre 2016 au 19 juin 2017
 
 De Méliès à la 3D : la machine Cinéma Exposition à La Cinémathèque française du 5 octobre 2016 au 29 janvier 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 25 août 1776 : mort du littérateur Germain-François Poullain de Saint-Foix
 
 25 août 1822 : mort de l’astronome et musicien William Herschel qui découvrit la planète Uranus
 
 25 août 1807 : mort de la femme de lettres Sophie Cottin
 
 25 août 1797 : mort de l’écrivain et homme politique Jean-Baptiste Louvet de Couvray
 
 
Et puis aussi...
 
 25 août 1572 : conduite d'Ambroise Paré après le massacre de la Saint-Barthélemy
 
 25 août : anecdotes au sujet de la séance annuelle que l'Académie française tenait au Louvre
 
 25 août 1776 : mort du philosophe David Hume
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 8 ARTICLES

 


Août
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services