Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



28 juin 1669 : établissement de l’opéra en France. Pomone, Lettres patentes abbé Pierre Perrin, académie musique, théâtre chantant - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Juin > 28 juin > 28 juin 1669 : établissement de (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 28 juin. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


28 juin 1669 : établissement
de l’opéra en France
(D’après « Éphémérides universelles ou Tableau religieux, politique,
littéraire, scientifique et anecdotique » (tome 6), édition de 1834)
Publié / Mis à jour le mardi 28 juin 2016, par LA RÉDACTION



 

L’opéra naquit en Italie vers la fin du XVe siècle, ou le commencement du XVIe. C’est le cardinal Mazarin, qui le premier tenta de l’importer en France. A l’époque du mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse, il fit représenter au Louvre l’opéra d’Ercole amante, qui n’obtint pas de succès.

L’année précédente (1659), l’abbé Pierre Perrin, le protégé de l’Eminence italienne, avait donné à Issy, dans la maison de M. de La Haye, une pastorale en cinq actes, dont Cambert avait écrit la musique. Les encouragements que reçut l’auteur l’engagèrent à composer une seconde pièce, intitulée Ariane, ou le mariage de Bacchus.

Pomone. Peinture de Nicolas Fouché (1700)
Pomone. Peinture de Nicolas Fouché (1700)

Vers le même temps, le marquis de Sourdeac perfectionnait le système des machines nécessaires à ce genre de spectacle, et faisait exécuter la Toison d’or (de Corneille), dans son château de Neubourg en Normandie. En 1661, les répétitions d’Ariane étaient déjà commencées, lorsque la mort de Mazarin vint tout suspendre.

Enfin, au bout de huit ans, le 28 juin 1669, Perrin obtint des lettres patentes pour l’établissement d’une académie de musique ou d’un théâtre chantant. L’abbé s’associa Cambert, Sourdeac et Champeron : une troupe fut montée ; les répétitions eurent lieu dans la grande salle de l’hôtel de Nevers, où était auparavant la bibliothèque de Mazarin : les représentations se donnèrent dans un jeu de paume, rue Mazarine, en face de la rue Guénégaud. Ce fut en mars 1671, qu’on y joua Pomone, paroles de Perrin, musique de Cambert. Le privilège ou les lettres patentes étaient pour douze ans : mais la division se mit entre les associés, et J.-B. Lulli, surintendant de la musique du roi, obtint, par le crédit de madame de Montespan, que Perrin lui cédât son privilège, moyennant une somme d’argent.

A compter de cette époque, l’opéra prit son essor, malgré les justes critiques de La Bruyère, et les sarcasmes de Saint-Evremond, qui le définissait comme « un travail bizarre de poésie et de musique, où le poète et le musicien, également gênés l’un par l’autre, se donnent bien de la peine à faire un méchant ouvrage. » Ce jugement n’était qu’une boutade, même au siècle de Lulli. Voici le texte des lettres patentes accordées à Perrin :

« Louis, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre, à tous ceux qui ces présentes Lettres verront. Salut. Notre amé et féal Pierre Perrin, Conseiller en nos Conseils, et Introducteur des Ambassadeurs près la Personne de feu notre très-cher et bien amé Oncle le duc d’Orléans, Nous a très-humblement fait remontrer, que depuis quelques années les Italiens ont établi diverses Académies, dans lesquelles il se fait des Représentations en Musique, qu’on nomme Opera : Que ces Académies étant composées des plus excellens Musiciens du Pape, et autres Princes, même de personnes d’honnêtes familles, nobles, et Gentilshommes de naissance, très-sçavans et expérimentés en l’Art de la Musique qui y vont chanter, font à présent les plus beaux Spectacles et les plus agréables divertissemens, non-seulement des Villes de Rome, Venise et autres Cours d’Italie, mais encore ceux des Villes et Cours d’Allemagne et d’Angleterre, où lesdites Académies ont été pareillement établies à l’imitation des Italiens ; que ceux qui font les frais nécessaires pour lesdites Représentations, se remboursent de leurs avances sur ce qui se reprende du Public à la porte des lieux où elles se font ; et enfin que s’il nous plaisoit de lui accorder la permission d’établir dans notre Royaume de pareilles Académies pour y faire chanter en public de pareils Opera, ou Représentations en Musique et langue Françoise, il espère que non-seulement ces choses contribueroient à notre divertissement et à celui du Public, mais encore que nos sujets s’accoutumant au goût de la Musique se porteroient insensiblement à se perfectionner en cet Art, l’un des plus nobles des Arts libéraux.

« À ces causes, désirant contribuer à l’avancement des Arts dans notre Royaume, et traiter favorablement ledit Exposant, tant en considération des services qu’il a rendu à feu notre très-cher et bien-amé Oncle, que de ceux qu’il nous rend depuis quelques années en la composition des paroles de Musique qui se chantent, tant en notre Chapelle qu’en notre Chambre ; Nous avons, audit Perrin, accordé et octroyé, accordons et octroyons par ces Présentes, signées de notre main, la permission d’établir en notre bonne ville de Paris et autres de notre Royaume, une Académie, composée de tel nombre et qualité de personnes qu’il avisera, pour y représenter et chanter en Public des Opera et Représentations en Musique et en vers François, pareilles et semblables à celles d’Italie : et pour dédommager l’Exposant des grands frais qu’il conviendra faire pour lesdistes Représentations, tant pour les Théâtres, Machines, Décorations, Habits qu’autres choses nécessaires, Nous lui permettons de prendre du Public telles sommes qu’il avisera, et à cette fin d’établir des Gardes et autres gens nécessaires à la porte des lieux où se feront lesdistes Représentations : Faisant très-expresses inhibitions et défenses à toutes personnes, de quelque qualité et conditions qu’elles soient, même aux Officiers de notre Maison, d’y entrer sans payer et de faire chanter de pareils Opera, ou Représentations en Musique et en vers François dans toute l’étendue de notre Royaume, pendant douze années, sans le consentement et permission dudit Exposant, à peine de dix mille livres d’amende, confiscation des Théâtres, Machines et Habits, applicable un tiers à Nous, un tiers à l’Hôpital Général, et l’autre tiers audit Exposant.

« Et attendu que lesdits Opera et Représentations sont des Ouvrages de Musique tous différens des Comédies recitées, et que nous les érigeons par cesdites Présentes, sur le pied de celles des Académies d’Italie, où les Gentilshommes chantent sans déroger : Voulons et Nous plaît, que tous les Gentilshommes, Damoiselles, et autres personnes puissent chanter audit Opera, sans que pour ce ils dérogent au titre de Noblesse, ni à leurs Priviléges, Charges, Droits et Immunités, révoquant par ces Présentes toutes Permissions et Priviléges que Nous pourrions avoir ci-devant donnés et accordés, tant pour raison dudit Opera que pour réciter des Comédies en Musique, sous quelque nom, qualité, condition et prétexte que ce puisse être.

« Si Donnons en Mandement à nos amés et féaux Conseillers les Gens tenans notre Cour de Parlement à Paris, et autres nos Justiciers et Officiers qu’il appartiendra, que ces Présentes ils ayent à faire lire, publier et enregistrer ; et du contenu en icelles, faire jouir et user ledit Exposant pleinement et paisiblement, cessant et faisant cesser tous troubles et empêchemens au contraire : Car tel est notre plaisir. Donné à Saint Germain-en-Laye, le vingt-huitième jour de Juin, l’an de grâce mil six cens soixante-neuf, et de notre Règne le vingt-septième. Signé, Louis, et sur le replis, par le Roy, Colbert. »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Crier haro sur quelqu'un
 
 Les beaux esprits se rencontrent
 
MANIFESTATIONS
 Exposition : Austrasie, le royaume mérovingien oublié (Saint-Dizier)
 
 Grand Condé (Le) à Chantilly jusqu'au 2 janvier 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 28 juin 1681 : mort de Mlle de Fontanges à 19 ans, dernière favorite de Louis XIV
 
 28 juin 1650 : mort du poète Jean de Rotrou
 
 28 juin 1792 : La Fayette à la barre de l'Assemblée législative
 
 
Et puis aussi...
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 4 ARTICLES

 


Juin
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services