Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Légendes, croyances, superstitions. Mariage aux oeufs Marguerite d'Autriche, Philibert de Savoie. Lundi de Pâques - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Mariage « aux oeufs de Pâques » de (...)

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Mariage « aux oeufs de Pâques »
de Marguerite d’Autriche
et Philibert le Beau de Savoie
(D’après « Les fêtes légendaires », paru en 1866)
Publié / Mis à jour le lundi 9 avril 2012, par LA RÉDACTION



 
 
 
Parmi les pages amoureuses de notre vieille histoire, on trouve la jolie bien que triste légende du mariage aux œufs de la belle Marguerite d’Autriche, gouvernante de Flandres, et de Philibert le Beau, duc de Savoie, qui se rencontrèrent un lundi de Pâques et dansèrent au milieu d’un champ d’œufs en évitant d’en casser un seul...

Leur mariage se fit bien amoureusement, dit la légende. Un pèlerinage conduisit la royale fiancée dans le charmant pays de Bresse, sur le versant occidental des Alpes, en un site délicieux « où jeune fille pouvait resver moult ! » Le castel de Brou était gai. On était heureux chez les serfs comme au manoir. Du haut de l’ogive, l’œil se perd dans une immense forêt qui s’avance jusque sur le territoire de Savoie.


Marguerite d’Autriche
Philibert II de Savoir, dit Philibert le Beau, un amoureux de chasse comme jadis Gaston Phœbus, vint au château rendre hommage à la belle princesse d’Autriche. C’était un lundi de Pâques. On dansait au joli village de Bourg et, châtelains et châtelaines, serfs et manants s’amusaient, affirme la légende qui ajoute que les vieux tiraient de l’arc sur un tonneau plein : quand une flèche se plantait bien avant dans la barrique, l’adroit archer villageois pouvait boire au tonneau. « Jusqu’à merci » les autres ensuite.

Garçons et fillettes s’amusent ailleurs :

Adoncques les fillettes,
Fiancés et jouvenceaux,
Commençaient les rondeaux
Quand venaient les musettes.

La belle Marguerite d’Autriche — petite-fille de Charles le Téméraire, fille de Marie de Bourgogne et de l’empereur Maximilien Ier —, entourée des châtelaines du voisinage, assistait à tous ces ébats champêtres. Une centaine d’œufs étaient éparpillés sur le sable, et deux garçons et deux fillettes devaient exécuter, en se tenant par la main, certaine danse du pays. Ainsi le voulait la coutume, et si ces jeunes gens dansaient sans casser les œufs, ils étaient fiancés, même la volonté des parents ne pouvait s’opposer à celte union. On renouvelait l’épreuve trois fois, et jeunes et vieux, châtelains et vassaux, faisaient cercle autour des danseurs : les éclats de rire raillent les maladroits.

On était au milieu de cette franche gaieté, quand, tout à coup, le son du cor retentit et le beau Philibert de Savoie apparut au milieu de son équipage brillant de noblesse et de jeunesse. Il fléchit le genou devant les nobles châtelaines et demanda l’hospitalité. La fête recommença plus bruyante et plus magnifique. Les hôtes voulurent prendre part aux jeux populaires. Philibert proposa la danse des œufs à Marguerite qui l’accepta.

Qu’ils étaient beaux et amoureusement enlacés les deux nobles jeunes gens, Savoie et Autriche ! comme criait la foule ! Ils n’eurent garde de casser le moindre œuf. La danse fut heureuse et Marguerite, rouge de plaisir, mit alors sa main dans la main de Philibert et lui dit : « Adoptons la coutume de Bresse. » C’est ainsi qu’ils furent fiancés, et les bardes du pays chantèrent les refrains de la légende :

Beaux époux de notre lignée,
Dansez, dansez au saint Lundy,
La couronne de l’épousée
Fait honneur au nom du mary.
La fleur d’Autriche, ô Marguerite !
Ternit déjà la fleur des bois :
Ah ! qu’il est beau l’amour des rois
Quand au bonheur Dieu les invite !

Mais leur bonheur n’eut pas de lendemain, la mort fut jalouse de tant de joie. Philibert mourut, mais jamais la noble gouvernante des Flandres n’oublia son Philibert bien-aimé. Elle lui dédia, en 1511, un magnifique mausolée, chef-d’œuvre de l’art romano-gothique des premiers temps de la Renaissance, l’église de Notre-Dame de Brou, se réservant d’aller un jour dormir du sommeil éternel à côté de l’époux adoré.

C’est encore avec respect que le visiteur admire ce magnifique bijou d’architecture et se souvient de la touchante légende que nous venons de raconter en quelques mots.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 L'esprit qu'on veut avoir gâte celui qu'on a
 
 Etre réduit au bâton blanc
 
MANIFESTATIONS
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 Victor Planchon : l’inventeur de la pellicule des frères Lumière sort de l’ombre
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Cimetière des 7777 saints à Lanrivoaré (Finistère)
 
 Dames (Les) de Meuse et le chevalier de Montcornet
 
 Comment il prit fantaisie au diable de tenter une jeune fiancée dans une forêt lorraine
 
 Pierre qui croule, oratoire et Griffe du diable à Uchon (Saône-et-Loire)
 
 
Et puis aussi...
 
 Bête (Une) étrange s'échouant en 1934 en Normandie évoque le mythique serpent de mer
 
 Oeuf (L') rouge maléfique de Pâques ou la légende bourbonnaise de Jeanne et Robert
 
 Lait (Le) : aliment incontournable objet de superstitions et croyances
 
 Fontaine (La) de la fée celtique Mica : son eau reflète le visage du futur époux la veille de la Chandeleur
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 201 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services