Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Panorama disparu ou Paris défiguré par les aménagements successifs des Expositions universelles - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Panorama disparu ou Paris défiguré (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Panorama disparu ou Paris défiguré
par les aménagements successifs des
Expositions universelles ?
(D’après « La Semaine des familles », paru en 1891)
Publié le samedi 4 août 2012, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
En 1891, J. Clermont, de la Semaine des familles, nous offre un florilège des griefs ayant alors cours au sein d’une partie de la population parisienne et des poètes, se rapportant à ce qu’ils considèrent alors comme une défiguration de la capitale allant s’accentuant à chaque Exposition universelle qui apporte son lot de nouveaux aménagements. La tour Eiffel n’est pas épargnée : « Le badaud lève le nez en l’air et s’émerveille : l’industrie est satisfaite », déplore notre chroniqueur

Chacune des Expositions universelles, sauf celle de 1867, en dotant Paris d’un ou de plusieurs monuments nouveaux, a modifié l’aspect d’un coin de la capitale, observe J. Clermont. En 1855, le Palais de l’Industrie changea la physionomie des Champs-Elysées. En 1878, la construction du palais du Trocadéro et l’installation des jardins qui l’entourent modifièrent plus encore la rive droite de la Seine, au sud de Passy.

Les habitants du Gros-Caillou n’eurent plus devant les yeux le même horizon. La disparition du grand escalier bitumé qui conduisait, du quai à la place du Trocadéro, diminuait bien le pittoresque du seizième arrondissement. Toutefois, de l’École militaire, à travers le Champ-de-Mars, le coup d’œil était encore agréable. On peut contester la beauté architecturale du bâtiment central et des deux ailes qui s’étendent sur ses. côtés, en hémicycle, comme deux longues pattes d’araignée ; il faut avouer que l’ensemble produisait quelque effet, vu de l’avenue de La Motte-Picquet.

Palais du Trocadéro, érigé en 1878
Palais du Trocadéro, érigé en 1878

Aujourd’hui, fantassins et cavaliers ne voient plus de leurs fenêtres que les murs de la Galerie des machines. Même en montant sur le toit de leur caserne, ils auraient bien de la peine à dominer l’arête du fameux hangar industriel. Qu’apercevraient-ils, au fait ? Par-dessus les dômes peints des pavillons qui émaillent l’ancien champ de manœuvres d’énormes ruches, au delà de la fontaine géante dont les jets d’eau, aux couleurs éblouissantes, intriguèrent pendant six mois l’imagination des Parisiens, ils n’entreverraient le Trocadéro qu’à travers les charpentes de fer de l’illustre Tour.

Mais c’est de l’autre côté que la vue a le plus perdu. On prenait plaisir, pendant la belle saison, à venir s’asseoir sur la terrasse du Trocadéro, et, par un temps clair, à contempler le panorama de la rive gauche. On oubliait vite le bassin du palais, avec ses animaux verts ou dorés, étincelants au soleil, et l’œil, qu’arrêtaient à peine les bosquets artificiels des jardins environnants, gravissait la pente du pont d’Iéna, et s’attardait volontiers à détailler, par delà la plaine poudreuse et nue du Champ-de-Mars, la façade solennelle de l’École militaire. Muni d’une longue vue, on aimait à rapprocher de soi, tour à tour, les horizons variés, mais également séduisants, de droite et de gauche.

D’un côté, quelques modestes églises des nouveaux quartiers, Grenelle, Vaugirard, Montrouge, les premiers villages du sud-ouest de la banlieue, et, tout au fond, les bois touffus et très haut échelonnés. De l’autre, toute une série de monuments : les tours fines et gracieuses de Sainte-Clotilde, celles de Saint-Sulpice, épaisses et lourdes comme certains beffrois du Nord, les trois dômes des Invalides, du Panthéon et du Val-de-Grâce, placés là, presque en ligne, comme pour être comparés. Le tout, au milieu d’une forêt de cheminées et de paratonnerres, surgissant des innombrables toits qui forment à peine la quatrième partie de Paris. Le Trocadéro était un des endroits d’où l’on pouvait le mieux juger de l’immensité de la ville.

C’en est fait de ce panorama. « Vous avez assez regardé en longueur, a semblé dire l’ingénieur Eiffel aux amateurs de ce point de vue, vous regarderez désormais en l’air. Votre oeil suivra les poutres de ma gigantesque tour et ne s’arrêtera qu’à trois cents mètres. » Et ses confrères de l’Exposition, comme pour empêcher l’immensité de distraire l’admiration des neuf cent pieds de charpentes boulonnées, ont. entouré son monument de différentes constructions à coupoles qui sont les palais démocratiques du XIXe siècle.

Industrie et poésie n’ont jamais mieux donné preuve de leur désaccord complet, estime le chroniqueur de la Semaine des familles. Les poètes se sont plaints, François Coppée le premier. Il s’agit bien des poètes ! Le badaud lève le nez en l’air et s’émerveille : l’industrie est satisfaite. Les contemplateurs ont, du reste, la ressource de descendre de la terrasse du Trocadéro, d’aller s’appuyer au parapet du quai et de regarder couler l’eau de la Seine — quand elle coule — entre ses deux rives. Ce n’est pas là que le fleuve est le moins intéressant. Les bateaux à vapeur et les remorqueurs y passent comme ailleurs ; un calme relatif y règne cependant.

Le Trocadéro vu sous la tour Eiffel
Le Trocadéro vu sous la tour Eiffel

Pas de débarcadères importants, pas de bateaux à charbon, de pierres meulières ou de sacs de plâtre, et par conséquent pas de débardeurs jurant, pas de charretiers assommant de pauvres bêles dont les efforts sont impuissants à faire démarrer ces lourds tombereaux qui défoncent le sol. Beaucoup de pêcheurs à la ligne, en revanche. Quand on est las de ne pas les voir prendre de poissons, on peut se dédommager en allant s’extasier devant ces magnifiques échantillons de la race aquatique que contient l’aquarium caché sous les jardins du Trocadéro.

En été, un public varié, bien qu’assez clairsemé, s’y rencontre. Outre l’éternel Anglais, qui court devant les vitrines, voyant les goujons et les carpes d’un seul coup d’œil, en gros, comme il voit tout, et quelques promeneurs, il y a des habitués. Des bonnes avec leurs bébés fanatiques de voir nager les grosses bébêtes ; de vieilles femmes tricotant des bas ; des flâneurs attitrés, cherchant dans ces grottes, à certaines heures du jour, l’ombre que leur refuse le parc ; de jeunes rentiers en casquettes des environs du Champ-de-Mars, qui rient lourdement chaque fois qu’un gros brochet avale un minuscule vairon. J’y ai vu plusieurs fois un poète qui se livrait à sa douce manie versificatrice, assis en face du bassin des tanches. Il m’a avoué, confie Clermont, que son rêve serait de se faire construire un cabinet de travail tout en verre à cette place, au milieu de l’allée principale de l’aquarium !

Enfin à celui que ne satisfont plus une promenade dans le jardin, l’eau bouillonnante de la cascade, ou la visite de l’aquarium et qui a assez vu la tour Eiffel à distance, il reste à traverser la Seine. Il ira se placer entre les quatre pieds du monstre, sous le plancher de la première plate-forme, et s’écriera, suivant qu’il est avec son siècle ou qu’il retarde comme l’opinion dédaigneuse de Coppée pour le grand fanal du Centenaire : « Comme c’est grand et beau ! » ou : « Comme c’est laid et encombrant ! »

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 MAGAZINE N°44 > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Dormir sur les deux oreilles
 
 Chercher la pierre philosophale
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 1 : Pendant 500 ans la Gaule partage la vie de Rome
Permaculture : agriculture respectant la Nature
Débarrassée d’un modèle industriel intrinsèquement nuisible à l’Homme
Duc d’Anjou (roi Louis XX)
L’héritier du trône de France s’exprime au sujet de la découverte de la tête d’Henri IV
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 3 : Grandeur et décadence des Carolingiens
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Rivière (Une) déserte en 1912 : le Bief-Rouge, dans le Doubs
 
 Fauteuil (Le) de Molière à Pézenas, témoin de ses premières inspirations
 
 Sang de chèvre (Injection de) contre la tuberculose ?
 
 Le Sonneur et l'Araignée : fable de La Fontaine ou supercherie littéraire ?
 
 
Et puis aussi...
 
 Poisson dans la Seine (Diminution du)
 
 Maîtres apothicaires usant de roublardise et malmenant un candidat en 1720
 
 Condamnation d'un hermaphrodite au XVIIIe siècle
 
 Place des Vosges (La) de Paris échappe au début du XXe siècle à des transformations controversées
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 281 ARTICLES

 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines