Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Galanterie française. Courtoisie dans les rapports hommes femmes. Sentiments, pruderie - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire éclaire l’Actu > Galanterie française ou la frontière (...)

L’Histoire éclaire l’Actu

L’actualité au prisme de l’Histoire, ou quand l’Histoire éclaire l’actualité. Regard historique sur les événements faisant l’actu


Galanterie française ou la frontière
ténue séparant courtoisie et muflerie
(D’après « Le Figaro », paru le 15 décembre 1901)
Publié / Mis à jour le dimanche 13 décembre 2015, par LA RÉDACTION



 
 
 
L’aventure d’une dame qui, prise à la taille par un suiveur trop audacieux, le châtia d’un coup de parapluie si violent que le pauvre galant y perdit l’œil droit avant d’y perdre la vie, le cerveau ayant été percé par la tige pointue, donne en 1901 l’occasion à un journaliste du Figaro de plaider en faveur « d’une courtoisie sentimentale plus intelligente, plus policée », les femmes comprenant que l’admiration qu’elles inspirent n’est pas forcément injurieuse, les hommes faisant montre de subtilité et de pudeur respectueuse

On vient d’acquitter la meurtrière, rappelle Marcel Prévost, du Figaro : c’était justice et il y aurait cruauté à lui reprocher la fatalité d’un geste nerveux qui lui coûtera sans doute bien des larmes de regret. Mais les autres femmes, et quelques hommes, peuvent extraire plus d’une utile moralité de ce fait divers tragico-galant.

L’ont-ils bien lu et bien médité, tous les suiveurs professionnels, tous les membres de cette vaste corporation de Français oisifs qui imposent aux femmes leur galanterie anonyme, avec la double conviction d’user d’un droit et d’exercer une fonction nationale ? Paris et la France sont remplis d’individus, souvent braves garçons, qui s’imaginent sincèrement que toute passante leur appartient. « Cette jeune femme est seule et chemine à pied : donc je puis la suivre ostensiblement, lui barrer la route au tournant des rues, l’attendre à la porte des magasins où elle fait emplette, l’accoster, lui débiter des fadeurs, et même pis — la forcer à m’entendre et à me parler, fût-ce pour me congédier. »

De plus hardis, tels que la victime du coup de parapluie, vont jusqu’au geste, principalement quand ils sont certains que la dame ne peut se défendre et n’ose protester : d’où nombre de petites tortures infligées aux jolies bourgeoises qui prennent plus d’omnibus que de fiacres. Et les hommes qui se comportent ainsi ne se tiennent pas pour des goujats. Ils se rendent au contraire, in petto, le témoignage d’être de bons Français, galants envers le sexe, de la franche lignée d’Henri IV.

Cette galanterie à la fois banale et autoritaire, ce lutinage pour chambrières est de plus en plus impatiemment toléré par les nouvelles générations féminines, écrit plus loin notre journaliste ; et c’est là un signe des temps que le moraliste doit observer. Dans le pays où la Femme est le plus un être neuf, sans traditions, orienté vers l’avenir – aux Etats-Unis –, la galanterie se manifeste par un respect presque exagéré. Une passante qu’un passant obséderait dans la rue n’aurait pas besoin, là-bas, de brandir son parapluie pour se défendre : tous les autres passants se chargeraient de la délivrer de l’importun. Et comme les mœurs ont toujours une tendance à l’exagération, le culte américain de la Femme, nous dit-on, commence à devenir quelque peu excessif, affecté et ridicule.

Il appartiendrait à la France, pays traditionnel de la mesure et du goût, de fixer, pour l’époque moderne, le code de la courtoisie galante. S’il est fâcheux qu’un sot se croie galant parce qu’il impose à une promeneuse énervée des jeux de mots ou de mains – convenons qu’une pudeur féminine trop effarouchable est souvent comique ou déplaisante. La femme qui voit un outrageur dans tout homme aimable n’est guère moins insupportable que l’homme qui pressent une farceuse dans toute jolie femme.

J’ai vu de grosses dames, que leur âge et leur corpulence rendaient inviolables, répondre sèchement : « Non, monsieur » à un brave citoyen qui leur offrait sa place d’intérieur, en tramway ; et ce « Non, monsieur » signifiait à l’évidence : « Je sais où vous voulez me mener ; mais je suis honnête femme et je méprise les galantins. », renchérit Marcel Prévost.

Les Anglaises en voyage sont, à cet égard, particulièrement divertissantes, explique-t-il encore. Cet inépuisable réservoir de vieilles vierges qu’est la Grande-Bretagne en déverse sur le continent un nombre infini, généralement accouplées deux par deux, qui prennent pour d’insolentes provocations au libertinage l’étonnement naïf de nos regards devant leur ingénieuse inélégance. Une telle attitude compromet jusqu’au bon renom de la pudeur : la pudeur, chez la femme, doit être une grâce de plus, – la plus charmante. Et c’est un point sur lequel les femmes feront bien de réfléchir, à propos du fatal coup de parapluie.

Une crise, en effet, travaille et modifie en ce moment les rapports sociaux entre les deux sexes. De plus en plus nombreuses, les femmes abandonnent le souci de leurs plaisirs pour le souci de leurs droits. L’amour, certes, ne saurait perdre son importance essentielle mais la façon dont le désir masculin prétend asservir la femme semble aujourd’hui, même en Europe, offensante à plus d’une. C’est un sentiment que vous verrez apparaître dans la plupart des romans écrits par des femmes, à l’étranger comme en France : le type Don Juan, Lovelace, Bel-Ami y est universellement honni.

L’instinct égoïste des hommes résiste de son mieux à cette évolution, dénonce et ridiculise les nouvelles Eves, les accuse de manquer d’attrait comme de sincérité. Ceux mêmes qui ne prennent pas parti dans le débat doivent constater que le débat existe, et que les temps présents sont incommodes, où pour avoir pris la taille à une dame de Paris, on risque de recevoir un manche de parapluie dans le cerveau.

Les femmes intelligentes et avisées sauront traverser cette crise sans recourir à de tels moyens, et sans risquer leur vertu. Qu’elles consultent, de bonne foi, quelques-uns de leurs galants adversaires, elles se convaincront qu’il est fort aisé de se défendre contre nous. Les Lucrèces « grosses vertus — comme dit Henri Heine — qui ne se percent le sein qu’après coup » sont, au fond, des fanfaronnes ou des maladroites. Voyez ce qu’on peut faire d’un outil aussi pacifique qu’un parapluie, et songez que Lucrèce avait un poignard en main !

La vraie pudeur intelligente n’a pas besoin de tels accessoires de mélodrame ou de vaudeville. Un choc adroit sur l’amour-propre d’un voisin trop entreprenant est toujours plus efficace qu’un geste de brutalité, et ce choc, un mot le donne, ou même un regard. Pourquoi est-ce toujours aux mêmes femmes que tout le monde manque de respect ? Pourquoi certaines autres, jeunes et tentantes, n’ont-elles jamais subi la moindre impertinence masculine ?

Les unes et les autres peuvent assurément être fort honnêtes femmes ; mais la pudeur de celles-ci est calme et clairvoyante, la pudeur de celles-là est énervée et aveugle. Imaginez l’état d’affolement où doit être mise une femme débile pour qu’entre ses mains un en-cas se transforme en arme meurtrière ! Sans doute une ironie légère eût plus aisément découragé le suiveur, ou tout simplement – car une femme honnête n’est pas forcément spirituelle un appel franc et simple à l’honnêteté de ce don Juan des Batignolles.

Quel homme insistera, si une femme lui dit de sang-froid : « Monsieur, je vous assure que vous n’obtiendrez rien de moi, et que votre insistance ne m’est nullement agréable » ? Voilà la bonne attitude et cette pudeur-là est respectable et gracieuse, qui ne s’accompagne ni de clameurs ni de boxe, qui se défend par son évidence même, et par sa confiance inébranlable en soi.

Il n’est pas interdit d’espérer que peu à peu le progrès des mœurs, agissant sur les deux sexes, nous dotera d’une courtoisie sentimentale plus intelligente, plus policée. L’éducation devrait s’employer à persuader de bonne heure aux petits Français qu’ils ne seront pas ridicules, devenus hommes, s’ils ne traitent pas toutes les femmes comme des filles, aux petites Françaises que l’admiration qu’elles inspirent n’est pas forcément injurieuse, et qu’on peut garantir sa vertu sans pruderie comme sans fracas.

La France ne cessera pas pour cela d’être un pays de galanterie, dans le joli sens du mot mais le mot y perdra peut-être de n’être qu’à moitié pris en bonne part. Car n’est-il pas surprenant et topique que le qualificatif tiré de ce joli mot soit un certificat d’honneur pour un homme, et tout juste le contraire pour une femme ?




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Monter sur l’âne
 
 C'est toujours la même chanson
 
MANIFESTATIONS
 Cartographie (Grande aventure de la) au château-musée de Dieppe
 
 Instruments (Des) de musique du Moyen Age se font réentendre
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Destruction de la notion de famille par la Révolution : prémices de la souffrance sociale contemporaine ?
 
 Résidus industriels incorporés dans l'alimentation animale : sans danger pour l'homme ?
 
 Question du nécessaire et du superflu posée en 1920 en vue d'établir un impôt sur les articles de luxe
 
 Heure d'été, heure d'hiver : réforme sur fond de querelles et de polémiques
 
 
Et puis aussi...
 
 Henri IV : masque moulé sur le crâne en 1610
 
 Enfants mal élevés et criminalité : conséquence funeste d'un remplacement de l'éducation par l'instruction ?
 
 Esclavage (L') moderne de l'ignorance
 
 Déclin du monde industriel annoncé pour la fin du XXe siècle en 1927
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 148 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services