Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Coutumes et traditions : Prémices de la mise en oeuvre des tribunaux pour enfants en 1911 - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Tribunaux pour enfants : prémices de (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Tribunaux pour enfants : prémices
de leur mise en oeuvre en 1911
(Extrait du « Journal des débats politiques et littéraires », n° du 26 janvier 1911)
Publié / Mis à jour le dimanche 4 novembre 2012, par LA RÉDACTION



 
 
 
En 1911, avant la discussion prochaine au Sénat d’une proposition d’établir des tribunaux pour enfants sur le modèle de ceux mis en œuvre aux Etats-Unis quelques années plus tôt, le Journal des Débats présente les nombreux avantages que comporte, selon lui, cette nouvelle façon d’éviter aux jeunes délinquants un passage destructeur par la case prison et de ne pas compromettre leur avenir. Cette structure judiciaire sera instituée par la loi du 22 juillet 1912

C’est en 1906 que M. Julhiet fit connaître à Paris l’institution américaine des tribunaux pour enfants ; et voici que, dès 1911, le Sénat va discuter une proposition de M. Ferdinand Dreyfus, très sage, très bien étudiée, qui installe, dans notre pays, en l’accommodant à nos lois et à nos mœurs, l’invention dont les Etats-Unis tirèrent de si beaux résultats. Dans l’intervalle, il ne se sera écoulé que cinq ans. Cette promptitude est trop rare pour qu’on ne la signale pas. Et ce n’est pas tout. Avant même de recevoir la consécration législative, le tribunal pour enfants et la pratique qui l’accompagne, de la « liberté surveillée », existent déjà : au tribunal de la Seine, une des chambres correctionnelles, la huitième, réserve son audience du lundi aux enfants ; et, de concert avec les Sociétés de patronage, elle fait mieux que de juger ses petits prévenus ; elle choisit, d’après leur caractère, leurs antécédents et leur famille, la mesure qui pourra le mieux les sauvegarder. De toutes parts, l’idée du tribunal spécial a suscité le plus vif intérêt. La Société des Prisons l’a longuement discutée. M. Paul Deschanel, en 1909, proposait à la Chambre de l’ériger en loi.

Je ne pourrai jamais me consoler de n'avoir pu vous éviter 3 jours de prison
« – Je ne pourrai jamais me consoler
de n’avoir pu vous éviter 3 jours de prison.
« – Il y a des compensations cher Maître »
Toutes les personnes, et elles sont nombreuses, qui s’emploient à la tâche de sauver l’enfance coupable, ont reconnu qu’une voie de salut nouvelle et sage venait de s’ouvrir et qu’il fallait s’y engager aussitôt. C’est qu’en effet l’idée du tribunal pour enfants ne fait, en quelque manière, que résumer d’autres idées dont la justesse est incontestable : il importe moins de punir les enfants délinquants que de préserver leur avenir ; il ne faut donc pas leur infliger de courtes peines qui les corrompraient pour toujours, mais leur appliquer avec choix les mesures de préservation ; à cette fin, il est indispensable qu’ils soient séparés des adultes dès leur arrestation ; ils ne doivent subir ni les promiscuités du poste de police, ni celles de l’audience ; ils doivent comparaître seuls devant des magistrats qui, faisant œuvre de psychologues plutôt que de juges, s’appliqueront à gagner leur confiance et discerneront le meilleur moyen de les ramener au bien. A Chicago, au Massachussets, .à New-York, où elle commença de fonctionner, cette juridiction quasi-paternelle eut tout de suite des effets extraordinaires. En France, dans les conditions improvisées où M. le procureur de la République Meunier, M. le président Flory, Me Rollet et quelques autres la mirent en train, elle n’eut pas de conséquences moins heureuses. Elle a déjà fait ses preuves. Il est temps de lui donner la force, la régularité, l’extension qu’elle mérite.

La proposition de M. Deschanel satisfaisait largement à ces nécessités. La commission de la Chambre où elle fut renvoyée crut devoir y substituer des règles très différentes qui furent votées le 31 mars dernier. Cette proposition nouvelle présente de graves défauts ; ainsi, elle n’établit le tribunal pour enfants qu’à Paris, tandis que M. Deschanel l’instituait dans toute la France ; elle lui donne par contre la connaissance de tous les crimes et délits relatifs à l’enfance, ce qui dénature son but essentiel. M. Ferdinand Dreyfus a repris les idées principales de M. Paul Deschanel, en y ajoutant une partie originale, qui est la création de Conseils familiaux. Sa proposition comprend donc les Conseils familiaux, le tribunal spécial, la liberté surveillée.

Au-dessous de treize ans, l’enfant ne peut être considéré comme délinquant, ne peut pas être déféré à la juridiction répressive : il comparaîtra devant un Conseil familial composé de magistrats ou anciens magistrats, avocats, avoués et notaires, en exercice ou honoraires, membres de Sociétés de patronage. Ce Conseil s’entourera de tous les renseignements nécessaires ; il entendra l’enfant, les parents, des témoins, et il remettra cet enfant soit à sa famille, soit chez une personne ou dans un établissement charitable, soit à l’Assistance publique. Un recours est donné devant le tribunal, civil contre ces décisions qui, d’ailleurs, peuvent toujours être modifiées par le Conseil lui-même. Ainsi à la première période de l’enfance, celle où le discernement ne peut pas être tenu pour certain, correspond une institution strictement familiale. A partir de treize ans, l’enfant qui commet crime ou délit, devient un délinquant ; mais c’est alors, précisément, qu’il est plus délicat, plus difficile, et plus important aussi, puisque tout son avenir en dépend, de lui appliquer une mesure appropriée. Le tribunal pour enfants, qui sera chargé de cette mission, se composera du tribunal lui-même, tenant une audience spéciale là où il n’y a qu’une chambre et, quand il y en a plusieurs, d’une chambre spécialisée ; les magistrats désignés pourront d’ailleurs faire partie d’autres chambres.

Palais du Sénat, salle des séances en 1908
Palais du Sénat, salle des séances en 1908
Une question qui fut brièvement discutée est celle de la publicité de ces audiences ; on reconnaît qu’elle est détestable pour les enfants, et toutefois elle représente, dans notre procédure criminelle, une garantie si précieuse, qu’on hésite à y porter atteinte. M. Ferdinand Dreyfus admet une publicité restreinte : l’accès de l’audience ne sera permis qu’aux parents et témoins, aux avocats et magistrats, aux représentants de la presse et de l’Assistance publique, aux membres des Sociétés de patronage ; et le compte rendu des débats est absolument interdit. Enfin la proposition organise cette pratique ingénieuse qui s’appelle « la liberté surveillée », qui consiste, on le sait, à rendre l’enfant délinquant à sa famille, mais en le faisant surveiller par des délégués du tribunal : si l’enfant se conduit bien, la surveillance cesse ; sinon, il est appréhendé et confié soit à l’Assistance publique, soit à un patronage. M. Ferdinand Dreyfus, ici, pour le choix des délégués, s’en est tenu avec raison à l’idée de M. Deschanel qui est l’idée américaine : le tribunal désignera comme délégués les personnes qui lui paraîtront le mieux qualifiées, et notamment celles qui s’occupent des œuvres de patronage.

Il n’est pas possible d’entrer plus avant dans le détail des règles proposées au Sénat. Aussi bien la discussion, qui est prochaine, fournira-t-elle l’occasion d’y revenir. Du moins était-il bon de montrer dès à présent à quels besoins sociaux l’institution du tribunal spécial et la pratique de la liberté surveillée répondent heureusement, et avec quelle justesse, et quelle précision M. Ferdinand Dreyfus leur fait à l’une et à l’autre la place qui leur convient.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Cher comme poivre
 
 Dès potron-minet
 
MANIFESTATIONS
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Gent féminine : sa participation de longue date à la vie politique
 
 Des oeufs de Pâques pour tous les goûts
 
 Pâques : fête chargée de symboles et pétrie de légendes
 
 Orgues de barbarie et législation encadrant les airs joués
 
 
Et puis aussi...
 
 Danses sous l'Ancien Régime : de la Pavane à la Gavotte, en passant par la Courante, le Passe-Pied et le Menuet
 
 Usages (Curieux) et droits féodaux bretons en rapport avec des fêtes religieuses
 
 Patois de France : de l'importance de préserver variété et richesse des langues régionales
 
 Noël : origine du mot et signification des Noëls populaires d'autrefois
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 285 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services