Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Cent-Jours de Napoléon et fortune de la famille Rothschild avant la défaite de Waterloo - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Fortune (La) des Rothschild déjà (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Fortune (La) des Rothschild déjà confortée
par une fructueuse opération lors
du retour de Napoléon de l’île d’Elbe ?
(D’après « Le Conteur du dimanche. Littérature, Histoire,
Voyages, Musique », n° du 11 décembre 1904)
Publié le mercredi 24 octobre 2012, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
Si la maison Rothschild parvint à asseoir sa fortune en exploitant la nouvelle de la défaite de Napoléon à Waterloo en juin 1815, il semble que plusieurs mois auparavant et s’il faut ajouter foi aux dires d’un banquier anglais, le seul retour de l’île d’Elbe aurait déjà valu des gains énormes aux célèbres financiers qui, informés avant autrui, dépêchèrent à Londres depuis Paris un joueur d’échecs chargé d’une périlleuse mission

On considère en effet que la fortune des Rothschild fut assise lors de la bataille de Waterloo : averti avant que la nouvelle de la défaite de Napoléon à Waterloo le 18 juin 1815 ne se répande, Nathan Rothschild vend ses titres à la Bourse de Londres, donnant ainsi à penser que l’Empereur est sorti victorieux du combat.

Nathan de Rothschild
Nathan de Rothschild
La rumeur s’ébruitant, la plupart des actionnaires, pris de panique, vendent à leur tour leurs actions, provoquant un effondrement des cours, Nathan Rothschild en profitant alors pour les racheter à un prix dérisoire. Bientôt, la véritable nouvelle de l’issue de la bataille, la défaite de Napoléon, parvient à Londres, entraînant une remontée des cours et conférant à la famille Rothschild le contrôle de l’économie anglaise.

Mais il se pourrait qu’un précédent similaire, en mars 1815, au début des Cent-Jours, eût permis à la famille Rothschild de réaliser de substantiels gains du moins à en croire un banquier anglais auteur de mémoires dont le Berliner Lohal Anziger publia des extraits. A part une allusion assez obscure que Napoléon fit à ce sujet, en présence de ses familiers, à Sainte-Hélène, il n’existe aucune trace de l’épisode suivant, mentionné par la banquier en question. Celui-ci, très jeune en 1815, travaillait comme petit employé des bureaux de James de Rothschild, à Paris. Le 5 mars, entre neuf et dix heures du soir, le personnel de maison se préparait à s’en aller, quand la porte s’ouvrit brusquement, livrant passage au baron James qui, tout effaré, annonça le débarquement de Napoléon à Fréjus, et sa marche sur Paris.

« Louis XVIII, continua-t-il, va se sauver aussi vite que sa corpulence le lui permettra. Les ministres rédigent une proclamation emphatique qu’ils feront afficher demain matin. Ça n’est pas cela qui les sauvera. Une fois de plus, la stupidité des Bourbons va troubler la paix et entraîner la France à de nouvelles guerres. Vous n’ignorez pas, messieurs, que nous avons dans nos caves cent millions en napoléons d’or. Il est évident que Talleyrand et Fouché ne reculeront devant rien pour se faire bien voir de l’Empereur. Comme ils savent le montant de notre encaisse en or, il est non moins évident qu’ils l’engageront à s’emparer de cette somme, à titre d’emprunt forcé. Comment nous tirer de là ? La confiscation des cent millions entraînera la perte de notre maison. Mon frère Nathan seul [qui était à Londres] pourrait nous sauver ; mais comment le prévenir ? »

La chose n’était pas facile, car les portes étaient fermées et gardées par la troupe. Cependant, l’auteur de ce récit ayant appris qu’un Allemand nommé Schmidt, courrier de l’ambassade d’Angleterre, était autorisé à sortir de Paris pour porter des dépêches à Londres, offrit à Rothschild de remplir auprès du baron Nathan la mission qu’il lui plairait de lui confier. Quoique très interloqué par la proposition que lui faisait cet employé à 1500 francs par an, le baron James condescendit à lui exposer que ce Schmidt avait refusé les dix mille francs qu’on lui avait offerts s’il voulait se charger d’emporter une lettre à l’adresse de son frère Nathan, et que, par conséquent, il était superflu de renouveler une tentative auprès de lui. Mais l’auteur ne se laissa pas convaincre et insista auprès de son patron, déclarant nettement qu’avec de l’argent et une lettre d’introduction, il se faisait fort de remplir la mission.

Gagné par sa chaleur et se disant, en somme, qu’il ne fallait dédaigner aucune chance de salut, le baron James lui fit donner de l’argent et lui remit un chiffon de papier avec ces mots griffonnés en hébreu : « Tu peux te fier entièrement au porteur. » Avant de suivre l’auteur dans sa course vertigineuse, il importe de remarquer que cet homme était un passionné joueur d’échecs. Dès qu’il avait une minute de loisir, il se précipitait au café de la Régence, où il engageait, sans tarder une partie avec le courrier Schmidt, lequel avait au même degré que lui le culte du jet, noble entre tous.

Napoléon quittant l'île d'Elbe le 26 février 1815
Napoléon quittant l’île d’Elbe le 26 février 1815. Peinture de Joseph Baume (1836)

A force de s’escrimer l’un contre l’autre, ces deux jeunes gens étaient devenus une paire d’amis, plus que cela, de vrais inséparables. L’auteur, qui évidemment n’était pas le premier venu, avait entrevu dès le nom de Schmidt prononcé, le parti qu’il pourrait tirer de la communauté de leurs goûts. Au sortir des bureaux du baron Rothschild, il se rendit au café de la Régence et demanda qu’on voulût bien lui prêter un jeu d’échecs. De là, il s’en alla trouver son partenaire qui, tout naturellement, s’empressa de lui conter ses peines, c’est-à-dire l’obligation où il était de faire le voyage de Londres. Non moins naturellement, l’autre lui proposa de l’accompagner, histoire de faire d’interminables parties en vue de rompre la monotonie de la route, et finalement l’entortilla de la façon la plus merveilleuse. Schmidt ne demandait qu’à se laisser convaincre, et bientôt l’émissaire de Rothschild fut installé en face de lui, dans une confortable chaise de poste.

Au dernier relai avant Boulogne, l’auteur s’arrangea pour provoquer un accident de voiture (il avait enlevé l’écrou d’une roue). Tandis que ce pauvre innocent de Schmidt s’échinait à faire les réparations nécessaires, son ami, qui, véritablement, n’était pas digne de ce titre, enfourchait le premier cheval venu, partait au galop et, d’une seule traite, gagnait la ville après avoir parcourut les dix milles qui la séparaient du théâtre de l’accident. C’était, on l’avouera, une chevauchée peu ordinaire pour un homme qui, peut-être, montait à cheval, ce jour-là, pour la première fois de sa vie, oui qui, du moins, ne devait pas être entraîné à cet exercice violent.

Le voici donc à Boulogne, où de nombreux obstacles se dressent devant lui, sous forme de sentinelles postées de distance en distance. Des pièces d’or, semées adroitement, lui frayent un chemin. Il se jette dans une barque de contrebandiers qui semble préparée à son intention – comme dans les Trois Mousquetaires – et, poussé par un vent favorable, s’éloigne de la rive. Quelques heures plus tard, il débarque à Douvres, se fait donner une voiture attelée de quatre vigoureux postiers et repart à une allure folle. Enfin, à cinq heures du matin, trente heures après avoir quitté Paris, il sonne à la porte de Nathan de Rothschild, lequel, sur le premier moment, n’est pas autrement enchanté d’être réveillé à une heure si matinale.

James de Rothschild
James de Rothschild
« Tiré brusquement d’un profond sommeil et informé de la catastrophe à laquelle sa maison était exposée, il garda tout son sang-froid et, après une minute de réflexion, me donna les instructions suivantes : Vous allez retourner en toute hâte auprès de mon frère. Ne vous laissez pas surmonter par la fatigue et arrivez à Paris avant Napoléon. Soyez bien persuadé que vous n’obligez pas des ingrats. Je ne vous en dis pas davantage, car le moment n’est pas aux remerciements. Et maintenant, retenez mes paroles. Le règne de Napoléon sera éphémère. L’armée se déclarera évidemment pour lui, mais la nation, lasse de si nombreuses guerres, ne le suivra pas.

« Le problème consiste pour nous à faire disparaître notre or, sans nous brouiller avec l’Empereur. Nous n’avons rien à payer d’ici quelque temps, mais les billets et valeurs vont subir une dépréciation ; par conséquent, l’or fera prime. Notre ligne de conduite est donc tracée ; nous n’avons qu’à changer notre métal contre des billets et des valeurs et à garder le tout dans notre caisse jusqu’au jour où le calme aura succédé à la tempête. Il est bien entendu que mon frère devra assister à toutes les réceptions des Tuileries, quitte, si on lui demande de l’argent, à répondre qu’il n’en a plus. Et maintenant,.partez, mon garçon, et rentrez à Paris aussi vite que possible. »

Lorsque le jeune homme allait sortir, le baron Nathan le rappela et lui demanda combien de temps il faudrait à Schmidt pour arriver à Londres. Sur la réponse qu’il ne pourrait pas y être avant neuf ou dix heures du matin, Rothschild envoya son agent prévenir lord Castlereagh (alors ministre des affaires étrangères) des événements qui se passaient en France. « Comme vous n’avez pas de passeport, ajouta-t-il, et que j’en ai plusieurs signés en blanc, je vais vous en donner un. Passez par Calais ; ce sera le plus prudent, car, à Boulogne, on vous arrêterait probablement. »

Tout ceci fut exécuté à la lettre, et le 8 mars, à une heure de l’après-midi, notre homme remit au baron James les instructions de son frère. Elles furent si exactement suivies que la jour où l’Empereur rentrait à Paris il n’y avait plus un centime dans les caisses de la maison Rothschild. Les plans de Talleyrand et de Fouché étaient déjoués, mais pendant la courte durée de son deuxième règne, Napoléon Ier ne témoigna ni mécontentement ni ressentiment au baron Rothschild.

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Saoul comme la bourrique à Robespierre
 
 Découvrir le pot aux roses
 
MANIFESTATIONS
 Animaux célèbres de la Ménagerie : exposition des 220 ans (du 20/09/2014 au 04/01/2015)
 
 
 
 


Duc d’Anjou (roi Louis XX)
L’héritier du trône de France s’exprime au sujet de la découverte de la tête d’Henri IV
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 1 : Pendant 500 ans la Gaule partage la vie de Rome
Scandale de la dette publique
Scandale de la dette publique, ou la spoliation des peuples avec l’assentiment des Etats
Louis XVII : roi martyr emprisonné au Temple
Itinéraire d’un enfant que la République a voulu corrompre puis a délibérément tué
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Squelette (Le) de Berlioz à l'Opéra
 
 Grossières erreurs commises par Alexandre Dumas dans ses romans historiques
 
 Féministes (Les) raillées par un Académicien en 1906. Appellations « Mademoiselle » et « Madame »
 
 Rabelais s'inspire des explorateurs Jacques Cartier et Jean Alfonse pour ses Navigations de Pantagruel
 
 
Et puis aussi...
 
 Étranges créatures peuplant le monde souterrain des ministères...
 
 Sociétés secrètes (Les) et la mort de Louis XVI : témoignage posthume d'un baron de l'Empire
 
 Saisons déréglées ? Ou de la conviction qu' « il n'y a plus de saisons ! »
 
 Loi d'interdiction du corset conditionnant le mariage au tour de taille !
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 283 ARTICLES

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services