Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Vaccin contre tuberculose : injection de sang de chèvre en 1891. Anecdotes historiques - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Sang de chèvre (Injection de) contre (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Sang de chèvre (Injection de)
contre la tuberculose ?
(Extrait du « Figaro » du 26 janvier 1891)
Publié le mercredi 13 août 2014, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
En 1891, trente ans avant l’enregistrement des premiers succès du vaccin BCG (vaccin Bilié de Calmette et Guérin) contre la tuberculose, Le Figaro se fait l’écho de l’expérience de deux savants venant de pratiquer l’inoculation de sang de chèvre sur deux patients, et voyant un gage de réussite en le caractère réfractaire, selon eux, de l’animal à cette affection

C’est hier matin que, pour la première fois à Paris, a été mis à l’essai ce singulier traitement de la tuberculose par le sang de chèvre dont j’ai déjà parlé, écrit Emile Gautier. Les deux savants praticiens de Nantes, à qui revient l’honneur de la découverte, MM. Bertin et Picq, avaient fait tout exprès le voyage, sur l’invitation formelle de quelques-uns de leurs collègues de la Ville-Lumière.

Une première expérience a été faite par eux en présence des docteurs Hérard, Rousseau et Albert Filleau, et de M. Laquerrière, vétérinaire, sur un jeune phtisique, auquel on a inoculé 15 grammes de sang de chèvre dans la masse des tissus musculaires de la cuisse. Une seconde expérience semblable a été faite, en présence du seul docteur Filleau, sur l’un de ses clients, qui s’était délibérément prêté à cette tentative – parfaitement inoffensive, au surplus – d’un si haut intérêt scientifique.


Une expérience d’injection de sang de chèvre

Cette double opération s’est accomplie sans accident. Ainsi que je l’avais prévu, elle n’a été douloureuse ni pour les patients ni même pour la chèvre, qui, après la saignée, tendait encore la patte, gentiment et sans rancune, à ceux qui venaient ainsi de l’égorgiller en détail. Aucune coagulation ne s’est produite aux environs de la piqûre : les spécialistes présents ont pu immédiatement s’en convaincre par la palpation digitale. La méthode ne présente donc ni les inconvénients ni les périls inhérents à la transfusion du sang. Le fait est qu’il ne s’agit pas d’une transfusion intraveineuse ordinaire, mais plutôt d’une injection sous-cutanée de sang vivant, non plus de veine à veine, mais de veine à muscle.

Elle n’en exige pas moins une grande habileté, une légèreté de touche exquise et infiniment de savoir-faire. Il faut, en effet, que le sang s’écoule de la jugulaire de l’animal et entre immédiatement « dans la peau du bonhomme » avec une abondance mesurée et une vitesse régulière, sans repos, sans variation de température, sans perte de sa tension ni de ses gaz, sans diminution du chiffre de ses globules ou de leur fragile vitalité, sans altération de ses instables éléments, sans contamination par le ferment de la fibrine, sans avoir été touché par l’air et sans entraîner d’air avec lui, et cela dans un espace de temps qui ne doit pas dépasser douze ou quinze secondes. Il y a là tout un manuel opératoire délicat, subtil et compliqué.

C’est ce qu’ont expliqué à leurs collègues MM. BErtin et Picq, après leur avoir obligeamment donné tous les éclaircissements souhaitables sur la genèse de leur microbicide et capricante méthode, laquelle n’a rien de commun avec les essais de laboratoire antérieurement tentés sur des « lymphes » ou des « sérums ». Partis de cette hypothèse – expérimentalement vérifiée – que le vaccin de chèvre (animal réfractaire à la tuberculose [en réalité seulement peu fréquente]) devait être préféré au vaccin de génisse, MM. Bertin et Picq en sont logiquement arrivés à conclure que le sang de chèvre inoculé à un tuberculeux produirait peut-être les bienfaisants effets d’un vaccin spécial. Et les résultats obtenus à Nantes semblent de nature à faire croire qu’ils avaient conclu juste !

Espérons que les résultats des expériences de Paris – résultats qu’il est difficile d’escompter, puisque, pour être efficaces, les injections paraissent devoir être renouvelées tous les dix jours – confirmeront ces espérances. Nos lecteurs, au surplus, seront tenus au courant. La vieille légende d’après laquelle il suffirait, pour écarter l’épidémie d’une étable, d’y faire coucher un bouc, et, pour guérir un poitrinaire, de l’abreuver de lait de chèvre salé, aurait-elle donc, comme tant d’autres légendes nées des instinctives observations des foules profanes, un fonds de vérité ? Si oui, ce sera le cas ou jamais d’immoler, en signe de réjouissance, un Koch [médecin allemand qui découvrit la bactérie responsable de la tuberculose] à Esculape.

N.B. : Depuis 2007, la vaccination B.C.G. n’est plus obligatoire en France, après que, d’une part la rareté de la maladie ait été constatée dans les pays à haut niveau d’hygiène, d’autre part l’inefficacité du vaccin à empêcher la transmission de cette affection ait été établie

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Ce qui vient de la flûte s'en retourne au tambour
 
 Il n'y a point de héros pour son valet de chambre
 
MANIFESTATIONS
 L'Opéra Comique met en vente ses costumes pour ses 300 ans
 
 Quand le monde paysan est à bout de nerfs...
 
 
 
 


14 juillet 1789 : prise de la Bastille et mensonge historique
Contrairement à la légende des manuels, la prise de la Bastille n’est pas un haut fait d’armes
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 2 : L’essai mérovingien
Duc d’Anjou (roi Louis XX)
L’héritier du trône de France s’exprime au sujet de la découverte de la tête d’Henri IV
Altermanuel d’Histoire de France
L’historien Dimitri Casali répertorie ce que nos enfants n’apprennent plus au collège
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Précurseurs (Des) de Pasteur mènent des expériences sur la fermentation
 
 Bruits de klaxons, sifflets et trompes dans Paris : projet de transformer Cacophonie-Ville en Harmonie-Ville !
 
 Squelette (Le) de Berlioz à l'Opéra
 
 Grossières erreurs commises par Alexandre Dumas dans ses romans historiques
 
 
Et puis aussi...
 
 Préparation d'un élixir du XVIIIe siècle pour s'assurer d'être centenaire
 
 Feu d'artifice (Premier) français : il effraie Charles dit « le Téméraire »
 
 Flirter ou fleureter ? Telle est la question
 
 Henri IV anoblit un faquin le régalant d'une dinde
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 283 ARTICLES

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services