Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



22 mars 1687 : mort du compositeur Jean-Baptiste Lulli - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Mars > 22 mars > 22 mars 1687 : mort du compositeur (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 22 mars. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


22 mars 1687 : mort du compositeur
Jean-Baptiste Lulli
Publié / Mis à jour le dimanche 20 mars 2016, par LA RÉDACTION



 

J.-B. Lulli, surintendant de la musique du roi, et son secrétaire en la grande chancellerie, naquit à Florence en 1633. Amené en France à l’âge de quatorze ans, il ne savait encore que jouer du violon : on s’empressa d’aller l’entendre dans les concerts ; et mademoiselle de Montpensier l’attacha bientôt à son service. Louis XIV voulut l’entendre ; et après l’avoir entendu il le retint à sa cour, et lui donna l’inspection sur ses violons : il créa même une nouvelle bande en sa faveur, qui fut appelée les petits violons, pour la distinguer de la bande des vingt-quatre, la plus célèbre alors de toute l’Europe.

Lulli donna tous ses soins à la troupe des petits violons, et composa pour eux des symphonies, des trios et autres pièces de musique instrumentale. Avant lui on ne considérait que le chant du dessus dans les pièces de violon : il fit chanter toutes les parties aussi agréablement que la première ; il y introduisit des fugues admirables, et surtout des mouvements jusque là inconnus à tous les maîtres. Il fit entrer dans les concerts jusqu’aux tambours et aux timballes. Enfin, par l’art d’employer les dissonances, il tira la musique française de l’insipidité où elle languissait alors.

Jean-Baptiste Lulli, surintendant de la Musique du Roi
Jean-Baptiste Lulli, surintendant de la Musique du Roi, par Henri Bonnart

C’est un homme de génie qui a préparé la route à tous ses successeurs, et dont le nom retentira dans la postérité, quelles que soient les révolutions de la musique. Lulli fit l’essai de son talent pour le genre lyrique, dans des ballets composés pour la cour, et dans lesquels Louis XIV devait danser. A l’un de ces divertissements, le roi impatienté de la longueur des préparatifs, fit dire au musicien qu’il s’ennuyait d’attendre. Lulli répondit : « Le roi est bien le maître, il peut attendre aussi longtemps qu’il lui plaira. »

En général il avait la répartie très vive : en 1681, on joua à Saint-Germain la comédie et le ballet du Bourgeois Gentilhomme, dont il avait composé la musique : il chanta lui-même le personnage du muphti ; le roi lui en fit des compliments. « Sire, lui dit-il , j’avais dessein d’être secrétaire du roi : vos secrétaires ne voudront plus me recevoir. — Ils ne voudront plus vous recevoir ! reprit le monarque, ce sera bien de l’honneur pour eux ; allez, allez, voyez M. le chancelier ! » Lulli alla trouver M. de Louvois, qui lui reprocha sa témérité, en lui disant que toute sa recommandation était d’avoir fait rire. « Eh, tête bleue, lui répondit Lulli, vous en feriez autant si vous le pouviez. »

Ce musicien était très recherché dans la société des grands seigneurs, qu’il égayait par des contes et des saillies. Comme il s’y livrait volontiers, il abrégea ses jours ; mais il conserva sa gaieté jusqu’à la mort. Etant à l’extrémité et abandonné des médecins, le chevalier de Lorraine vint le voir. Oui vraiment vous êtes fort de ses amis, lui dit madame Lulli ; c’est vous qui l’avez enivré le dernier, et qui êtes cause de sa mort. Lulli prit aussitôt la parole : Tais-toi, tais-toi, ma chère femme, M. le chevalier m’a enivré le dernier, et si j’en réchappe, ce sera lui qui m’enivrera le premier.

Il mourut à Paris, âgé de cinquante-quatre ans, et fut inhumé dans l’église des Petits-Pères, où sa famille lui éleva un tombeau qui est maintenant au musée des Petits-Augustins.

Les opéras de Lulli sont au nombre de dix-neuf. Outre cela, Lulli a composé la musique de vingt ballets pour le roi. Il a fait aussi la musique de l’Amour Médecin, de Pourceaugnac, du Bourgeois Gentilhomme, comédies-ballets, et quelques divertissements. On n’admire pas moins son génie dans plusieurs motets à grands chœurs, comme le Te Deum , l’Exaudiat, Plaudite Genies, le Veni Creator, Jubilate, le Miserere et le De Profundis.

C’est en 1672 que Lulli obtint le privilège de l’Opéra : il forma des acteurs et des actrices, comme Beaumavielle, Duménil, mademoiselle Rochois, etc. Il perfectionna l’orchestre de l’Académie de musique, et anima de son chant les vers de Quinault. Les airs détachés ne répondirent pas à la perfection des grandes scènes d’Atis, d’Armide et de Roland ; mais le récitatif était si beau, que Rameau n’a jamais pu l’égaler ; il me faut des chanteurs, disait-il, et à Lulli des acteurs.

Lorsque Jean-Jacques Rousseau voulut prouver que le récitatif de Lulli ne valait rien, on vit l’auteur de Castor démontrer, contre le détracteur de la musique française, la beauté du célèbre monologue d’Armide : Enfin il est en ma puissance, etc.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Être né coiffé
 
 Faire un cuir
 
MANIFESTATIONS
 Cartographie (Grande aventure de la) au château-musée de Dieppe
 
 Curieuses chambres au palais Jacques Coeur de Bourges
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 22 mars 1594 : la ville de Paris ouvre ses portes à Henri IV, et le reconnaît pour son roi
 
 22 mars 1421 : bataille de Beaugé rassurant le dauphin, futur Charles VII
 
 22 mars 1599 : naissance du peintre Antoine Van Dyck
 
 22 mars 1518 : le roi obtient le pouvoir de nommer les évêques
 
 
Et puis aussi...
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 5 ARTICLES

 


Mars
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services