Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Caniche et arrestation voleurs des Champs-Elysées. Anecdotes historiques - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Voleurs des Champs-Elysées (Les) (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Voleurs des Champs-Elysées (Les)
arrêtés par un caniche
(D’après « Histoire des chiens célèbres » paru en 1796)
Publié / Mis à jour le mercredi 13 mai 2015, par LA RÉDACTION



 
 
 
On lit dans les Mémoires de l’ancienne police de Paris, une anecdote assez singulière sur un chien caniche. Du temps que l’on donnait des divertissements de toute espèce, dans le Waux-hall des Champs-Elysées, il y avait une fourmilière de filous qui se faufilaient dans ce lieu de licence la plus dévergondée. Ces messieurs tendaient leurs filets au milieu de la tourbe insouciante des riches désœuvrés, et pêchaient, comme on dit, en eau trouble.

Les filous de la capitale étaient d’une habileté peu commune ; leur art était poussé à un tel point de perfection que les élèves, avant de professer publiquement, étaient obligés de faire des tours de force en particulier. Il fallait par exemple, qu’ils tirassent une bourse pleine de gros sous, de la poche d’un mannequin suspendu par une ficelle au plancher. Si le mannequin venait à remuer un tantinet, le professeur en filouterie grondait fortement le disciple tout honteux ; il lui prédisait qu’il ne réussirait jamais dans le monde ; et une rude volée de coups de canne suivait cette mercuriale efficace.

Mais le principal triomphe des chevaliers d’industrie brillait près des étrangers et des provinciaux ; ils couraient à leur piste, et les sentaient d’une lieue à la ronde. Dès qu’il en paraissait quelque part, nos coquins ne s’y méprenaient point ; ils les distinguaient du premier coup d’œil ; ils entraient d’abord en conversation ; et presque toujours, ils se trouvaient de vos connaissances, de votre pays, de vos parents ou de vos amis.

Un nouveau débarqué vint un jour à Paris, pour y terminer un procès ; c’était un riche gentilhomme du Poitou ; la promenade du Waux-haal était en vogue, et il s’y rendit avec son épouse. Entrer dans ce laboratoire d’escroquerie, faire cinq à six pas, et perdre une bourse de trente-huit louis, une montre à répétition et une tabatière d’or, ce fut l’ouvrage de trois coups de coude, et de trois coups de mains.

C’était en été ; il faisait une chaleur étouffante ; la dame demande à se rafraîchir ; on entre dans un café ; on prend de l’eau de groseilles, de l’orangeade, des glaces. Pour sortir, il faut payer... plus de bourse ! Quel soufflet pour un honnête homme que cette détresse inattendue fait regarder comme un des escogriffes qui abondaient alors dans notre bonne ville ! « Monsieur, dit le gentilhomme au limonadier, je vais vous laisser ma montre pour nantissement de ce que je vous dois, et dans l’instant je suis à vous. Tenez ».


Les honnêtes gens se liguant contre un voleur au début du XXe siècle

Il porte, à ces mots, le pouce et l’index au petit gousset, et il ne tient rien lui-même. Il veut tirer ensuite sa tabatière... rien encore. Tout cela était envolé. Et le rouge de monter au visage du bon gentilhomme et de son épouse, dont il serait difficile de peindre l’étonnement et la contenance. Comment sortir d’un tel embarras ? Comment retrouver cette perte ? Elle le fut néanmoins, et voici comment.

Ce particulier ne perdit point tout à fait la tête ; il demanda un inspecteur de police, toujours au guet en ces sortes d’endroits. Il lui déclare son nom, sa qualité, sa demeure, et lui conte sa fâcheuse aventure. Il ajoute que s’il veut l’aider de son ministère, il va retrouver peut-être ses effets volés ; et cela sans bruit et sans esclandre. L’officier y consent de bonne grâce.

Aussitôt le gentilhomme va chercher à la porte un superbe caniche resté avec ses gens et sa voiture. Le chien accourt plein d’ardeur et de joie. « Cherche », lui commande son maître ; « allons, caniche, cherche, j’ai perdu ! »

Qui l’eût imaginé ? Quel bonheur ! Le chien s’avance dix à douze pas dans un groupe de monde ; il donne un coup de nez, et pose d’aplomb ses deux pattes sur un beau monsieur tout galonné et tout brodé. « Monsieur », lui ordonne l’inspecteur, en lui parlant à l’oreille, « de la part du roi, suivez-moi ». Ils entrent dans une salle écartée ; on vide ses poches... trois montres paraissent, dont celle du seigneur poitevin, telle qu’il l’avait désignée. Le bijou est repris, et le fripon consigné au corps de garde.

On recommence une seconde recherche ; on va dans les jardins, rien ; dans les couloirs, rien ; dans la rotonde, rien. Cependant en passant devant des lieux d’aisance, on voit le caniche gratter en désespéré tout auprès, et tourner la queue : on frappe, on demande s’il y a quelqu’un ; personne ne bronche. Enfin on pousse fortement la porte, et l’on voit un jeune abbé bien affairé en apparence, et se récriant sur l’impolitesse qu’il y a de relancer ainsi les honnêtes gens jusque dans leurs plus pressants besoins.

Tout en tenant ce langage, monsieur l’abbé qui juge à peu près tout ce dont il s’agit, fouille furtivement sa poche, et jette quelque chose derrière lui ; il manque son coup ; au lieu de tomber dans la lunette, cela tombe à terre, et sonne en tombant. On ramasse une belle et bonne bourse bien rebondie.

L’abbé est prié de se transporter à son tour dans la salle en question ; on y compte en sa présence les trente-huit louis encore intacts ; puis on lui demande s’il n’aurait pas encore trouvé par hasard, une tabatière d’or enrichie de diamants. L’effronté coquin répond par des sottises. On fait signe au caniche, qui va flairer sa manche en aboyant. Au moment où le filou allonge le bras pour repousser le chien incommode, la tabatière roule à terre. « Maudit animal, s’écrie le petit abbé en jurant, depuis dix ans que je fais le métier ! »

Ce fut ainsi qu’un chien sut attraper et convaincre de vol, deux voleurs fameux, que tous les limiers de la police parisienne cherchaient en vain depuis longtemps. Le procès-verbal qui constate ce fait, ajoute que l’on trouva chez nos deux escamoteurs quantité de montres, de pistolets, de cannes, d’épées, des sacs de louis et d’écus ; ils avaient même un magasin d’étuis, de couteaux, d’éventails, et plusieurs centaines de mouchoirs.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Toucher la corde sensible
 
 Avoir barres sur quelqu'un
 
MANIFESTATIONS
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Enseignement laïque : volonté de dresser un tableau noir du passé ?
 
 Microbe (Le) de la vieillesse : mieux que la mythique Eau de Jouvence ?
 
 Arsène Lupin : le voleur admirable de Maurice Leblanc
 
 Protestations déclenchées par une motion substituant le tutoiement au vouvoiement sous la Révolution française
 
 
Et puis aussi...
 
 Nivelle (Jean de)
 
 Ramponneau, comédien éphémère mais cabaretier hors pair
 
 Père Noël (Le) en Laponie ? Une « incongruité » de taille
 
 Pantins (La mode des)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 316 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services