Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Naufrage du Titanic et sauvetage. Nuit du 14 au 15 avril 1912. Collision, iceberg. La presse annonce : les 2700 personnes à bord ont été sauvées - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Événements marquants > Naufrage du Titanic : la presse (...)

Événements marquants

Evénements ayant marqué le passé et la petite ou la grande Histoire de France. Faits marquants d’autrefois.


Naufrage du Titanic : la presse annonce
que « les 2700 personnes qui étaient
à bord ont été sauvées »
(Extrait du « Petit Journal » du 16 avril 1912)
Publié / Mis à jour le jeudi 14 avril 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Le 16 avril 1912, cependant que la nouvelle de la collision du Titanic avec un iceberg dans la nuit du 14 au 15 est parvenue la veille à Paris, Le Petit Journal titre que « les 2700 (sic) personnes qui étaient à bord ont été sauvées », donnant le détail des dépêches alarmantes se succédant, puis de celles annonçant le supposé heureux dénouement : promptitude malheureuse...

Une nouvelle angoissante dans son laconisme parvenait hier à Paris, au début de l’après-midi. Le Titanic, transatlantique de la Compagnie anglaise White Star, un des géants des mers, avait heurté un banc de glace dans les parages de Terre-Neuve et coulé. Il avait à bord 2700 personnes sur le sort desquelles les premiers télégrammes ne fournissaient aucun renseignement formel. Une dépêche disait bien qu’on s’était empressé de sauver les femmes ; une autre annonçait le départ de paquebots envoyés à toute vapeur de New-York pour se porter au secours du Titanic, mais on ignorait s’ils étaient arrivés à temps et si les efforts des sauveteurs avaient été couronnés de succès ou si l’on allait avoir à déplorer un épouvantable sinistre, analogue au naufrage de la Bourgogne, sinon plus effroyable encore.

Le Titanic, paquebot transatlantique parti de Saouthampton à destination de New-York
Le Titanic
Voici, en effet, les télégrammes que nous recevions de nos correspondants et des agences : « Cape-Race, 15 avril. Le Titanic a fait connaître par un radio-télégramme, hier soir, à 10h25, qu’il avait heurté un banc de glace et qu’il avait besoin de secours immédiat. Une demi-heure plus tard, on a reçu une nouvelle dépêche annonçant que le Titanic coulait par l’avant. Les femmes étaient recueillies par des bateaux de sauvetage. »

Les renseignements de Londres et de Cherbourg n’étaient guère plus précis, ils avaient trait au paquebot, à son équipage, à ses passagers, mais n’apprenaient rien sur le sinistre lui-même : « Londres, 15 avril. Le Titanic est le plus grand paquebot du monde. Il était parti de Southampton mercredi, à destination de New-York. C’était son premier voyage. Il peut transporter 2800 passagers, mais le nombre des personnes à bord n’atteignait pas ce chiffre. L’équipage comprend 800 hommes. Le paquebot est commandé par le capitaine Edward-J. Smith, précédemment commandant du paquebot Olympic. »

Le Titanic remorqué hors du port de Saouthampton à son départ pour New-York
Le Titanic remorqué hors du port de Saouthampton
à son départ pour New-York
« Cherbourg, 15 avril. La nouvelle du naufrage du transatlantique Titanic a causé ici la plus profonde émotion. Tout Cherbourg avait, en effet, admiré, mercredi dernier, lors de son escale, le magnifique navire, qui, parti de Southampton à midi, était arrivé sur notre rade vers sept heures du soir. Pendant cette traversée, le Titanic n’avait, du reste, marché qu’à la vitesse de 19 nœuds, au lieu de 23 qu’il pouvait donner, afin de pouvoir régler complètement ses compas. Dans les milieux maritimes, l’on attend avec anxiété des détails sur cet événement. Le Titanic avait embarqué à Cherbourg, mercredi soir, lors de son escale, 144 passagers de première classe, 28 de seconde et 102 émigrants ; cela faisait exactement, quand il prit la haute mer, 2700 personnes dont 900 hommes d’équipage, 489 émigrants et 1311 passagers de première et de seconde classes. Trois passagers français se trouvaient à bord : M. N. Aubart, passager de première classe, s’était embarqué à Cherbourg, les deux autres, embarqués en seconde classe, à Southampton. Parmi les passagers de marque, se trouvaient, outre M. Ismay, directeur de la White Star Line, l’ingénieur anglais qui avait construit le Titanic, puis M. G. Widener, mistress W. Cardeza, F. Baxtar, la comtesse Rhothes, Eve Douglas, MM. Gugenheim, Strauss, banquiers, et M. A. Ryerson, qui se rendait en Amérique pour les obsèques de son fils tué accidentellement en automobile, et dont il avait réglé les funérailles par un long télégramme parti d’ici. »

A New-York même, on ne paraissait pas mieux renseigné sur le sort des passagers et de l’équipage : « New-York, 15 avril. Une dépêche de Montréal annonce que le vapeur Virginian a envoyé un radio-télégramme pour informer que le paquebot Titanic ayant heurté un banc de glace, lui a demandé du secours. Le Virginian est parti au secours du Titanic. Le paquebot Baltic se dirige à toute vapeur vers le Titanic. »

Ce n’étaient pas là des renseignements suffisants pour diminuer l’angoisse. Une nouvelle dépêche de New-York était même faite pour augmenter les doutes et laisser le champ libre aux appréhensions les plus terribles : « New-York, 15 avril. Le Titanic, parti de Southampton mercredi, faisait son premier voyage. Une dépêche de Cape-Race annonce que les vapeurs Baltic et Olympic ont reçu des radiogrammes leur demandant de secourir le Titanic. Ils se portèrent à son secours ; le vapeur Virginian à minuit était à une distance de 170 milles ouest du Titanic, il comptait le rejoindre vers dix heures du matin, et le Baltic était à 200 milles. Les derniers radio-télégrammes reçus du Titanic à 12h27 du matin à bord du Virginian étaient confus ; ils ont cessé brusquement. Le New-York, le Carmania et le Niagara, de la Compagnie Générale Transatlantique, qui viennent d’arriver rapportent qu’ils ont rencontré des banquises de glace. Le Carmania eut une traversée périlleuse au milieu des banquises. Le Niagara sort de cette traversée avec deux trous sous sa ligne de flottaison et plusieurs plaques avariées par les glaces rencontrées. La route suivie par ces paquebots est celle des navires allant vers l’ouest et passant au large des grands bancs de Terre-Neuve. »

Naufrage du Titanic
Naufrage du Titanic. Illustration parue dans le Supplément du dimanche
du Petit Journal en date du 28 avril 1912

On était donc en proie aux craintes les plus vives quand arrivait enfin cette dépêche, véritable coup de théâtre après les affres de la journée : « New-York, 15 avril. Un radio-télégramme reçu d’Halifax annonce que tous les passagers du Titanic sont sauvés. D’autre part, la White Star Line fait savoir que le Virginian a porté secours au Titanic et que la vie d’aucun passager n’est en danger. » Cette heureuse nouvelle était bientôt confirmée par le télégramme suivant : « New-York, 15 avril, 11h30 matin. Le transfert des passagers du Titanic s’effectue actuellement. Les passagers qui avaient pris place sur une vingtaine de canots sont déjà embarqués à bord du Carpathia. Des dépêches non officielles disent que le Titanic est remorqué par le Virginian. »

On voit que cette dernière dépêche, heureusement rassurante quant au sort des passagers, faisait connaître que le Titanic, que l’on croyait coulé, semblait lui-même en état d’être sauvé. Un nouveau télégramme disait : « New-York, 15 avril. On mande de Montréal que le Daily Star publie une dépêche d’Halifax annonçant que le Titanic s’avance lentement vers Halifax. » La nouvelle recevait peu après cette confirmation : « New-York, 15 avril. Une dépêche de Montréal confirme que le Titanic gagne Halifax au moyen de ses propres machines. Une dépêche ultérieure annonce que deux paquebots assistent le Titanic, dont tous les passagers on été transbordés. » Enfin, on mandait de Boston, dans la soirée, que les bureaux de la White Star Line avaient reçu confirmation que le Parisian, le Virginian et le Carpathia assistaient le Titanic dans son effort vers la côte.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Faire ses bamboches
 
 Chou pour chou, Aubervilliers vaut bien Paris
 
MANIFESTATIONS
 Grotte de la Salamandre (Gard) : découvrez-la en dirigeable jusqu'au 31 octobre 2016
 
 Exposition Espèces d'Ours ! À la découverte des ours au Jardin des Plantes du 12 octobre 2016 au 19 juin 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Incendie sur le Petit-Pont en 1718 : 22 maisons brûlées à cause d'un simple cierge
 
 Première entrevue du roi Clovis et de sa future épouse Clotilde de Burgondie à Villery
 
 Clovis ordonne en 504 la construction de la cathédrale de Strasbourg sous le titre de l'Assomption de la Vierge
 
 10 août 1792 : massacre des Gardes suisses lors de la prise des Tuileries
 
 
Et puis aussi...
 
 5 décembre 1360 : création du franc à cheval ou franc d'or
 
 Comète (La) Schwassmann-Wachmann caresse la Terre en 1930 : quid d'une éventuelle collision ?
 
 28 juillet 1789 : création du révolutionnaire Comité des recherches, véritable police de la pensée
 
 Premier essai de léthargie artificielle sur un mammifère et rêve d’application à l’être humain
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 123 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services