Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Coutumes et traditions : Jeu du Diable boiteux - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Jeu du Diable boiteux

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Jeu du Diable boiteux
Publié / Mis à jour le vendredi 31 juillet 2015, par LA RÉDACTION



 
 
 
Nous le connaissons tous pour nous y être livrés dans notre enfance : Un des joueurs, tenant à la main un mouchoir et sautant sur un seul pied, poursuit ses camarades ; on l’appelle le diable boiteux. Les autres joueurs, armés aussi de leur mouchoir, cherchent à le frapper tout en évitant son atteinte ; car celui que le diable touche de son mouchoir prend sa place et court à son tour après ses camarades en sautant sur un pied.

Or, ce jeu du diable boiteux a été de toute antiquité connu des Grecs, et très certainement sous le nom de jeu de l’Empuse, qui équivaut au nom moderne et que nous allons expliquer dans un instant. Mais il semble qu’à une certaine époque il perdit son nom antique pour en emprunter un nouveau à un jeu fort en faveur à Athènes pendant les Dionysiaques, celui des outres enflées. Naturellement on sautait à cloche-pied avant de sauter sur des outres. Les Grecs disaient alors comme tous les peuples « sauter sur un pied » ; et le jeu qui nous occupe portait sans doute le nom de jeu de l’Empuse. Mais quand celui des outres enflées se fut répandu par toute la Grèce et fut devenu populaire, on appliqua le terme général de sauter sur des outres à l’action unique de sauter à cloche-pied. C’est ainsi que l’emploie Lucien, quand Lexiphane, racontant les tribulations de son voyage sur une mule, ajoute : « Le muletier me pressait tout en s’amusant à sauter à cloche-pied. »

A cloche-pied
A cloche-pied

Or, c’est sous le titre de saut à cloche-pied que Pollux décrit trois jeux, dans lesquels il n’est nullement question d’outres, et dont le second n’est autre que le jeu de l’Empuse et répond à notre diable boiteux. Le premier consistait à lutter à qui sauterait le plus loin à cloche-pied. Dans le second, un joueur, sautant à cloche-pied, court après ses camarades qui se sauvent à toutes jambes et les poursuit ainsi jusqu’à ce qu’il en atteigne un. Le troisième jeu était une sorte de course dans laquelle il ne s’agissait pas de devancer ses rivaux, mais de parcourir une plus grande distance à cloche-pied ; car, ainsi que nous le dit Pollux, on comptait les sauts et celui qui en avait fait le plus était vainqueur. On a reconnu en effet dans le second jeu que décrit Pollux, celui du diable boiteux.

Nous devons donc ici donner le plus succinctement possible quelques détails sur le nom plus antique de jeu de l’Empuse. Ce n’était en quelque sorte qu’une parodie d’un mythe très antique ; on y raillait, on y poursuivait même à coups de fouet une divinité nocturne, spectre effrayant et difforme envoyé par Hécate et que les anciens nommaient Empuse.

Suidas nous dit qu’Empuse était ainsi nommée de ce qu’elle ne marchait que sur un pied, son autre pied étant d’airain. Comme Protée, elle pouvait prendre différentes formes. Dans Aristophane, une Empuse apparaît à Bacchus, et Xanthias, qui l’aperçoit avant le dieu, la lui décrit comme un monstre horrible, tantôt bœuf, tantôt mulet, tantôt femme charmante. A ce passage du poète, le scholiaste nous apprend que quelques-uns regardaient Empuse comme Hécate elle-même ; or on sait que les anciens représentaient quelquefois cette dernière un fouet à la main. Ainsi dans le jeu du diable boiteux la baguette, que tient le joueur qui saute à cloche-pied, ne serait autre que le fouet d’Hécate ou d’Empuse.

Toutefois Bœttiger a ingénieusement remarqué dans ses Furies qu’Empuse pourrait bien n’être qu’une caricature des furies. Cette idée rentrerait dans ce que nous avons dit plus haut que le jeu de l’Empuse renfermait une parodie d’un mythe antique ; et dans ce cas les mouchoirs ou les baguettes des joueurs rappelleraient les serpents que les anciens mettaient aux mains des Euménides.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Parler français comme une vache espagnole
 
 Il n'y a pas de fumée sans feu
 
MANIFESTATIONS
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Gent féminine : sa participation de longue date à la vie politique
 
 Des oeufs de Pâques pour tous les goûts
 
 Pâques : fête chargée de symboles et pétrie de légendes
 
 Orgues de barbarie et législation encadrant les airs joués
 
 
Et puis aussi...
 
 Chasse pratiquée par les rois mérovingiens et les Francs
 
 Politesse et courtoisie avant la Révolution : règles et codes de civilité en usage
 
 Fêtes révolutionnaires
 
 Presse pour enfants : ses premiers pas au XIXe siècle et son évolution
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 285 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services