Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Tentative d'interdiction des falots de la Fête des Rois à Bernay (Eure). Condamnation, défense, sentence et contrevenants - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Falots des Rois à Bernay (Tentative (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Falots des Rois à Bernay
(Tentative d’interdiction des)
(D’après « La Normandie littéraire », paru en 1903)
Publié le mercredi 29 mai 2013, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
Fin 1792, redoutant de voir quelques turbulents jeunes Normands déambuler dans les rues munis de falots de bois brisés ou de paille que l’on considère représenter un danger pour les maisons de la ville de Bernay, toutes en bois, le procureur invoque un arrêt du Parlement en date de 1719 pour défendre la tenue d’une telle manifestation

En 1886, dans le Bulletin de la Société scientifique Flammarion, Jules Lecœur publiait un remarquable article sur les antiques réjouissances populaires qui s’observaient encore, à l’occasion de la Fête des Rois (6 janvier), dans certaines régions du Bocage. normand. Quelques années auparavant, dans son curieux livre Pont-Audemer, Alfred Canel avait déjà parlé de ces singulières coutumes qui étaient encore en usage dans cette partie du Roumois, lesquelles, du reste, existaient dans toute la Normandie, non seulement dans les campagnes mais aussi dans les villes.

A Bernay, la Fête des Rois était surtout pour la jeunesse un motif de liesse inaccoutumée à cause des traditionnelles coulines employées durant cette fête et son octave. L’usage de ces falots donnés à de jeunes imprudents dégénéra en un inquiétant abus ; nous en trouvons la preuve dans les documents suivants que nous ont fourni les registres du siège de police.

Vieilles maisons rue de la Charentonne, à Bernay
Vieilles maisons rue de la Charentonne, à Bernay

Le mercredi 30 décembre 1792, au greffe et devant le lieutenant général de police, le procureur du roi représente « que plusieurs enfants, écoliers, jeunes gens et autres sont dans le mauvais usage, la veille et le jour des Roys, de porter dans les rues et sous les porches de cette ville des espèces de falots de bois brisés ou de paille dont les conséquences sont terribles en exposant cette ville, les maisons en étant toutes de bois, à un incendie général, et comme ces sortes de feux sont précisément défendus par plusieurs règlements et notamment par un arrêt du Parlement de cette province du 14 juin 1719, pourquoi requiert qu’il soit fait défense à tous enfants, écoliers, jeunes gens et autres de porter lesdites espèces de falots de bois, de paille ou autres matières combustibles allumés le long des rues et sous les porches, à peine de 10 livres d’amende dont les pères et mères, maîtres et maîtresses des dits enfants, écoliers, compagnons ou domestiques seront responsables ».

Le lieutenant général de police fait droit à cette requête et autorise même les bourgeois de la ville « de constituer lesdits enfants, écoliers, jeunes gens et autres personnes qu’ils trouveront contrevenants ». Lue, publiée et affichée, cette ordonnance n’est pas longtemps observée et, le 19 décembre 1727, le lieutenant de police considérant que, au mépris des arrêts, anciens règlements et sentence précités, « les jeunes gens de cette ville continuent de porter tous les ans des falots allumés dans les rues », renouvelle les précédentes défenses, à peine de prison et de 30 livres d’amende.

Le lieutenant de police ne s’arrête pas à ces mesures cœrcitives et il ajoute : « Comme les chandeliers de cette ville sont dans le mauvais usage de donner aux enfants de cette ville des espèces de petites chandelles qui ne sont qu’une mèche trempée dans le suif pour porter allumées le long des porches et dans les rues de cette ville, et comme il pourrait arriver de grands accidents par ces sortes de lumières et autres portés par des enfants qui n’ont aucune connaissance des accidents qui en peuvent arriver, nous avons fait défense à tous chandeliers de cette ville et autres de faire et fabriquer aucunes desdites espèces de chandelles, à peine de 20 livres d’amende et de confiscation des suifs qui se trouveront chez eux... »

Bien que cette sentence soit rendue en présence des épiciers de la ville, lesquels promettent de s’y conformer, elle est, le 29 décembre 1728, renouvelée avec cette modification en ce qui concerne la défense de porter des falots : « si ce n’est dans des lanternes bien fermées dont on se sert pour se conduire, à peine de prison et de 30 livres d’amende ». Il est de nouveau fait défense de vendre et fabriquer des petites chandelles. Ces défenses ne peuvent détruire une coutume si profondément enracinée dans les mœurs ; aussi, l’année suivante, le 6 janvier 1730, il se trouve encore des jeunes gens, écoliers et autres qui portent dans les rues des falots de bois brisé allumé, et des lumières au bout de bâtons. Cinq délinquants sont condamnés, le 31 mars, en chacun 3 livres d’amende envers le roi ; un sixième, non comparant, est condamné en 100 sols d’amende ; dépens en plus pour tous. Puis, le lieutenant de police réitère ses précédentes défenses.

Maisons à pans de bois, rue Auguste Leprévost à Bernay
Maisons à pans de bois, rue Auguste Leprévost à Bernay

Les contraventions ne reparaissent que neuf ans plus tard. Le 9 janvier 1739, trois compagnons perruquiers et deux autres jeunes gens sont condamnés chacun en 100 sols d’amende envers le roi. Après avoir rappelé les divers arrêts et ordonnances maintes fois cités, le lieutenant de police ajoute : « En conséquence, faisons très expresses inhibitions et défenses à tous enfants, écoliers, jeunes gens, compagnons, domestiques et autres personnes de quelque qualité et condition qu’elles soient de porter dans les rues et sous les porches de cette ville, ni même dans les faubourgs, la veille ni le jour des Rois ni autres jours, aucun falot de bois, de paille ou autres matières combustibles allumés, à peine de prison et de 50 livres d’amende ».

Une grosse difficulté vient entraver ces mesures de police et la sentence du lieutenant général contre les cinq jeunes gens traduits à sa barre. Ceux-ci, en effet, offrent à prouver que du nombre de ceux qui ont porté des falots la veille des Rois, étaient aussi : le jeune fils du sieur de Villars, conseiller du roi, élu en l’élection ; le fils du sieur Gueroult, sergent ; le fils aîné du sieur Le Danois, apothicaire, et autres. Or, en réclamant une condamnation pour ces fils de notables, coupables comme eux, les modestes et énergiques fils du peuple semblent avoir, du même coup, désarmé dame Justice et donné à la jeunesse de Bernay liberté pleine et entière de se livrer à son amusement favori, lors de la fête des Rois ; en effet, la sentence susdite ne paraît pas avoir eu de suites et, fait concluant, à partir de cette date, il n’est plus question de défenses ni de pénalités relatives aux falots des Rois.

C’est que, outre la force d’une coutume immémoriale et usitée dans tous les pays, une contradiction flagrante donnait tort à l’autorité judiciaire, laquelle, en effet, ordonnait aux Bernayens, sous peine d’amende, des moyens incendiaires tout aussi dangereux que les falots. Nous voulons parler des feux de joie et des illuminations obligatoires.

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Etre fier comme un paon
 
 Se confesser comme les cordeliers de Metz
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


14 juillet 1789 : prise de la Bastille et mensonge historique
Contrairement à la légende des manuels, la prise de la Bastille n’est pas un haut fait d’armes
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 1 : Pendant 500 ans la Gaule partage la vie de Rome
Scandale de la dette publique
Scandale de la dette publique, ou la spoliation des peuples avec l’assentiment des Etats
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 3 : Grandeur et décadence des Carolingiens
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Bicyclettes pour tous les facteurs ! s'écrie-t-on en 1897
 
 Monnaie frappée (La première) avec une légende en français
 
 Rivière (Une) qui déserte en 1912 : le Bief-Rouge, dans le Doubs
 
 Fauteuil (Le) de Molière à Pézenas, témoin de ses premières inspirations
 
 
Et puis aussi...
 
 Réforme nécessaire de formalités administratives jugées excessives et vexatoires
 
 Détection précoce de la délinquance : on y songeait au XIXe siècle
 
 « Le criminel, c’est l’électeur ! »
 
 Xavier de Maistre
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 281 ARTICLES

 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines