Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Histoire du costume, costumes anciens : cachemire, crinoline, paniers, vestugadins, réticules à travers les siècles. - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Mode, Costumes > Modes vestimentaires cycliques : (...)

Mode, Costumes

Variations des costumes depuis les Gaulois jusqu’au XIXe siècle. Histoire du costume, vêtement, coiffures, chaussures. Mode vestimentaire


Modes vestimentaires cycliques :
crinoline, cachemire, vertugadins
et autres séants postiches
(D’après « Le Petit Journal illustré », paru en 1921)
Publié / Mis à jour le mercredi 20 avril 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
« Déesse inconstante, incommode, bizarre dans ses goûts, folle en ses ornements, qui paraît, fuit, revient et naît dans tous les temps », la mode vestimentaire est un éternel recommencement, à l’image de la fraise, encombrant appendice adulé sous Henri II et refleurissant sous la Restauration, du châle tantôt désuet tantôt incontournable attribut de grand luxe, de la crinoline du Second Empire dont le vertugadin fut l’ancêtre sous François Ier, ou encore du séant postiche prenant ses marques sous François II

Au mois de juillet 1913, on célébrait le centenaire de l’introduction du cachemire en France. C’était, disait-on, la spirituelle Mme de Bourrienne, arbitre des élégances féminines de l’époque, qui, en juillet 1813, avait arboré à Paris le premier cachemire qu’elle venait de recevoir des Indes.

Femme portant le châle
Femme portant le châle
Or, s’il est vrai que Mme de Bourrienne lança alors la mode du châle, qui devait durer jusqu’à la fin du Second Empire, il était inexact de dire que son cachemire était le premier qu’on eût vu en ce pays. A la vérité, le premier cachemire qui vint en Europe, avait été apporté des Indes près d’un quart de siècle auparavant, à Marie-Antoinette, de la part du bailli de Suffren. Ce fut un jeune officier de marine nommé Bouvet – un nom célèbre dans la marine – qui s’en chargea et apprit à la reine la façon de le porter.

Sans la Révolution, qui bouleversa les modes comme toutes choses, il est probable que la mode du cachemire eût commencé vingt-cinq ans plus tôt. Cette mode, cependant, est de celles qui durèrent le plus longtemps. Il faut croire que le châle avait bien des avantages pour que les femmes aient consenti à le porter pendant cinquante ans. Il faut dire que ces châles venus des Indes étaient de merveilleux objets. Les Hindous les apportaient par la voie de terre en Russie, à la grande foire de Macarieff, laquelle fut remplacée par celle de Nijni-Novgorod. C’étaient des châles anciens qu’avaient portés, en ceinture ou en turban, les nababs ou les radjahs.

Plus tard, quand la mode se démocratisa, des industriels français en fabriquèrent. Au milieu du XIXe, nos ancêtres avaient tous vu leurs grand-mères se draper dans ces grands châles bariolés dont ils firent, quand la vogue en fut passée, des tentures, des tapis de table ou des dessus de piano. Vers 1860, les femmes commencèrent à renoncer au châle. Beaucoup d’élégantes le regrettèrent. A la veille de la guerre de 1870, la princesse de Metternich tenta de remettre le cachemire en faveur. « N’importe qui, disait-elle, peut s’habiller d’une confection, mais il faut être une vraie dame pour savoir porter le châle. »

Sous le Premier Empire et sous la Restauration, le beau châle des Indes étaient le vêtement de grand luxe. L’impératrice Joséphine en posséda jusqu’à quatre cents. Elle en avait qui n’avaient pas coûté moins de dix et douze mille francs. Comme on place aujourd’hui son argent en colliers de perles ou en rivières de diamants, on le plaçait en ce temps-là en cachemires. Un beau châle des Indes était un objet qui ne pouvait qu’augmenter de valeur. Voltaire appelait la mode :

...Une déesse inconstante, incommode,
bizarre dans ses goûts, folle en ses ornements,
Qui paraît, fuit, revient et naît dans tous les temps.

Est-il possible de la dépeindre avec plus d’exactitude ? La mode, en effet, « paraît, fuit, revient » sans cesse. C’est surtout en parlant d’elle qu’on peut dire qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil. La mode d’avant-hier redevient celle d’aujourd’hui ; la mode d’hier sera celle de demain. Peut-on jamais affirmer qu’une mode, si ridicule qu’elle soit, et même alors que les femmes n’en veulent plus, ne renaîtra pas quelques années plus tard ?

La crinoline caricaturée : « Parole d'honneur, cher ! Nos dames ont des toilettes renversantes »
La crinoline caricaturée au milieu du XIXe siècle :
« Parole d’honneur, cher ! Nos dames ont des toilettes renversantes »

Tenez : la fraise... La fraise avait été imaginée par Henri II pour cacher une cicatrice que les écrouelles lui avaient laissée sur le cou. Aussitôt les courtisanes des deux sexes l’adoptèrent. Les femmes la portèrent de dimensions exagérées. La fraise était pourtant singulièrement incommode. A table, les femmes étaient obligées d’employer des cuillers longues d’une aune pour manger leur potage.

On eût pu croire qu’une telle mode une fois disparue, ne rentrerait jamais en faveur. Eh bien, il n’en fut rien. Sous la Restauration, pendant quelques années, on vit les élégantes porter de nouveau la fraise – la fraise moins rigide et légèrement infléchie en avant, il est vrai..., mais c’était la fraise tout de même.

Et la crinoline ?... Au début du XXe siècle, on menaça nos ancêtres du retour de la crinoline. Ils y échappèrent. Mais y échapperons-nous demain ? D’ailleurs, la crinoline de nos aïeules n’était pas elle-même une innovation. C’était une mode qui renaissait et qui renaissait même pour la seconde fois. La crinoline, en effet, ne fut pas, comme on le croit généralement, une création du Second Empire. Elle eut, dans l’histoire de la mode, deux ancêtres qui firent quelque bruit.

Les premières crinolines datent du règne de François Ier. Il y avait alors, à la cour du roi-chevalier, quelques dames qui avaient les hanches mal faites. Pour dissimuler cette imperfection, elles inventèrent le « vertugadin », par lequel elles prétendaient donner de l’élégance à la taille en arrondissant les hanches. Afin de ne point laisser deviner la vraie raison de cette mode, elles en firent honneur à leur modestie en l’appelant « vertugadien ». On en a fait « vertugadin » par corruption.

Or, le vertugadin n’était autre chose qu’une crinoline, seulement plus évasée aux hanches que celle qu’on porta sous Napoléon III. Cette mode, abandonnée pendant deux siècles, reparut sous Louis XV, et, apparemment, pour la même raison. On lui donna le nom de « paniers ». C’était là le nom d’un maître des requêtes fort répandu dans la monde. Fut-il l’inventeur ou plutôt le restaurateur de cette mode ? On ne sait. Toujours est-il que son nom y gagna une célébrité qu’il n’eût point conquise sans cela.

La vogue des paniers est un des exemples les plus probants de la toute-puissance de la mode. Tout le monde les trouvait ridicules, incommodes. Les femmes ne pouvaient plus monter en chaise à porteurs ; dans les carrosses, elles tenaient toute la place au détriment de leurs maris. Dans les salons, elles se gênaient mutuellement avec les développements excessifs de leurs jupes ; et, comme disait plaisamment un écrivain du temps, la duchesse couvrait la marquise, la marquise couvrait la comtesse, la comtesse couvrait la baronne. Les plus grands appartements devenaient trop étroits pour le développement de ces énormes falbalas.

La commodité, le bon sens condamnaient les paniers ; bien mieux, la religion tonnait contre eux. Les prédicateurs censuraient de tout le pouvoir de leur éloquence ces accoutrements scandaleux. A Saint-Sulpice, le père Bridaine, de sa voix de stentor, adjurait ses pénitentes d’y renoncer si elles ne voulaient pas être condamnées à aller expier leurs excès somptuaires dans les flammes de l’enfer. Qu’arrivait-il ?... Les belles élégantes, pour aller l’écouter à l’église, mettaient de modestes robes plates sur les hanches, mais, dès qu’elles étaient rentrées au logis, c’était à qui d’entre elles s’ornerait des plus formidables paniers.

Caricature du réticule
Caricature du réticule
Et le réticule (petit sac) ?... Que d’ancêtres n’a-t-il pas ? Les dames du Moyen Age avaient l’aumônière ; celles de la Renaissance avaient l’escarcelle. Chaque fois que les femmes supprimèrent l’ampleur de leur robe, elles supprimèrent les poches du même coup, et le réticule reparut sous quelque nom nouveau.

Il y a quelque 800 ans, les dames portaient des vêtements collés au corps. Voyez plutôt les statues de ce temps-là, taillées au portail des églises. C’était la robe fourreau que portèrent de nouveau les élégantes au début du XXe siècle. Au temps de Saint-Louis, la manche plate était tellement en faveur que les dames faisaient, sur leurs bras mêmes, coudre et découdre leurs manches, matin et soir, par leurs chambrières. Or, vers 1910, on vit revenir à la mode ces manches exagérément plates.

Parmi les modes singulières considérées par certains comme ridicules, citons la manche à gigot. Elle fut inventée, au temps de la Renaissance, par de nobles dames qui dissimulaient ainsi leurs épaules contrefaites. Cela ne l’empêcha pas de reparaître vers 1880.

Sous François II, un seigneur arbitre des élégances d’alors, était fort ventru : pour l’imiter, les hommes s’avisèrent de porter des ventres postiches. C’est alors que les femmes, par esprit de contradiction, sans doute, et dans l’intention de railler cette passion des hommes pour la rotondité abdominale, inventèrent la mode des gros derrières et imaginèrent des postiches qui donnaient à leur séant des proportions dont la Vénus hottentote eût été jalouse. Nous n’avons pas revu la mode des gros ventres chez les hommes ; mais celle des gros séants chez les dames fut de nouveau très en vogue à la fin du XIXe siècle. Et l’on désignait ce postiche d’un euphémisme ingénieux : la « tournure ».

Mais nous n’en finirions pas s’il fallait examiner toutes les modes défuntes, ou que l’on croit telles, et qui, sans qu’on sache pourquoi, reviennent brusquement au jour. Du moins, celle des cachemires qui réapparut dans les années 1920, se justifie-t-elle par la grâce et le bon goût. Il apparaît d’une manière générale que les modes jugées ridicules ou disgracieuses s’imposent non moins facilement que les autres, et il n’est pas une femme qui, regardant les gravures de modes d’autrefois, ne s’écrie : « Dire que nos grand-mères s’habillaient comme ça ! »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Parler français comme une vache espagnole
 
 C’est la plume de l’aigle qui dévore toutes les autres
 
MANIFESTATIONS
 De Méliès à la 3D : la machine Cinéma Exposition à La Cinémathèque française du 5 octobre 2016 au 29 janvier 2017
 
 Curieuses chambres au palais Jacques Coeur de Bourges
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Toilette des élégantes du XVIIIe siècle : renouveau des coiffures, souliers et mouches
 
 Coeur vendéen : bijou ancien et signe distinctif durant les Guerres de Vendée
 
 Décolletage : de l'indémodable propension à l'exhibition des seins
 
 Costume (Le véritable) de théâtre : première apparition au XVIIIe siècle
 
 
Et puis aussi...
 
 XVe siècle (Costumes des hommes au), sous le règne de Charles VI
 
 Ve au VIIIe siècle (Costumes du). Francs sous la dynastie mérovingienne
 
 XIIIe siècle (Costumes du)
 
 Gaulois avant la domination romaine (Costumes)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 47 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services