Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



31 mars 1547 : mort de François Ier, à l'âge de 52 ans - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Mars > 31 mars > 31 mars 1547 : mort de François Ier, (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 31 mars. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


31 mars 1547 : mort de François Ier,
à l’âge de 52 ans
Publié / Mis à jour le mercredi 30 mars 2016, par LA RÉDACTION



 

François, comte d’Angoulême et duc de Valois, était arrière-petit-fils de Louis, duc d’Orléans, et de Valentine de Milan. Il naquit à Cognac en 1494, et monta sur le trône en 1515, à l’âge de vingt et un ans.

François Ier
François Ier
Le règne de ce prince eût été plus florissant s’il avait eu la sagesse d’abandonner ses prétentions sur le Milanais, source intarissable de guerres ; il eût joui d’une heureuse paix, il eût embelli, policé, éclairé son royaume beaucoup plus qu’il ne fit dans les derniers temps de sa vie. Il eût donné une libre carrière à toutes ses vertus ; il fut grand pour avoir encouragé les arts ; mais la passion malheureuse de vouloir toujours faire des conquêtes en Italie, fit tort à sa gloire et à la félicité de ses peuples.

« Il ne lui manqua, dit Hénault, pour être le premier prince de son temps, que d’être heureux ; mais il ne tient pas à la fortune de dégrader les rois, en les accablant. Tout est perdu hormis l’honneur, écrivait-il à la duchesse d’Angoulême, après la bataille de Pavie. Les adversités ne firent que mieux découvrir sa grande âme, et les qualités brillantes de ce monarque n’échauffèrent pas moins le génie des écrivains de son siècle, que la protection qu’il leur accorda. »

Quoique son règne ait été marqué par de grands désastres, il est cependant regardé comme l’un des plus illustres de notre monarchie, parce qu’il est l’époque de plusieurs révolutions heureuses, dont la plus remarquable est le rétablissement des lettres : ce monarque régnait précisément dans le temps qu’échappées aux ravages de la Grèce, elles étaient venues chercher un asile en Occident. A l’exemple et à l’envi des Médicis, il les appela dans ses Etats, et les y fixa par des établissements solides.

Les arts, et surtout l’architecture, reprirent une nouvelle naissance. Les palais de Fontainebleau, de Saint-Germain-en-Laye, de Chambord, les châteaux de Madrid (au bois de Boulogne), de Villers-Cotterêts, et le commencement du Louvre à Paris, sont les monuments de la magnificence de François Ier.

Son beau projet du Collège Royal ne put être exécuté, mais du moins on y enseigna, par ses libéralités, les langues grecque et hébraïque, et la géométrie, qu’on était très loin de pouvoir enseigner dans l’université. Cette université n’était encore fameuse que par sa théologie scolastique : il n’y avait pas un homme en France, avant ce temps-là, qui sût lire les caractères grecs.

On ne se servait dans les écoles, dans les tribunaux, dans les monuments publics, dans les contrats, que d’un mauvais latin, appelé le langage du Moyen Age. L’empereur Rodolphe avait le premier ordonné, dans l’Allemagne, qu’on plaidât et qu’on rendît les arrêts dans la langue du pays ; Alphonse le Sage, en Castille, établit le même usage ; Edouard en fit autant en Angleterre ; François Ier ordonna, enfin, qu’en France ceux qui avaient le malheur de plaider, pussent lire leur ruine dans leur propre langue.

On sait que François Ier mourut de cette maladie, alors incurable, que la découverte du Nouveau-Monde avait transplantée en Europe. Le président Hénault a remarqué que, suivant les registres du parlement, cette maladie commença à se faire connaître à Paris l’an 1494, la même année que naquit François Ier. L’évêque de Mâcon, dans l’oraison funèbre de ce prince, ayant assuré que son âme était allée droit en paradis, sans passer par le purgatoire, la Sorbonne censura fortement l’évêque, et s’opposa à l’impression de son discours.

François Ier est l’auteur de la formule : Car tel est notre plaisir. C’est lui qui introduisit la mode de porter les cheveux courts et la barbe longue, d’après Jules II ; dès lors les courtisans laissèrent croître la leur la plus longue qu’il fut possible ; ce fut un ornement de petit-maître ; les gens graves et les magistrats eurent grand soin de se faire raser ; mais les courtisans et les petits-maîtres se dégoûtèrent bientôt de la longue barbe, et revinrent à la mode plus jolie des mentons rasés : alors les magistrats recommencèrent à laisser croître leur barbe.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Monter sur ses grands chevaux
 
 Faire la barbe à quelqu'un
 
MANIFESTATIONS
 Tour-Forteresse de Monthoiron : l'empreinte de Léonard de Vinci dans la Vienne
 
 Grand Condé (Le) à Chantilly jusqu'au 2 janvier 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 31 mars 1640 : création du louis d'or
 
 31 mars 1515 : Marie d'Angleterre, veuve du roi Louis XII, se remarie au duc de Suffolk
 
 31 mars 1816 : mort de Ducis, poète tragique
 
 31 mars 1814 : capitulation de Paris signée à deux heures du matin
 
 
Et puis aussi...
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 5 ARTICLES

 


Mars
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services