Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Coutumes et traditions. Noces d'autrefois dans l'Anjou, l'Orléanais, le Loiret. Mariage dans l'Orléanais. Piquer le marié jusqu'au sang - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Noces d'autrefois dans le Loiret : (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Noces d’autrefois dans le Loiret :
savez-vous « arracher » les choux ?
(D’après « Coutumes, mythes et traditions
des provinces de France » paru en 1846)
Publié / Mis à jour le jeudi 7 février 2013, par LA RÉDACTION



 
 
 
Au XIXe siècle encore, notamment en Anjou et dans l’Orléanais, tout mariage supposait l’accomplissement d’un cérémonial scrupuleusement observé, impliquant de piquer le marié et la mariée jusqu’au sang

Dans le Loiret, le parrain et la marraine de celui qui se marie lui font un cadeau qu’on appelle Cochelin, et qui consiste ordinairement en une cuiller à café, ou quelque ustensile nécessaire dans le ménage

On a le singulier usage, dans la Sologne, de piquer le marié et la mariée jusqu’au sang, pendant la célébration de la messe, pour s’assurer, d’après le plus ou moins de sensibilité qu’ils témoignent en cette circonstance, quel sera des deux le plus jaloux. L’époux ne laisse pas sa femme passer elle-même l’anneau de mariage à son doigt : c’est lui qui se charge de cette opération, et il a le plus grand soin de l’enfoncer jusqu’à la troisième phalange ; car s’il en était autrement, sa moitié serait la maîtresse au logis. Durant la cérémonie, les deux époux tiennent chacun un cierge allumé, et celui des deux dont le cierge coule le plus vite est aussi celui qui doit mourir le premier.

Le premier jour des noces, après le repas, une commission de cinq paysannes se charge de faire la quête. La première, vêtue de ses plus beaux habits, et tenant à la main une quenouille et un fuseau, les présente à chacun, en chantant le refrain suivant :

L’épousée a bien quenouille et fuseau,
Mais de chanvre, hélas pas un écheveau,
Pourra-t-elle donc filer son trousseau ?

La deuxième quêteuse reçoit les offrandes dans le gobelet de la mariée ; la troisième verse à boire à ceux qui ont donné ; la quatrième essuie la bouche du buveur avec une serviette et la cinquième, qu’on choisit la plus jolie pour remplir son ministère, embrasse en signe de remerciement. Les noces se terminent par la cérémonie que voici. On place un pot de grès au bout d’une perche, et chacun des convives, armé d’un bâton et les yeux bandés, s’avance successivement vers le but, qu’il doit briser d’un seul coup.

Le vainqueur a le droit d’embrasser la mariée ; mais s’il n’y réussit pas assez vite, on le dédommage en le plaçant sur un trône de feuillage, où on lui verse à boire et où chacun vient trinquer avec lui. Il est ainsi condamné à boire, jusqu’à ce qu’il ait touché d’une certaine manière le verre d’un autre convive, qui vient alors le remplacer, et qui ensuite est remplacé à son tour.

Le premier dimanche après les noces, le sacristain de la paroisse apporte une quenouille à la mariée, qui l’entoure de lin filé, et l’on en fait offrande à l’église. Dans la commune de Fallais pays de Mauges, Maine-et-Loire, le lendemain d’une noce, on prend, dès le matin, la meilleure charrette de la métairie, à laquelle on attèle tous les bœufs qui se trouvent dans l’étable.

Toute la compagnie suit cet équipage, que l’on mène dans un champ de choux verts. Là, on fait choix du plus beau, puis on ouvre une tranchée circulaire à une certaine distance et l’on approche du pied peu à peu, avec un grand air de travail et de peine. Lorsque le chou est déchaussé, chaque homme de la noce essaie de l’arracher avec des efforts simulés, et, bien entendu, n’en peut venir a bout. Cet honneur est réservé au marié, qui n’en gesticule pas moins pour prouver le mal qu’il a lui-même à remporter cette victoire.

Pendant toute cette scène, force lazzis, grosse gaieté de la part des assistants. Enfin, on s’arme de leviers, de cordes, de tout l’attirail qui serait nécessaire pour remuer un chêne de sept ou huit siècles d’existence ; et l’on place le chou sur la charrette, pour le porter en triomphe au logis, où les femmes s’en emparent au profit de la marmite, ce qu’elles font avec des démonstrations non moins bruyantes que celles des hommes.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Tuer le temps
 
 Nul n'est prophète dans son pays
 
MANIFESTATIONS
 Exposition Espèces d'Ours ! À la découverte des ours au Jardin des Plantes du 12 octobre 2016 au 19 juin 2017
 
 Curieuses chambres au palais Jacques Coeur de Bourges
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Langue française et diplomatie : des alliées de longue date
 
 Troubadours et ménestrels enchantent le Moyen Age
 
 Prospectus publicitaire : de l'interdiction à l'âge d'or de la publicité
 
 
Et puis aussi...
 
 Questions préalable et préparatoire : usages du temps jadis appliqués pour les crimes capitaux
 
 Fête du Maestiboursch à Mouterhouse (Moselle)
 
 Fête des laboureurs (Drôme)
 
 Caricaturistes (Les) du Moyen Age ornent les manuscrits de miniatures caustiques
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 283 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services