Catalogue de nos
PUBLICATIONS
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


Le premier feu d'artifice français effraie Charles dit « le Téméraire » - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Feu d'artifice (Premier) français : (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Feu d’artifice (Premier) français :
il effraie Charles dit « le Téméraire »
(D’après « Singularités historiques contenant ce que l’histoire
de Paris et de ses environs offre de plus piquant et de
plus extraordinaire », paru en 1825)
Publié le lundi 17 janvier 2011, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
Pendant la Ligue du Bien public et après la célèbre bataille de Montlhéry menée par le comte de Charolais, plus tard appelé Charles le Téméraire, un trait de feu venant frapper une fenêtre du bâtiment des seigneurs qui s’étaient retirés à Etampes, met en émoi toute la ville

Après la bataille de Montlhéry donnée, le 16 juillet 1465, entre les troupes de Louis XI et celles des nobles mécontents, à la tête desquelles étaient notamment le comte de Charolais et Charles de France (duc de Berry et seul frère vivant du roi), le roi se retira à Corbeil, et les seigneurs ligués, à Etampes. C’est alors qu’un fait banal y donna une alarme très vive. Les deux Charles, après leur souper, s’étaient placés à une fenêtre ; ils parlaient ensemble, et regardaient dans la rue le peuple et les soldats qui s’y promenaient en foule. Tout à coup on voit jaillir dans l’air un vif et bruyant trait de feu qui vient, en serpentant, frapper contre la croisée occupée par les deux princes.

Charles le Téméraire
Charles le Téméraire
A cette apparition subite et extraordinaire, ils restent interdits : tout le monde est saisi d’effroi. Le comte de Charolais, épouvanté, ordonne au seigneur de Contay, de faire sur-le-champ armer tous les gens d’armes de sa maison, les archers de son corps et autres ; le duc de Berry fait pareillement prendre les armes à tous les gens de sa garde ; dans un instant on vit, devant la porte du logis des princes, deux ou trois cents soldats armés, et un grand nombre d’archers. On fit partout des recherches pour découvrir d’où pouvait provenir une chose si merveilleuse, si alarmante, et qu’on regardait comme une invention diabolique, un véritable maléfice dirigé contre les personnes du comte de Charolais et du duc de Berry.

Après bien des perquisitions, on trouva l’auteur d’un si violent tumulte ; il était Breton, et se nommait maître Jean Boute-Feu, ou Jean des Serpens – ces noms de boutefeu, ou des serpens, furent sans doute donnés à cet homme à cause des fusées qu’il avait inventées. Il vint se jeter aux pieds des princes, leur confessa qu’il avait à la vérité lancé des fusées en l’air, mais que son intention était plutôt de les amuser que de leur nuire, et pour prouver que ces feux d’artifice n’avaient rien de criminel, ce folâtre, comme le nomme Commines, en jeta trois ou quatre devant les princes , et par-là détruisit bien des soupçons. Chacun se mit à rire, en voyant qu’une aussi petite cause avait produit tant d’alarmes : on alla se désarmer, et puis se coucher.

Le savant Dreux du Radier s’est trompé, en indiquant que les premières fusées furent tirées en 1618 dans l’île Louvier, lorsqu’on célébra à Paris la canonisation de sainte Thérèse. L’invention était déjà connue : Bassompierre, dans ses Mémoires, parle d’une fête donnée quelque temps avant au roi, par le duc d’Epernon, qui fut suivie de feux d’artifice. Il y avait même sous le règne de Henri II des maîtres artificiers en titre d’office. Froumenteau, dans son livre intitulé le Secret des finances, met au rang des dépenses qui furent faites à la cour, depuis le commencement du règne de Henri II jusqu’au 30 décembre 1580, les feux artificiels. Il paraît que ces feux n’étaient pas alors fort dispendieux, puisque dans l’espace de trente-un ans, ils ne coûtèrent que neuf mille livres tournois.

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Poisson d'avril (Origine du)
 
 Comment son interdiction assura à la pomme de terre son essor
 
 Seine (La) : oeuvre d'un saint ou fille de Bacchus ?
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Réverbères (Premiers) à Rouen pour lutter contre l'insécurité nocturne
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Tenir pied à boule
 
 Voir un combat du mont Pagnote
 
MANIFESTATIONS
 Cathédrale (La) de Strasbourg a 1000 ans : plongée dans un chantier permanent
 
 
 
 


Permaculture : agriculture respectant la Nature
Débarrassée d’un modèle industriel intrinsèquement nuisible à l’Homme
Temps de travail au Moyen Age
Nos ancêtres n’étaient pas les brutes de travail qu’on imagine : ils avaient 190 jours de congés par an
Scandale de la dette publique
Scandale de la dette publique, ou la spoliation des peuples avec l’assentiment des Etats
Altermanuel d’Histoire de France
L’historien Dimitri Casali répertorie ce que nos enfants n’apprennent plus au collège
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Entrevue (Une) improvisée de Chateaubriand et d'Alexandre Dumas
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Petits métiers de Louis XIII : menuisier, fondeur, mécanicien, cuisinier, armurier, verrier, imprimeur...
 
 Animaux (Les) du Muséum rétifs au phonographe ?
 
 
Et puis aussi...
 
 Voleurs des Champs-Elysées (Les) arrêtés par un caniche
 
 Jeu (Passion de Henri IV pour le)
 
 Repas sous le règne de Louis XIV (Un)
 
 Un Régiment de la Calotte rassemblant « tous les gens dont la cervelle est détraquée » ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 297 ARTICLES

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2015 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services