Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Popularité et gloire en politique. Plébiscite politicien, conquête de l'opinion : réclame, argent - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire éclaire l’Actu > Popularité politique (La) au regard (...)

L’Histoire éclaire l’Actu

L’actualité au prisme de l’Histoire, ou quand l’Histoire éclaire l’actualité. Regard historique sur les événements faisant l’actu


Popularité politique (La)
au regard de l’Histoire
(D’après « Le Gaulois », paru en 1890)
Publié / Mis à jour le samedi 5 mars 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
En 1890, une chroniqueuse du Gaulois, comparant la popularité politique à l’ouragan « qui naît de rien, s’augmente de tout, gronde avec un bruit de tonnerre, et disparaît », en distingue deux sortes : d’un côté celle, usurpée et éphémère, que l’on crée artificiellement à grand renfort d’argent, de réclames et de refrains ; de l’autre celle, plus durable car fondée, qui éclot spontanément et récompense une action d’éclat

« La popularité, cette grande menteuse ! », s’exclamait Victor Hugo. Dans les champs ou dans les bois, quand la brise s’élève, imperceptible, elle ne fait d’abord pas plus de bruit qu’un vermisseau émergeant du sol et s’y traînant doucement. Un grain de terreau qui se déplace, une herbe fine comme un cheveu vert et qui oscille invisiblement, une fourmi qui détale... l’ouïe du trappeur le plus exercé, collant l’oreille au sol pour deviner les secrets de la prairie, n’en surprendrait rien.

Le thermomètre politique
Le « thermomètre politique »
Lentement, l’insaisissable rumeur se fait perceptible à l’animal humain. On dirait, maintenant, non plus la marche rampante du ver ou du reptile, l’avancée ondulante qui contourne les obstacles sans les froisser, mais le trot menu d’une bestiole alerte, la course joyeuse d’un mulot, hérissant sa délicate fourrure aux aiguilles mortes des pins, aux branchettes qui se rompent sous son poids léger. Il troue, force, avance. les feuilles craquent, le gazon ondule là où il a passé.

La clameur des choses enfle comme un son de trompe à l’hallali. Elle ressemble maintenant à la galopade folle de quelque grande bête poursuivie. Elle traverse les halliers, les hauts taillis, les jeunes arbres, qui résonnent comme ébranlés à coups de boutoir. L’écho donne de la voix, furieusement ; les blés et les avoines s’inclinent, foulés par le bruit qui passe...

Mais voici que l’air lui-même est envahi. Cette rumeur à ras de terre a fait se lever, comme une volée de canards au-dessus des marais, les ondes invisibles de l’atmosphère. Elles vous soufflettent au passage, avec un grand bruit d’ailes, et s’élancent, tumultueusement, vers un but inconnu. La cime des chênes plie, sous leur poussée victorieuse, comme, il y a quelques secondes, pliait le brin d’herbe, sous l’effort de l’imperceptible insecte.

Et, du sol au ciel, pas une miette de nature ne reste muette ! Dans ce charivari géant et superbe, chaque chose, chaque être, donne sa note, jette son cri, pousse son hurlement ! C’est le chant de guerre du vent se lançant à l’assaut de l’espace, la clameur belliqueuse des tempêtes fécondes qui vont porter au loin les pollens vagabonds, les germes aventureux, les semences anonymes qui s’épanouiront de surprise sous des deux inconnus.

C’est l’ouragan.

Je ne l’ai jamais entendu se former, élever, passer, sans songer à ce que les hommes appellent la popularité. Je ne parle pas, ici, de la popularité guerrière qui naît d’une victoire et meurt parfois d’une défaite, qui est brutale et rapide comme la foudre, dont elle a l’éclat, la puissance, la brièveté.

Ceux qui l’ont connue – à moins qu’ils ne soient des dix grands conquérants dont l’Histoire a gardé les noms – ceux-là ont eu son baiser furtif une fois en leur vie, puis sont retombés dans le tas des glorieux dont la foule sait à peine les noms.

Ils seront aux Invalides, ces noms, sur quelque Arc de Triomphe, en quelque Panthéon guerrier, gravés sur une plaque de marbre, que le gardien mouillera de sa salive et essuiera de sa manche pour la mieux faire voir aux étrangers. Mais leurs traits resteront inconnus du peuple, et ne sauront leurs noms que ceux des siens qui auront eu le loisir d’un peu étudier.

Non. C’est la popularité politique à laquelle, suivant moi, ressemble la tourmente, qui naît de rien, s’augmente de tout, gronde avec un bruit de tonnerre et disparaît ! Mais cette popularité est de deux sortes : celle qu’on fait et celles qui se font.

Je ne crois pas beaucoup à celle qu’on fait. Il ne suffit pas, pour un homme, de se dire qu’à force d’argent, de réclames, d’images, de refrains, d’ovations plus ou moins sincères, il forcera l’attention publique, s’imposera à l’opinion, enlèvera, haut la main, le cœur d’une nation comme on conquiert une belle fille, peu farouche et tendre au vainqueur.

Cela peut réussir en commençant.

Mais il en est des nations comme des femmes, surtout en notre race latine, prompte à la riposte, vive à la réplique, un tantinet exigeante. Elle admet les préliminaires ; mais ne comprend pas qu’on s’y attarde. Et celui qui s’est embarqué dans l’aventure, qui lui a monté la tête et troublé le cœur, n’ayant que des préliminaires à offrir, est vivement rabroué.

La belle fille reprend sa course, les poings sur les hanches, cherchant l’époux qu’il faut à ses vingt ans ! Ça, c’est la bourrasque, qui s’élève sur place, y tourbillonne – avec un grand fracas, il est vrai – et retombe à plat, sans avoir dépassé le cercle de son berceau, sans avoir porté au loin un germe vivifiant, sans avoir éveillé les échos ou soufflé les étoiles.

Tout autre est la popularité qui naît d’un acte héroïque ou simplement généreux, mais qui va au cœur de la foule, l’émeut, la rapproche de l’inconnu dont la veille, peut-être, elle ignorait l’existence, mais dont, désormais, elle s’enquerra, le faisant sien rien que par cette curiosité, par ce désir de savoir ses origines et son but.

Cette popularité-là, on peut chercher à l’agrandir, on ne l’a pas fait naître. Elle est éclose toute seule, d’un coup de tête ou d’un coup de main ; ceux qu’elle intéresse n’ont plus qu’à en surveiller la croissance, qu’à en favoriser le développement.

Ces popularités-là naissent viables. On ne les a pas longuement élaborées, patiemment préparées, chèrement acquises. On n’a pas été gratter le dos du vermisseau pour qu’il circulât, enrayer le mulot pour le faire courir, relancer le sanglier dans sa bauge, afin de pouvoir dire ensuite : « Comme ce bois est bruyant ! »

Non. Le fait est arrivé ; il n’a pas été une résultante, il a été une cause ; si la forêt s’éveille, si le vent s’élève, c’est que, d’eux-mêmes, ils sentent que les temps sont venus.

Faites des chansons, lancez des images, collez des affiches, ô gens de tous les partis ! La France, la jolie France au teint de pâquerette, aux lèvres de coquelicot, aux yeux de bleuet, attend, un peu gouailleuse, un peu émue, regarde, compare et choisira !




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 A bon chat, bon rat
 
 Faire Charlemagne
 
MANIFESTATIONS
 Exposition Espèces d'Ours ! À la découverte des ours au Jardin des Plantes du 12 octobre 2016 au 19 juin 2017
 
 Curieuses chambres au palais Jacques Coeur de Bourges
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Résidus industriels incorporés dans l'alimentation animale : sans danger pour l'homme ?
 
 Question du nécessaire et du superflu posée en 1920 en vue d'établir un impôt sur les articles de luxe
 
 Heure d'été, heure d'hiver : réforme sur fond de querelles et de polémiques
 
 Police scientifique (La) déjà chargée des crimes non élucidés voici plus d'un siècle
 
 
Et puis aussi...
 
 Société des droits de l'homme : règne d'un égocentrisme affranchissant l'individu de tout devoir ?
 
 Impôt sur l'oisiveté pour combler le déficit budgétaire ?
 
 Surmenage intellectuel (Le) : vice de l'éducation moderne ?
 
 Diktat (Le) d'hygiénistes ne jurant que par un monde aseptisé
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 148 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services